Accéder au contenu principal

Mes indispensables : My Bloody Valentine - Loveless (1991)

La première fois que j'ai mis ce disque dans ma platine CD, j'ai cru que ma chaîne hi-fi avait rendu l'âme : mais qu'est-ce que c'est que ce son pourri ? La seule fois où j'ai vu ce groupe en concert, je me suis bouché les oreilles et j'ai eu une irrésistible envie de partir avant la fin tellement le son était fort et insupportable. Mais alors, que fait donc ce disque parmi mes indispensables ? Suis-je un masochiste qui s'ignore ? La musique de My Bloody Valentine - non, ce n'est pas un groupe bourrin de heavy metal à tendance sataniste, encore que :) - est de celles qui demandent un réel effort pour être apprivoisée. J'ai acheté ce CD sans même l'avoir écouté avant. Je faisais alors une confiance aveugle aux critiques rock, surtout lorsque celles-ci étaient unanimement dithyrambiques - quel naïf j'étais. Après plusieurs écoutes, j'en étais pourtant rapidement venu à vouloir m'en séparer et le revendre dans une quelconque brocante. Puis, passées plusieurs années, j'y suis revenu, un peu par hasard. Et le disque a commencé alors à faire son effet, à sortir inexorablement du lot commun. "Loveless", c'est d'abord un son - du bruit ? - mais ce sont aussi de jolies mélodies sucrées, planantes, cachées sous les larsens. La rencontre inattendue des Cocteau Twins et de Jesus And Mary Chain. La fusion des contraires. Le poison et son antidote. Depuis, le leader du groupe et accessoirement pas très drôle Kevin Shields n'a toujours pas réussi à lui donner une "vraie" suite. Pourtant, on ne compte plus le nombre de fausses annonces (chaque premier avril?) faisant état d'un nouvel album de My Bloody Valentine, devenu la véritable arlésienne du rock indépendant des années 90.
Désormais, il faut bien avouer qu'hormis les fans de l'époque, en tête desquels on retrouve la cinéaste Sofia Coppola (avec notamment sa superbe mise en image de "Sometimes" dans "Lost In Translation"), la jeune génération n'en a cure. Leur récent retour scénique n'a pas vraiment déplacé les foules et à part aux acouphènes pas laissé non plus de souvenirs impérissables. My Bloody Valentine restera donc le groupe d'un disque, "Loveless", véritable ovni hier comme aujourd'hui. Témoin d'une période semble-t-il révolue, où le rock était encore synonyme de prises de risques. A moins que ça ne soit tout simplement moi qui vieillis...

Clip de "Only Shallow" :

Clip de "Soon" :

Commentaires

  1. Pareil, 'Loveless' (découvert qqs années après sa sortie, en 1991 j'avais 12 ans) et moi on a la même histoire: de l'attirance immédiate (foutues chroniques dithyrambiques), de l'incompréhension totale ensuite. Et à chaque fois, l'envie d'y revenir, d'essayer de comprendre "mais pourquoi donc tout le monde s'est emballé sur cet album"? Et puis un jour c'est passé. Comment, pourquoi, j'en sais rien. Mais je tiens cet album en bien haute estime.
    Et le precedent Isn't It Anything m'avait beaucoup plu aussi.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, "Isn't It Anything" est très bien mais pas aussi renversant et innovant. Content en tout cas de constater que je ne suis pas tout seul à avoir mis du temps à adhérer à cette musique. Vu qu'on a à peu près le même âge, ça doit être une question de maturité musicale ;)

    RépondreSupprimer
  3. Alors ça c'est juste une coïncidence ou de la télépathie ? il y avait belle lurette que je n'y étais pas revenu et j'ai ressorti ce classique pas plus tard que la semaine dernière !
    Bizarre... à moins que ce soit le dernier PJ Harvey - au échos lointains du travail sonore de Shields - qui m'ai (nous ai) influencé ?

    Par contre moi je l'ai découvert tout jeune adulte et ça file un vrai coup de nostalgie : ....du temps où je l'ai entendu un peu interloqué chez Lenoir ...du temps où je trouvais que c'était le disque rock le plus "lynchien" jamais paru (inconfortable, convulsif et beau à la fois comme le ciné du grand David)...du temps où je me doutais qu'on reparlerait encore dans longtemps alors qu'on aurait un peu oublié les Happy Mondays ou les Stone Roses qui m'indifféraient ...du temps où Les Inrocks était un journal mensuel et très pertinent - si, si, ça a existé! - ...du temps surtout où j'étais plus jeune, quoi, bande d'inconscients, Vincent et Twist, qui me filez ici un gros coup de vieux !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oh lala, comment ca la jeune generation en a cure??!! On ne compte plus toutes ces nouvelles formations qui regardent leur pieds en torturant leurs guitares, de Test dep a The pain of being pure at heat....et meme si on doit plus a s'attendre a gros retour d'un indus/folk ce genre reste tres prise des ados si j'en juge par mes ventes....en tout cas aux US...Gwen

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…