Accéder au contenu principal

La Route du Rock - Dimanche 16 août 2009 au Fort St Père ...


Me voilà de retour de vacances pour un bon moment cette fois et c'est donc avec plaisir que je me plie à nouveau à l'exercice quasi quotidien de mon blog. Il faut bien s'occuper ;-)
Mais pour bien commencer cette rentrée qui s'annonce assez studieuse avec un paquet de disques sympas à sortir dans les prochaines semaines et les prochains mois, j'aimerais faire un petit flash back et vous parler quand même de la Route du Rock, puisque j'étais à Saint-Malo, ou plus exactement au fort Saint-Père le dimanche 16 août.
Des trois soirées du festival, j'avais indéniablement opté pour la plus tranquille avec des artistes comme Bill Callahan, Andrew Bird, Dominique A et Grizzly Bear. (je ne parle pas des 2 derniers groupes plutôt orientés électro voire techno, puisqu'à cette heure-là, j'étais déjà parti rejoindre mes pénates ...)
C'est la première fois que j'assistais à La Route Du Rock - je sais, c'est un peu la honte pour un breton fan de rock indé - et j'aimerais d'abord dire que j'ai été agréablement surpris par la bonne organisation de ce festival, qui plus est à taille humaine. C'est donc assez facile d'être près de la scène et l'ambiance ressemble alors plus à celle d'une salle que d'une grande messe en extérieur. En plus, pour une fois, le soleil était de la partie, ce qui n'est pas forcément gagné d'avance chez nous ...
Bref, la soirée a commencé assez tranquillement avec le concert de l'ex-Smog, Bill Callahan. Une prestation sans fausse note, de belle facture, mais un peu sage, bien dans la lignée de son beau dernier disque, même si je trouve une fois de plus qu'il manquait cette pointe d'émotion qui aurait pu emporter le public assez passif.




Après un court intermède, ce fut au tour du grand dadais d'Andrew Bird bidouillant comme à son habitude les instruments autour de lui : violons, claviers, guitares. Ce qui me fait dire que s'enregistrer en plein concert, c'est sympa quand ça ne s'entend pas trop, parce que ça permet d'écouter plusieurs instruments et mélodies en même temps même quand on est seul sur scène, mais là, j'ai trouvé que ça enlevait un peu de la fluidité de l'ensemble. Bref, un peu fouillis tout ça, même si j'ai quand même été estomaqué par la puissance de la voix du bonhomme. C'est d'autant plus dommage que cette fois-ci, il était entouré de trois musiciens et aussi d'un improbable technicien au look de membre de Black Sabbath ou du bassiste des inénarrables Spinal Tap (pour ceux qui connaissent ce film culte). Technicien bourré de tics qui entre chaque morceau venait invariablement toucher au moins à un instrument sur scène et attendait ensuite en frisant compulsivement sa moustache. Pas facile dans ces cas-là de rester concentré.





Après ces deux concerts agréables mais sans plus, est arrivée seule en scène "LA STAR" de la soirée, j'ai nommé monsieur A. Et cette fois-ci, le fait de s'enregistrer sur scène ne m'est pas apparu comme un problème, mais comme un atout, une évidence. Ce n'est pas Arman Méliès, ami de Dominique, debout à côté de moi dans le public qui me contredira ;-) Je sais que je ne suis sans doute pas objectif, mais Dominique A, sur scène, ça envoie le bois comme on dit, même tout seul. Ce type est plus impressionnant en concert, que n'importe quel Johnny de la terre - n'en déplaise à vos parents -. "La peau", "L'horizon", "Le courage des oiseaux" bien sûr et quelques titres de son dernier double album, à peine une heure de concert et un sentiment de trop peu, une grosse claque ... Encore, encore ! Il est plusieurs, ce n'est pas possible ...
Après ça, difficile d'enchaîner et c'était pourtant la lourde tâche des Grizzly Bear venus présenter leur magnifique dernier disque "Veckatimest". Et je dois dire qu'ils s'en sont plutôt bien sortis les bougres ! Belles voix, belle recherche sonore, belle énergie aussi. Les chansons y perdent sur scène en subtilité ce qu'ils gagnent en puissance ... Même si, je reste persuadé que cette musique est d'abord faite pour écouter chez soi, pour en saisir toutes les belles nuances ... J'ai quand même attendu ensuite l'arrivée de Simian Mobile Disco, histoire de, comme on dit. Mais je ne suis pas resté bien longtemps. Voir deux types gesticulés autour d'un amas de machines placées au centre d'une scène m'a assez vite fatigué. On aurait dit qu'ils participaient à une épreuve d'adresse de Fort Boyard, manquait que la clepsydre ... Mais c'est moi qui l'ait retournée complètement en pliant bagages et regagnant mon lit pour une belle nuit pleine de bien beaux souvenirs ... A l'année prochaine très certainement ...

PS : Pour des plus belles photos de la soirée que les miennes, jeter un oeil ici.

Commentaires

  1. Si tu n'es pas objectif sur Dominique A, moi si car je n'avais jamais écouté ses disques et j'avais même un a priori plutôt négatif (dès que ça chante en français j'ai du mal). Et j'ai été conquis, clairement l'un des meilleurs concerts du weekend (avec Callahan, Grizzly Bear, St Vincent).
    J'attaque sa discographie maintenant: j'ai commencé avec "La Fossette" (excellent) et je viens d'acheter "La Memoire Neuve".

    RépondreSupprimer
  2. Tu as de la chance de ne découvrir Dominique A que maintenant ... "La Mémoire Neuve" est mon préféré, même si je trouve qu'il n'y a rien à jeter dans sa discographie ! Bonne écoute ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…