Accéder au contenu principal

Mes indispensables : David Bowie - The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spiders From Mars (1972)

Je me rappelle de notre première rencontre, de ces sourires complices échangés. Je n'étais pas vraiment sûr de moi, pas encore sûr de nous. Je savourais juste l'instant. Plus que tout autre sujet, la musique nous avait tout de suite rapprochés. David Bowie. J'avais prévu d'aller le voir sur scène, aux arènes de Nîmes, quelques jours plus tard, le jour de la fête nationale. Nous ferions expressément pour l'occasion le trajet en voiture avec un ami. Tu m'avais ouvertement envié ce soir-là, regrettant amèrement de ne pas s'être trouvés plus tôt. David Bowie, quand même. Pour moi, il y avait aussi Pulp, Suede, etc. Pour toi aussi, mais au-dessus de tout, il y avait David Bowie. Quand même. Tu avais raison. Ce fut mon premier concert avec toi, ne manquait que ta présence physique. Bowie enchaîna tous ses classiques : "Heroes" bien sûr, mais aussi "Starman" et "Ziggy Stardust" de l'album du même nom, ton préféré. Je ne me rappelle plus si le concert était bien. Je me rappelle juste qu'à quelques centaines de kilomètres de distance, nous assistions tous deux, au même moment, à un feu d'artifices. Depuis, nous sommes allés à Londres, pour notre premier voyage à deux, en pèlerinage, sur le lieu même où a été prise la photo de la pochette du mythique album "Ziggy Stardust". A deux pas de Piccadilly Circus et de l'agitation touristique, nous avons comme Bowie immortalisé ce moment, sous les yeux interloqués de passants et de gens paisiblement installés à la terrasse d'un café.
Nous avons aussi revu ensemble le chanteur à Bercy, lors de sa dernière tournée en date. Tous ses disques trônent désormais fièrement et bien en évidence sur les étagères de notre bibliothèque. Rien n'a fondamentalement changé. Il y a juste plus de choses, de souvenirs, de personnes qui me rappellent ta présence, qui me parlent de toi. S'il a été le premier, Bowie n'est maintenant plus le seul. Mais aujourd'hui encore, s'il ne devait en rester qu'un, s'il ne devait en rester qu'une... Bon anniversaire, chérie ! (et désolé de t'avoir "piqué" ta chronique :)

"Starman" :
"Ziggy Stardust" :

"Five Years" :

Commentaires

  1. Alors ça Papa, c'est une jolie surprise... Merci ! ;)

    RépondreSupprimer
  2. Sympa le joyeux anniversaire.

    RépondreSupprimer
  3. Une suggestion pour entendre plusieurs reprises de cet album par Danny Michel... Différent mais presque aussi bon.

    http://vrac-musique.com/files/Danny-Michel.html

    RépondreSupprimer
  4. Hey! I could have sworn I've been to this website before but after reading through some of the post I realized it's new to me.
    Anyways, I'm definitely glad I found it and I'll be
    bookmarking and checking back frequently!
    My web site > replica Pro beats headphones by dre

    RépondreSupprimer
  5. It's the best time to make some plans for the future and it is time to be happy. I have read this post and if I could I wish to suggest you few interesting things or suggestions. Maybe you could write next articles referring to this article. I wish to read more things about it!
    Feel free to surf my web site ; click through the following document

    RépondreSupprimer
  6. I think this is one of the so much significant information for me.
    And i am glad studying your article. But wanna statement on few normal things, The web site taste is ideal, the articles is in reality excellent
    : D. Just right activity, cheers
    Look at my webpage - backup client server

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…