Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Pixies - Doolittle (1989)


Bon, cette fois-ci, c'est un disque un plus récent dont je vais vous parler pour ma discothèque idéale. Il s'agit du fameux "Doolittle" des Pixes. Bon, c'est vrai, pour l'instant, je n'ai pas forcément des goûts très originaux et tous les disques que j'ai sélectionné sont unanimement considérés comme des classiques. Mais promis, je vous ferais bientôt découvrir (je l'espère) des choses peut-être un peu moins évidentes. Alors, pourquoi les Pixies cette fois-ci ? Tout simplement, parce que c'est mon prochain concert : je vais effectivement les voir au zénith de Paris au mois d'octobre prochain dans le cadre de leur tournée spéciale autour du 20ème anniversaire de ... "Doolittle" évidemment ! Les Pixies, même si leur musique n'est pas forcément facile d'acccès - j'avoue pour ma part avoir mis plusieurs années avant d'en tomber raide dingue - et qu'ils sont peut-être le groupe le moins glamour de l'histoire du rock : Kim Deal et ses fameuses chemises de bûcheronne ! - ont aujourd'hui un statut de groupe culte. "Doolittle", leur deuxième disque, est considéré comme leur chef d'oeuvre. C'est peut-être le seul dans lequel il n'y a rien à jeter. Ce groupe a réussi à inventer un rock hors des sentiers battus : un rock mélodique, puissant, tranchant, avec des guitares hispanisantes (surtout sur les deux premiers disques) dûes en grande partie à l'excellent Joey Santiago, des paroles faisant souvent référence à l'univers de la science-fiction, des paroles assez surréalistes en fait, en témoigne le clin d'oeil à Bunuel dans "Debaser". Frank Black ne chantait pas, il braillait, ce qui contrebalançait parfaitement avec le chant plus doux et mélodieux de la bassiste Kim Deal. Avec eux, tout était possible : plus de contraintes couplet/refrain, les chansons pouvaient partir dans tous les sens. Les mélodies pop de "Here Comes Your Man" et même un peu naïves de "La La Love You" pouvaient cotoyer des vrais morceaux de rage comme "Tame". Les Pixies restent aujourd'hui encore un groupe ovni. En quatre albums, ils ont réinventé le rock et prouver au milieu du marasme dans lequel était tombé le genre dans le courant des années 80, que tout n'avait pas encore été fait. Bien sûr, ils ont pu être inspirés par des groupes comme Husker Du ou les Violent Femmes, mais ils ont apporté la fraîcheur en plus.


Pour les avoir déjà vus en concert il y a quelques années, lors de leur première reformation, je peux vous dire qu'ils n'ont rien perdu de leur mordant et que Frank Black en concert mouille toujours autant la chemise (faut dire que l'abus de Big Mac, ça ne doit pas aider !). Quant à espérer un nouveau disque des Pixies, je pense personnellement qu'ils devraient en rester là. En quatre disques incontournables, ils avaient déjà tout dit, en témoigne la carrière des Breeders ou de Frank Black en solo qui pâtissent beaucoup de la comparaison. Quand il ne fait pas beau dehors et qu'on a un peu le moral dans les chaussettes, rien ne vaut une bonne cure de Pixies ! "This music gone to heaven" ...

Clip de "Debaser" :


Commentaires

  1. LE grand disque des Pixies, le groupe le plus influent sur tout l'indie rock 90' voir 00' !!
    "Monkey gone to heaven", "Tame", " I bleed"...autant de titres où la basse et la batterie sont une tuerie nucléaire, foudroyés par des guitares tranchantes !!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…