Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Pixies - Doolittle (1989)


Bon, cette fois-ci, c'est un disque un plus récent dont je vais vous parler pour ma discothèque idéale. Il s'agit du fameux "Doolittle" des Pixes. Bon, c'est vrai, pour l'instant, je n'ai pas forcément des goûts très originaux et tous les disques que j'ai sélectionné sont unanimement considérés comme des classiques. Mais promis, je vous ferais bientôt découvrir (je l'espère) des choses peut-être un peu moins évidentes. Alors, pourquoi les Pixies cette fois-ci ? Tout simplement, parce que c'est mon prochain concert : je vais effectivement les voir au zénith de Paris au mois d'octobre prochain dans le cadre de leur tournée spéciale autour du 20ème anniversaire de ... "Doolittle" évidemment ! Les Pixies, même si leur musique n'est pas forcément facile d'acccès - j'avoue pour ma part avoir mis plusieurs années avant d'en tomber raide dingue - et qu'ils sont peut-être le groupe le moins glamour de l'histoire du rock : Kim Deal et ses fameuses chemises de bûcheronne ! - ont aujourd'hui un statut de groupe culte. "Doolittle", leur deuxième disque, est considéré comme leur chef d'oeuvre. C'est peut-être le seul dans lequel il n'y a rien à jeter. Ce groupe a réussi à inventer un rock hors des sentiers battus : un rock mélodique, puissant, tranchant, avec des guitares hispanisantes (surtout sur les deux premiers disques) dûes en grande partie à l'excellent Joey Santiago, des paroles faisant souvent référence à l'univers de la science-fiction, des paroles assez surréalistes en fait, en témoigne le clin d'oeil à Bunuel dans "Debaser". Frank Black ne chantait pas, il braillait, ce qui contrebalançait parfaitement avec le chant plus doux et mélodieux de la bassiste Kim Deal. Avec eux, tout était possible : plus de contraintes couplet/refrain, les chansons pouvaient partir dans tous les sens. Les mélodies pop de "Here Comes Your Man" et même un peu naïves de "La La Love You" pouvaient cotoyer des vrais morceaux de rage comme "Tame". Les Pixies restent aujourd'hui encore un groupe ovni. En quatre albums, ils ont réinventé le rock et prouver au milieu du marasme dans lequel était tombé le genre dans le courant des années 80, que tout n'avait pas encore été fait. Bien sûr, ils ont pu être inspirés par des groupes comme Husker Du ou les Violent Femmes, mais ils ont apporté la fraîcheur en plus.


Pour les avoir déjà vus en concert il y a quelques années, lors de leur première reformation, je peux vous dire qu'ils n'ont rien perdu de leur mordant et que Frank Black en concert mouille toujours autant la chemise (faut dire que l'abus de Big Mac, ça ne doit pas aider !). Quant à espérer un nouveau disque des Pixies, je pense personnellement qu'ils devraient en rester là. En quatre disques incontournables, ils avaient déjà tout dit, en témoigne la carrière des Breeders ou de Frank Black en solo qui pâtissent beaucoup de la comparaison. Quand il ne fait pas beau dehors et qu'on a un peu le moral dans les chaussettes, rien ne vaut une bonne cure de Pixies ! "This music gone to heaven" ...

Clip de "Debaser" :


Commentaires

  1. LE grand disque des Pixies, le groupe le plus influent sur tout l'indie rock 90' voir 00' !!
    "Monkey gone to heaven", "Tame", " I bleed"...autant de titres où la basse et la batterie sont une tuerie nucléaire, foudroyés par des guitares tranchantes !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro