Accéder au contenu principal

Mes indispensables : David Bowie - The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (1972)

Je me rappelle de notre première rencontre, de ces sourires complices échangés. Je n'étais pas vraiment sûr de moi, pas encore sûr de nous. Je savourais juste l'instant. Plus que tout autre sujet, la musique nous avait tout de suite rapprochés. David Bowie. J'avais prévu d'aller le voir sur scène, aux arènes de Nîmes, quelques jours plus tard, le jour de la fête nationale. Nous ferions expressément pour l'occasion le trajet en voiture avec un ami. Tu m'avais ouvertement envié ce soir-là, regrettant amèrement de ne pas s'être trouvés plus tôt. David Bowie, quand même. Pour moi, il y avait aussi Pulp, Suede, etc. Pour toi aussi, mais au-dessus de tout, il y avait David Bowie. Quand même. Tu avais raison. Ce fut mon premier concert avec toi, ne manquait que ta présence physique. Bowie enchaîna tous ses classiques : "Heroes" bien sûr, mais aussi "Starman" et "Ziggy Stardust" de l'album du même nom, ton préféré. Je ne me rappelle plus si le concert était bien. Je me rappelle juste qu'à quelques centaines de kilomètres de distance, nous assistions tous deux, au même moment, à un feu d'artifices. Depuis, nous sommes allés à Londres, pour notre premier voyage à deux, en pèlerinage, sur le lieu même où a été prise la photo de la pochette du mythique album "Ziggy Stardust". A deux pas de Piccadilly Circus et de l'agitation touristique, nous avons comme Bowie immortalisé ce moment, sous les yeux interloqués de passants et de gens paisiblement installés à la terrasse d'un café.
Nous avons aussi revu ensemble le chanteur à Bercy, lors de sa dernière tournée en date. Tous ses disques trônent désormais fièrement et bien en évidence sur les étagères de notre bibliothèque. Rien n'a fondamentalement changé. Il y a juste plus de choses, de souvenirs, de personnes qui me rappellent ta présence, qui me parlent de toi. S'il a été le premier, Bowie n'est maintenant plus le seul. Mais aujourd'hui encore, s'il ne devait en rester qu'un, s'il ne devait en rester qu'une... Bon anniversaire, chérie ! (et désolé de t'avoir "piqué" ta chronique :)

"Starman" :
"Ziggy Stardust" :

"Five Years" :

Commentaires

  1. Alors ça Papa, c'est une jolie surprise... Merci ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Sympa le joyeux anniversaire.

    RépondreSupprimer
  3. Une suggestion pour entendre plusieurs reprises de cet album par Danny Michel... Différent mais presque aussi bon.

    http://vrac-musique.com/files/Danny-Michel.html

    RépondreSupprimer
  4. Hey! I could have sworn I've been to this website before but after reading through some of the post I realized it's new to me.
    Anyways, I'm definitely glad I found it and I'll be
    bookmarking and checking back frequently!
    My web site > replica Pro beats headphones by dre

    RépondreSupprimer
  5. It's the best time to make some plans for the future and it is time to be happy. I have read this post and if I could I wish to suggest you few interesting things or suggestions. Maybe you could write next articles referring to this article. I wish to read more things about it!
    Feel free to surf my web site ; click through the following document

    RépondreSupprimer
  6. I think this is one of the so much significant information for me.
    And i am glad studying your article. But wanna statement on few normal things, The web site taste is ideal, the articles is in reality excellent
    : D. Just right activity, cheers
    Look at my webpage - backup client server

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…