Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Television - Marquee Moon (1977)


Bon, c'est l'été et j'avoue que j'en ai un peu assez d'écouter toujours des nouveautés. Un peu de vieillerie, ça fait aussi du bien de temps en temps. Et comme certains me reprochent de trop critiquer et finalement de ne rien aimer, ça va me permettre de parler des disques que j'aime. Cette nouvelle rubrique sera désormais tous les lundis et s'intitulera "Mes indispensables." Cette sélection de disques (100?) correspondra à mes goûts personnels et il ne faut pas forcément y voir de critères objectifs sur les chefs d'oeuvre officiels de l'histoire du rock. Même si pour commencer, je vais vous parler d'un classique intemporel unanimement reconnu comme tel. Il s'agit de l'incontournable "Marquee Moon" du groupe Television. Parce que ce disque dépasse le cadre de la simple musique rock, pour venir côtoyer entre autres, l'univers du jazz. Avec ce disque, le groupe new-yorkais avait réussi à produire une musique de mutants, qui restera à jamais unique, "a moment in time" comme disent les anglais. Ils n'égaleront jamais ce premier essai. Tom Verlaine et son acolyte Richard Lloyd sont alors des dieux de la guitare et pour une fois, un solo de guitare n'est pas éprouvant et inutile mais participe au contraire à la magie de l'ensemble. 8 titres et autant de chefs d'oeuvre incontournables, pas une seule faute de goût. "Marquee Moon" doit autant au Velvet Underground et à la poésie d'un Lou Reed, qu'aux expérimentations sonores d'un John Coltrane. Rock, jazz, punk, personne n'a jamais vraiment réussi à étiqueter cette musique. 1977 était une année véritablement formidable.

Suite à mon profond attachement pour ce disque, j'ai été voir le groupe en concert, il y a quelques années, pour une de leurs nombreuses reformations, et j'ai malheureusement été très déçu. Television ressemblait à un groupe de vieux papys un peu aigris, se plaignant constamment du matériel soit-disant défectueux. Je n'avais pas retrouvé la magie de leur premier album. Je me suis alors dit qu'il ne fallait sans doute jamais essayer de revoir ses idoles, surtout aussi longtemps après, c'est toujours décevant. Les hommes sont quelques fois profondément ... humains. Heureusement, la musique, elle, est éternelle.

Commentaires

  1. "Je me suis alors dit qu'il ne fallait sans doute jamais essayer de revoir ses idoles, surtout aussi longtemps après, c'est toujours décevant. Les hommes sont quelques fois profondément ... humains. Heureusement, la musique, elle, est éternelle."
    Et que tu as raison..
    J'aurai peut être apprécié plus de détails sur l'album et le groupe pour réellement argumenter sa place si haute que tu lui donnes dans ton estime. Mais j'ai bien compris qu'il devait vraiment être bon et figure dans ma liste des prochains achats.
    Amicalement, un autre chroniqueur.
    http://anderson-and-the-followers.blogspot.com

    RépondreSupprimer
  2. Dans cette rubrique "Mes indispensables", je voulais juste parler des disques que j'aime et de la relation que j'entretiens avec eux. Ce n'est pas forcément une chronique détaillée et objective de chaque disque. C'est l'aspect personnel qui prime ici ...
    En tout cas, merci d'être passé ici.
    Bien amicalement,

    RépondreSupprimer
  3. Ce disque est vraiment un Monument dit punk mais qui dépasse le cadre restreint de ce style pour flirter avec le rock psyché, le jazz...
    J'imagine à l'époque la surprise du public et des critiques face à un tel OVNI !!!
    J'ai édité un post spécial "premier album chef d'œuvre" où je l'ai mis, comme l'album à la banane du Velvet et d'autres dont tu as parlé ("Funeral", "Never Mind..", "Grace", "The Stones Roses"). C'est ici : http://muziksetcultures.over-blog.fr/article-52495063.html)

    J'ai exploré toute cette rubrique aujourd'hui avec beaucoup de plaisir. Et je vois qu'on a énormément d'albums "cultes" en commun !!!

    Bravo pour cette sélecta ô combien excellente !!!
    A + +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…