Accéder au contenu principal

Radiohead - The King Of Limbs

Cela me fait mal de le dire aujourd'hui, mais un album de Radiohead m'ennuie... pour la première fois. Et oui, j'avais pourtant encore adoré leur précédent, "In Rainbows", au son si chaud et rassurant mais que beaucoup avait négligé, en grande partie sans doute à cause de leur coup marketing de le proposer gratuitement en téléchargement sur le net. Depuis 1995 et leur classique pop "The Bends",  Radiohead a marqué mon parcours musical en le jalonnant de disques indispensables, comme des pierres angulaires. Chaque nouvelle sortie apportait d'abord son lot de surprises et d'étonnement devant le virage artistique pris par la bande de Thom Yorke, puis d'adoration (et de vénération?) après seulement quelques écoutes. Ce "King Of Limbs", j'ai beau me le repasser indéfiniment, c'est toujours la même sanction qui s'impose : il est ennuyeux et froid. J'ai beau le retourner dans tous les sens, l'aborder de différentes manières : je n'y trouve pas d'accroche. Les guitares semblent avoir cette fois-ci carrément déserté la partie ou presque, la musique bifurquant dans les méandres d'un dubstep complètement désincarné, où même la voix de Yorke ne parvient plus à réchauffer et alléger l'atmosphère.
Bien sûr, on est encore loin du disque "facile" et timoré comme peut l'être le dernier Arcade Fire par exemple. Radiohead continue malgré tout d'avancer, à sa manière, mais l'émotion y est pour une fois, comme absente. Comme si, subitement, la machine tournait à vide, l'inspiration devenait vaine, les mélodies ne décollant pour ainsi dire jamais. Ce n'est certes pas encore une raison valable pour ne plus les suivre de manière définitive - on n'efface pas si facilement plus de 15 années de vie commune si riches et intenses - mais assez pour marquer un coup d'arrêt dans ma relation jusque là sans faille avec le célèbre quintette d'Oxford.

Clip de "Lotus Flower" :

Commentaires

  1. complétement d'accord avec toi, la démarche est sincère et respectable mais niveau musique on a toujours autant de mal de s'y retrouver. Pourtant les deux premiers titres sont assez passionnants je trouve, mais après le groupe s'enferme dans son truc et joue des titres de moins en moins intéressants hormis un ou deux sursauts.

    RépondreSupprimer
  2. Je crois que ce disque tient une place vraiment particulière dans la discographie de Radiohead, dans le sens où il s'appréhende de manière bien différente. Il n'y a aucun morceau accrocheur, très peu de mélodies qui se retienne... C'est un album monolithique, qui demande à être taillé pour en dévoiler toutes les qualités. Alors que les précédents se révélaient d'eux-même en les laissant décanter.
    Les qualités qui sont, en vrac, l'extrème profondeur de la batterie, bien moins monotone qu'il n'y parait, les lignes de basses sublimes et tous ces petits plus sonores dont Jonny Greenwood a le secret.
    Bref, j'aime beaucoup cet album, même si d'une certaine façon il ne me satisfait pas entièrement.

    RépondreSupprimer
  3. Je ne pense pas qu'on puisse vraiment dire que cet album est ennuyeux. Je trouve que Radiohead pousse toujours plus loin ça recherche, cet album est simplement difficile a l'écoute car ce ne sont pas des mélodies toutes faites. Nous sommes face a un album très expérimental, dans le même esprit que KID A qui fut déroutent après un album tel que OK Computer. Il faut commencer par l'écouter de la manière la plus neutre possible avant de sombrer dans cette atmosphère propre a ce groupe. C'est là que Radiohead puise ça force, c'est cette différence qui fait tout leur charme.

    RépondreSupprimer
  4. @Spiroid & Anonyme : J'aimerais partager votre plus grand enthousiasme. Mais s'il fallait comparer ce disque à "Kid A" ou "Amnesiac", il y avait quand même dans ces deux derniers, de grandes chansons qui m'ont assez rapidement emballé : "Idioteque", "Morning Bell", "You And Whose Army", "Life In A Glasshouse". Ici, rien de tel.

    RépondreSupprimer
  5. The King of Limbs, une bonne compilation de B-sides perdue quelque part entre Hail To The Thief et The Eraser.

    RépondreSupprimer
  6. In Rainbows m'ennuyait déjà beaucoup, alors là... Ce groupe est artistiquement mort depuis un moment je le crains.

    RépondreSupprimer
  7. Je comprends pas qu'on puisse faire l'éloge d'Arnaud fleurent-dider et affirmer que TKOL est ennuyeux???
    Julien

    RépondreSupprimer
  8. je me suis déjà planté en jugeant trop vite les albums de radiohead: il m'a fallu pas mal d'écoutes d'amnesiac pour pouvoir en digérer l'ampleur et c'est aujourd'hui l'un de mes préférés. je crois qu'on leur doit bien quelques semaines d'approche. à mon avis il s'agit d'un concept qui est aux antipodes d'un hail to the thief où selon moi chaque morceau est assez catchy en lui-même mais l'ensemble me donne l'impression d'un patchwork éloigné d'un concept d'Album cohérent et brut. the king of limbs fait l'effet d'un monolithe (j'aime bien l'expression de spiroid) qui doit être assimilé en bloc, avec une patience et sans doute un effort auxquels nous ne sommes plus vraiment habitués...
    bon on verra peut-être que dans quelque temps je me rendrai compte qu'en fait c'est une grosse bouse!
    Thomas

    RépondreSupprimer
  9. et hop, 2 jours d'écoute attentive plus tard et c'est déjà le meilleur album de tous les temps!
    Thomas

    RépondreSupprimer
  10. @Thomas : Ce n'est sûrement pas une grosse bouse et encore moins le meilleur album de tous les temps. Désolé, mais même si c'est Radiohead et que cela reste un de mes groupes préférés, je ne vois pas pourquoi je devrais me torturer à le réécouter inlassablement. "Amnesiac" comme "Kid A", je les ai aimés assez rapidement, mais là franchement, non...

    RépondreSupprimer
  11. le problème, je crois c'est qu'on pense le plus grand mal parce que justement c'est un album de Radiohead. Qu'ils délaissent la mélodie pour se concentrer sur la texture, pourquoi pas ? On en reparlera dans deux ans.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Iggy Pop - Post Pop Depression

Après la mort de l'icône Bowie, c'est plus fort que nous, on essaie de faire le point. Que sont devenus nos idoles ? Ces modèles, ces personnages incontournables de l'histoire du rock. Ces artistes qui ont su traverser les générations, en restant aujourd'hui encore des références pour les plus jeunes. Iggy Pop est évidemment de ceux-là. Même si la figure tutélaire du punk, l'iguane, a pris du plomb dans l'aile depuis pas mal d'années, jusqu'à apparaître dans des spots publicitaires, en parodie de l'éternel rebelle. Comme s'il était le seul à parler à tout le monde dans les chanteurs dits un tant soit peu transgressifs. Mais l'époque de "I Wanna Be Your Dog" ou autres "Penetration" est bien révolue. Le monde a changé, plus très apte à s'offusquer à la première chanson un peu trop crue écoutée. Iggy lui même a vieilli, il l'avoue. Il ne se sent pas rivaliser avec la nouvelle génération. D'ailleurs, où est la re…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Baxter Dury - Prince of Tears

Revoilà Baxter, fils de, et petit prince d'une pop douce-amère aux intonations cockney. Dès les premières notes de "Miami", on reconnait son style si caractéristique, son côté dandy cynique et passablement misanthrope. Dury est adepte de l'humour British : cacher sous une apparente nonchalance (et sans doute quelques verres d'alcool) une profonde mélancolie. Depuis la terrible "Happy Soup", le chanteur est un habitué de mes tops de fin d'année. Ce "Prince of Tears" ou l'éternel sujet du comment se sortir par la musique d'un douloureux chagrin d'amour, devrait ne pas déroger à la règle. Ce disque n'a finalement qu'un seul défaut, celui d'être trop court. Il s'y dégage cette habituelle impression de facilité, comme si ces mélodies allaient de soi. Un peu comme Gainsbourg, dont l'anglais n'a jamais été aussi proche, en son temps. Les arrangements font régulièrement penser à l'auteur de "Melody Nel…