Accéder au contenu principal

La Route du Rock - Dimanche 16 août 2009 au Fort St Père ...


Me voilà de retour de vacances pour un bon moment cette fois et c'est donc avec plaisir que je me plie à nouveau à l'exercice quasi quotidien de mon blog. Il faut bien s'occuper ;-)
Mais pour bien commencer cette rentrée qui s'annonce assez studieuse avec un paquet de disques sympas à sortir dans les prochaines semaines et les prochains mois, j'aimerais faire un petit flash back et vous parler quand même de la Route du Rock, puisque j'étais à Saint-Malo, ou plus exactement au fort Saint-Père le dimanche 16 août.
Des trois soirées du festival, j'avais indéniablement opté pour la plus tranquille avec des artistes comme Bill Callahan, Andrew Bird, Dominique A et Grizzly Bear. (je ne parle pas des 2 derniers groupes plutôt orientés électro voire techno, puisqu'à cette heure-là, j'étais déjà parti rejoindre mes pénates ...)
C'est la première fois que j'assistais à La Route Du Rock - je sais, c'est un peu la honte pour un breton fan de rock indé - et j'aimerais d'abord dire que j'ai été agréablement surpris par la bonne organisation de ce festival, qui plus est à taille humaine. C'est donc assez facile d'être près de la scène et l'ambiance ressemble alors plus à celle d'une salle que d'une grande messe en extérieur. En plus, pour une fois, le soleil était de la partie, ce qui n'est pas forcément gagné d'avance chez nous ...
Bref, la soirée a commencé assez tranquillement avec le concert de l'ex-Smog, Bill Callahan. Une prestation sans fausse note, de belle facture, mais un peu sage, bien dans la lignée de son beau dernier disque, même si je trouve une fois de plus qu'il manquait cette pointe d'émotion qui aurait pu emporter le public assez passif.




Après un court intermède, ce fut au tour du grand dadais d'Andrew Bird bidouillant comme à son habitude les instruments autour de lui : violons, claviers, guitares. Ce qui me fait dire que s'enregistrer en plein concert, c'est sympa quand ça ne s'entend pas trop, parce que ça permet d'écouter plusieurs instruments et mélodies en même temps même quand on est seul sur scène, mais là, j'ai trouvé que ça enlevait un peu de la fluidité de l'ensemble. Bref, un peu fouillis tout ça, même si j'ai quand même été estomaqué par la puissance de la voix du bonhomme. C'est d'autant plus dommage que cette fois-ci, il était entouré de trois musiciens et aussi d'un improbable technicien au look de membre de Black Sabbath ou du bassiste des inénarrables Spinal Tap (pour ceux qui connaissent ce film culte). Technicien bourré de tics qui entre chaque morceau venait invariablement toucher au moins à un instrument sur scène et attendait ensuite en frisant compulsivement sa moustache. Pas facile dans ces cas-là de rester concentré.





Après ces deux concerts agréables mais sans plus, est arrivée seule en scène "LA STAR" de la soirée, j'ai nommé monsieur A. Et cette fois-ci, le fait de s'enregistrer sur scène ne m'est pas apparu comme un problème, mais comme un atout, une évidence. Ce n'est pas Arman Méliès, ami de Dominique, debout à côté de moi dans le public qui me contredira ;-) Je sais que je ne suis sans doute pas objectif, mais Dominique A, sur scène, ça envoie le bois comme on dit, même tout seul. Ce type est plus impressionnant en concert, que n'importe quel Johnny de la terre - n'en déplaise à vos parents -. "La peau", "L'horizon", "Le courage des oiseaux" bien sûr et quelques titres de son dernier double album, à peine une heure de concert et un sentiment de trop peu, une grosse claque ... Encore, encore ! Il est plusieurs, ce n'est pas possible ...
Après ça, difficile d'enchaîner et c'était pourtant la lourde tâche des Grizzly Bear venus présenter leur magnifique dernier disque "Veckatimest". Et je dois dire qu'ils s'en sont plutôt bien sortis les bougres ! Belles voix, belle recherche sonore, belle énergie aussi. Les chansons y perdent sur scène en subtilité ce qu'ils gagnent en puissance ... Même si, je reste persuadé que cette musique est d'abord faite pour écouter chez soi, pour en saisir toutes les belles nuances ... J'ai quand même attendu ensuite l'arrivée de Simian Mobile Disco, histoire de, comme on dit. Mais je ne suis pas resté bien longtemps. Voir deux types gesticulés autour d'un amas de machines placées au centre d'une scène m'a assez vite fatigué. On aurait dit qu'ils participaient à une épreuve d'adresse de Fort Boyard, manquait que la clepsydre ... Mais c'est moi qui l'ait retournée complètement en pliant bagages et regagnant mon lit pour une belle nuit pleine de bien beaux souvenirs ... A l'année prochaine très certainement ...

PS : Pour des plus belles photos de la soirée que les miennes, jeter un oeil ici.

Commentaires

  1. Si tu n'es pas objectif sur Dominique A, moi si car je n'avais jamais écouté ses disques et j'avais même un a priori plutôt négatif (dès que ça chante en français j'ai du mal). Et j'ai été conquis, clairement l'un des meilleurs concerts du weekend (avec Callahan, Grizzly Bear, St Vincent).
    J'attaque sa discographie maintenant: j'ai commencé avec "La Fossette" (excellent) et je viens d'acheter "La Memoire Neuve".

    RépondreSupprimer
  2. Tu as de la chance de ne découvrir Dominique A que maintenant ... "La Mémoire Neuve" est mon préféré, même si je trouve qu'il n'y a rien à jeter dans sa discographie ! Bonne écoute ;-)

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…