Accéder au contenu principal

Sonic Youth - The Eternal


Bon, j'ai craqué. C'est de la faute à Hugo Cassavetti, le célèbre chroniqueur de Télérama et accessoirement aussi chez l'ami Bernard Lenoir, icône incontournable du rock indé en France. Ben oui, sous l'influence de sa bonne critique dans le célèbre magazine de télé, j'ai décidé de jeter une oreille au nouvel album des jeunesses soniques, alors qu'au début, je comptais attendre d'en avoir fini avec ma rétro sur le groupe. Mais étant donné que je n'en suis à "Daydream Nation", je me suis dit que je n'allais pas pouvoir attendre davantage et puis comme je pars bientôt en vacances ... (et oui, demain, ce blog sera donc comateux pendant 15 jours ...). Enfin, voilà, tout ça pour dire que finalement, je ne partage pas vraiment l'avis de Cassavetti là-dessus. J'aurais presque tendance à faire une chronique inverse. Pour lui, c'est "The Eternal" qu'il préfère parmi tous les derniers disques sortis par Sonic Youth. Moi, c'est plutôt celui sur lequel j'accroche le moins. Non, pas qu'il soit mauvais, loin de là, mais simplement que je les trouve un peu en roue libre sur ce coup-là. C'est un peu le pilotage automatique : on ressort les bonnes vieilles recettes de la période "Daydream Nation" justement, mais sans l'inspiration, sans la gnack. Trop facile pour Sonic Youth : on connaît par coeur déjà ses enchevêtrements de guitares, ses rythmiques tendues. Je préfèrais largement le précédent "Rather Ripped" : plus pop, plus mélodique (et oui, je suis comme ça, il me faut des trucs sifflables sous la douche), moins Sonic Youth peut-être mais il y avait finalement une évolution. Ici, retour arrière. Dommage ... Malgré tout, dès les premières notes de "Sacred Trickster", on se dit que Sonic Youth restera toujours Sonic Youth. A savoir qu'en quelques secondes, ils disqualifient déjà la plupart des groupes rock actuels. Quand on sait que Kim Gordon a 56 ans, ça laisse rêveur : eternal youth !!! (Site officiel)

6/10

Chroniques :
Les Immortels
Magic
Télérama



Commentaires

  1. Je suis d'accord avec ce que tu écris. Album correct, mais ça sent plus le pointeur d'usine que le vrai frisson. Alors bien sûr, les fanboys me jetteront des pierres, mais tous reviendront plus facilement aux premières moutures. Difficile de faire mieux ? Non, il suffit d'injecter du neuf dans la formule.

    RépondreSupprimer
  2. moi qui m'étais un peu éloigné de Sonic Youth ces dernières années, je retrouve le groupe que j'ai aimé avec "sister", "Daydream nation" voire "Dirty".

    RépondreSupprimer
  3. Je suis assez d'accord également. C'est vrai que toutes les recettes sonic sont là, son, accords, chant, discorde... Mais je trouve par contre que l'énergie est bien présente et meme un peu plus psyché peut etre que par le passé. J'attend avec impatience en tout cas de voir la dimension que prendra l'ablum durant le live...

    RépondreSupprimer
  4. Je viens de lire ta rétrospective des albums de Sonic Youth, et j'avoue avoir rarement lu un tel ramassi de conneries. Considérer Washing machine comme un album faisant du sur place et Murray street comme le plus pur des joyaux, pour moi, c'est n'avoir strictement rien compris à ce groupe, et accessoirement, à la musique.

    Benoit Ego

    RépondreSupprimer
  5. Cher Benoit Ego,
    Tu sembles ne pas avoir bien lu ma rétro sur Sonic Youth, puisque je trouve comme toi "Washing Machine" supérieur à "Murray Street". Mais tout cela est bien sûr subjectif, car ce qui fait sans doute la force de ce groupe, c'est que chaque fan a un disque préféré différent ou presque.
    En ce qui concerne la compréhension de Sonic Youth et de la musique en général, je pars du principe que justement, la musique n'est pas faite pour être comprise, mais pour être ressentie. Ce n'est pas une affaire de cerveau, mais de coeur, de corps et d'émotion. Mais c'est encore un point de vue purement subjectif.
    Les goûts et les couleurs ...

    RépondreSupprimer
  6. Sonic Youth est un groupe qui n'a pas quitté sa ligne de conduite depuis 20 ans a savoir:
    sortir des albums selon leut feeling d'artiste et c'est tout ! Ils s'en foutent de savoir si l'album va marcher ou si c'est dans l'air du temps car se sont de vrais artistes au sens profond du terme, qui expriment ce qu'ils resentent a un moment donné.... et dieu sait qu'il y en a peu aujourd'hui dans la musique !

    mais c'est toujours pareil avec l'art: les artistent créent, et ensuite les critiques analysent et décortiquent... Moi j'écoute c'est tout :)

    RépondreSupprimer
  7. @Chris : Et tu as bien raison !
    Mais c'est le but premier des critiques : faire écouter la musique ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…