Accéder au contenu principal

Mes indispensables : My Bloody Valentine - Loveless (1991)

La première fois que j'ai mis ce disque dans ma platine CD, j'ai cru que ma chaîne hi-fi avait rendu l'âme : mais qu'est-ce que c'est que ce son pourri ? La seule fois où j'ai vu ce groupe en concert, je me suis bouché les oreilles et j'ai eu une irrésistible envie de partir avant la fin tellement le son était fort et insupportable. Mais alors, que fait donc ce disque parmi mes indispensables ? Suis-je un masochiste qui s'ignore ? La musique de My Bloody Valentine - non, ce n'est pas un groupe bourrin de heavy metal à tendance sataniste, encore que :) - est de celles qui demandent un réel effort pour être apprivoisée. J'ai acheté ce CD sans même l'avoir écouté avant. Je faisais alors une confiance aveugle aux critiques rock, surtout lorsque celles-ci étaient unanimement dithyrambiques - quel naïf j'étais. Après plusieurs écoutes, j'en étais pourtant rapidement venu à vouloir m'en séparer et le revendre dans une quelconque brocante. Puis, passées plusieurs années, j'y suis revenu, un peu par hasard. Et le disque a commencé alors à faire son effet, à sortir inexorablement du lot commun. "Loveless", c'est d'abord un son - du bruit ? - mais ce sont aussi de jolies mélodies sucrées, planantes, cachées sous les larsens. La rencontre inattendue des Cocteau Twins et de Jesus And Mary Chain. La fusion des contraires. Le poison et son antidote. Depuis, le leader du groupe et accessoirement pas très drôle Kevin Shields n'a toujours pas réussi à lui donner une "vraie" suite. Pourtant, on ne compte plus le nombre de fausses annonces (chaque premier avril?) faisant état d'un nouvel album de My Bloody Valentine, devenu la véritable arlésienne du rock indépendant des années 90.
Désormais, il faut bien avouer qu'hormis les fans de l'époque, en tête desquels on retrouve la cinéaste Sofia Coppola (avec notamment sa superbe mise en image de "Sometimes" dans "Lost In Translation"), la jeune génération n'en a cure. Leur récent retour scénique n'a pas vraiment déplacé les foules et à part aux acouphènes pas laissé non plus de souvenirs impérissables. My Bloody Valentine restera donc le groupe d'un disque, "Loveless", véritable ovni hier comme aujourd'hui. Témoin d'une période semble-t-il révolue, où le rock était encore synonyme de prises de risques. A moins que ça ne soit tout simplement moi qui vieillis...

Clip de "Only Shallow" :

Clip de "Soon" :

Commentaires

  1. Pareil, 'Loveless' (découvert qqs années après sa sortie, en 1991 j'avais 12 ans) et moi on a la même histoire: de l'attirance immédiate (foutues chroniques dithyrambiques), de l'incompréhension totale ensuite. Et à chaque fois, l'envie d'y revenir, d'essayer de comprendre "mais pourquoi donc tout le monde s'est emballé sur cet album"? Et puis un jour c'est passé. Comment, pourquoi, j'en sais rien. Mais je tiens cet album en bien haute estime.
    Et le precedent Isn't It Anything m'avait beaucoup plu aussi.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, "Isn't It Anything" est très bien mais pas aussi renversant et innovant. Content en tout cas de constater que je ne suis pas tout seul à avoir mis du temps à adhérer à cette musique. Vu qu'on a à peu près le même âge, ça doit être une question de maturité musicale ;)

    RépondreSupprimer
  3. Alors ça c'est juste une coïncidence ou de la télépathie ? il y avait belle lurette que je n'y étais pas revenu et j'ai ressorti ce classique pas plus tard que la semaine dernière !
    Bizarre... à moins que ce soit le dernier PJ Harvey - au échos lointains du travail sonore de Shields - qui m'ai (nous ai) influencé ?

    Par contre moi je l'ai découvert tout jeune adulte et ça file un vrai coup de nostalgie : ....du temps où je l'ai entendu un peu interloqué chez Lenoir ...du temps où je trouvais que c'était le disque rock le plus "lynchien" jamais paru (inconfortable, convulsif et beau à la fois comme le ciné du grand David)...du temps où je me doutais qu'on reparlerait encore dans longtemps alors qu'on aurait un peu oublié les Happy Mondays ou les Stone Roses qui m'indifféraient ...du temps où Les Inrocks était un journal mensuel et très pertinent - si, si, ça a existé! - ...du temps surtout où j'étais plus jeune, quoi, bande d'inconscients, Vincent et Twist, qui me filez ici un gros coup de vieux !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oh lala, comment ca la jeune generation en a cure??!! On ne compte plus toutes ces nouvelles formations qui regardent leur pieds en torturant leurs guitares, de Test dep a The pain of being pure at heat....et meme si on doit plus a s'attendre a gros retour d'un indus/folk ce genre reste tres prise des ados si j'en juge par mes ventes....en tout cas aux US...Gwen

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…