Accéder au contenu principal

Mes indispensables : My Bloody Valentine - Loveless (1991)

La première fois que j'ai mis ce disque dans ma platine CD, j'ai cru que ma chaîne hi-fi avait rendu l'âme : mais qu'est-ce que c'est que ce son pourri ? La seule fois où j'ai vu ce groupe en concert, je me suis bouché les oreilles et j'ai eu une irrésistible envie de partir avant la fin tellement le son était fort et insupportable. Mais alors, que fait donc ce disque parmi mes indispensables ? Suis-je un masochiste qui s'ignore ? La musique de My Bloody Valentine - non, ce n'est pas un groupe bourrin de heavy metal à tendance sataniste, encore que :) - est de celles qui demandent un réel effort pour être apprivoisée. J'ai acheté ce CD sans même l'avoir écouté avant. Je faisais alors une confiance aveugle aux critiques rock, surtout lorsque celles-ci étaient unanimement dithyrambiques - quel naïf j'étais. Après plusieurs écoutes, j'en étais pourtant rapidement venu à vouloir m'en séparer et le revendre dans une quelconque brocante. Puis, passées plusieurs années, j'y suis revenu, un peu par hasard. Et le disque a commencé alors à faire son effet, à sortir inexorablement du lot commun. "Loveless", c'est d'abord un son - du bruit ? - mais ce sont aussi de jolies mélodies sucrées, planantes, cachées sous les larsens. La rencontre inattendue des Cocteau Twins et de Jesus And Mary Chain. La fusion des contraires. Le poison et son antidote. Depuis, le leader du groupe et accessoirement pas très drôle Kevin Shields n'a toujours pas réussi à lui donner une "vraie" suite. Pourtant, on ne compte plus le nombre de fausses annonces (chaque premier avril?) faisant état d'un nouvel album de My Bloody Valentine, devenu la véritable arlésienne du rock indépendant des années 90.
Désormais, il faut bien avouer qu'hormis les fans de l'époque, en tête desquels on retrouve la cinéaste Sofia Coppola (avec notamment sa superbe mise en image de "Sometimes" dans "Lost In Translation"), la jeune génération n'en a cure. Leur récent retour scénique n'a pas vraiment déplacé les foules et à part aux acouphènes pas laissé non plus de souvenirs impérissables. My Bloody Valentine restera donc le groupe d'un disque, "Loveless", véritable ovni hier comme aujourd'hui. Témoin d'une période semble-t-il révolue, où le rock était encore synonyme de prises de risques. A moins que ça ne soit tout simplement moi qui vieillis...

Clip de "Only Shallow" :

Clip de "Soon" :

Commentaires

  1. Pareil, 'Loveless' (découvert qqs années après sa sortie, en 1991 j'avais 12 ans) et moi on a la même histoire: de l'attirance immédiate (foutues chroniques dithyrambiques), de l'incompréhension totale ensuite. Et à chaque fois, l'envie d'y revenir, d'essayer de comprendre "mais pourquoi donc tout le monde s'est emballé sur cet album"? Et puis un jour c'est passé. Comment, pourquoi, j'en sais rien. Mais je tiens cet album en bien haute estime.
    Et le precedent Isn't It Anything m'avait beaucoup plu aussi.

    RépondreSupprimer
  2. Oui, "Isn't It Anything" est très bien mais pas aussi renversant et innovant. Content en tout cas de constater que je ne suis pas tout seul à avoir mis du temps à adhérer à cette musique. Vu qu'on a à peu près le même âge, ça doit être une question de maturité musicale ;)

    RépondreSupprimer
  3. Alors ça c'est juste une coïncidence ou de la télépathie ? il y avait belle lurette que je n'y étais pas revenu et j'ai ressorti ce classique pas plus tard que la semaine dernière !
    Bizarre... à moins que ce soit le dernier PJ Harvey - au échos lointains du travail sonore de Shields - qui m'ai (nous ai) influencé ?

    Par contre moi je l'ai découvert tout jeune adulte et ça file un vrai coup de nostalgie : ....du temps où je l'ai entendu un peu interloqué chez Lenoir ...du temps où je trouvais que c'était le disque rock le plus "lynchien" jamais paru (inconfortable, convulsif et beau à la fois comme le ciné du grand David)...du temps où je me doutais qu'on reparlerait encore dans longtemps alors qu'on aurait un peu oublié les Happy Mondays ou les Stone Roses qui m'indifféraient ...du temps où Les Inrocks était un journal mensuel et très pertinent - si, si, ça a existé! - ...du temps surtout où j'étais plus jeune, quoi, bande d'inconscients, Vincent et Twist, qui me filez ici un gros coup de vieux !
    ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oh lala, comment ca la jeune generation en a cure??!! On ne compte plus toutes ces nouvelles formations qui regardent leur pieds en torturant leurs guitares, de Test dep a The pain of being pure at heat....et meme si on doit plus a s'attendre a gros retour d'un indus/folk ce genre reste tres prise des ados si j'en juge par mes ventes....en tout cas aux US...Gwen

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu