Accéder au contenu principal

Dictionnaire amoureux du Rock d'Antoine de Caunes

Antoine de Caunes, cet "aristocrate" du rock est la preuve pour moi qu'on peut écouter la même musique sans pour autant écouter les mêmes disques. Comme le titre même de son livre l'indique, il est passionné de rock. Il est tombé dedans quand il était tout petit, peu de temps après les premiers balbutiements du genre, avec, comme beaucoup de gens de sa génération, les Beatles et les Rolling Stones. Il est le plus connu (avec Manoeuvre) de la brochette de journalistes qui ont alors débarqué dans le paysage audiovisuel, venant nous révéler la bonne nouvelle et la voie (musicale) à suivre avec des émissions comme Chorus, les Enfants du Rock ou Rapido. Des défricheurs - même si pour de Caunes, sa généalogie télévisuelle l'a beaucoup aidé à percer dans le milieu - qui, depuis, se sont embourgeoisés, campant toujours sur leurs positions et surtout, dont les goûts semblent être restés au mieux scotchés à la fin des années soixante-dix ans et à l'arrivée du punk. Le seul de la bande à être toujours à l'écoute de l'actualité musicale demeure ce cher Bernard Lenoir, qui continue, bon an mal an à faire partager ses récents coups de coeurs aux auditeurs de France Inter. Toujours est-il qu'il serait indécent de nier l'évident talent d'écriture de de Caunes. La lecture de certaines entrées de ce dictionnaire s'avèrent même être de petits plaisirs assez jouissifs (surtout quand on est en phase) comme celle sur U2, par exemple : "U2 me pète les burnes à un point qui dépasse l'entendement. Je dirais, pour illustrer, qu'il m'est physiquement impossible d'écouter un seul morceau sans qu'un engourdissement proche de la catalepsie s'empare de moi. [...] L'incarnation d'un rock à (bonne) conscience en font des prototypes parfaits de têtes à claques. Qu'on hésite de surcroît à gifler, vu que, en bons chrétiens, ils seraient capables de tendre aussitôt l'autre joue, ces cons." Pour le reste, le monsieur est surtout amateur de blues (Stevie Ray Vaughan), country (Lyle Lovett) ou de rock calibré (Bruce Springsteen qu'il idolâtre par dessus tout). Bref, que des trucs de vieux ("cons", en référence à un autre article :) et pas beaucoup de points communs avec mes indispensables. Et je me dis qu'il aurait aisément pu tenir un blog s'intitulant "La musique à papy" (même si mon père à moi n'est malheureusement pas fan du Clash :), question de génération. Et c'est finalement assez rassurant de ne pas écouter les mêmes disques que ses parents, non ?

PS : De Caunes est actuellement au Théâtre du Rond-Point, à Paris pour des lectures de son pote (et nègre?) Laurent Chalumeau, où il est notamment question de leur amour commun pour le rock.

Elvis Costello "Pump It Up"

Elvis Costello, avec son pseudo blasphématoire - Elvis, le vrai, était à peine refroidi -, sa tête de nerd, ses pantalons trop courts, ses pompes pointues et sa cravate ficelle, ne payait pas de mine quand il déboula comme un pur-sang énervé, prêt à saillir la terre entière, sur la scène rock de 77.

Dr Feelgood "Roxette"

Si, il y a une chose dont je suis fier, c'est d'avoir démarré ma carrière de producteur télévision en invitant Dr Feelgood à ouvrir le feu.

John Hiatt "Have A Little Faith In Me"

L'absence de stratégie devient parfois une stratégie en soi. Ou une absence tout court quand elle se solde par un insuccès largement immérité. Et malheureusement, des John Hiatt, il y aurait de quoi en remplir des dictionnaires. On pourrait appeler ça "Le Dictionnaire amoureux de la louze". Succès assuré ?

Garland Jeffreys "Hail Hail Rock'n'Roll"

Tout le monde aimait Garland, les artistes, le public de ses concerts qu'il se mettait dans la poche le temps des deux premières chansons, les journalistes, ma mère, les Hell's Angels de Crimée. Il émanait de lui une telle force vitale, un tel amour de la musique, un tel humour que personne ne résistait à son charme.

Nick Lowe "Cruel To Be Kind"

En écoutant "At My Age", le dernier en date des albums de Nick Lowe, en savourant à leur juste valeur la brillance des compositions, l'humour à froid des textes et la simplicité épurée des arrangements et de la production, je me dis que décidément, j'avais ce type-là dans la peau, et que, quand bien même il était mon aîné, j'aimerais, arrivé à cet âge-là, être capable d'un tel accomplissement.

Graham Parker "Local Girls"

Cet article de notre dictionnaire ne changera bien entendu strictement rien au karma contrarié de l'interessé. Puisse-t-il seulement inciter quelques oreilles vierges à se tendre vers lui, ou vers son ami Tex, qu'il aurait rempli sa mission.

The Shaggs "My Pal Foot Foot"

Zappa, qui s'y connaissait, les trouvait "plus intéressantes que les Beatles", tandis que le New York Times titrait cet oxymore définitif : "Le meilleur plus mauvais groupe du monde."

Squeeze "Another Nail In My Heart" 

Quelques chansons réussirent à se nicher provisoirement en tête de peloton, on chanta leurs louanges dans la presse, et tout le monde s'accorda à admettre que le couple Tilbrook/Difford n'était pas sans évoquer celui formé par Lennon et McCartney. Richesse et inventivité mélodique, acidité du point de vue, décalage du commentaire sur la société anglaise, ses us et coutumes, l'humour, etc.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Oser qualifier la musique du Boss de "truc" (sic) de vieux (peut-on avoir la référence de l'article sur les "cons", au passage ?), faut le faire ! Ou bien c'est une plaisanterie que je ne goûte guère... Bah, je ne t'en veux pas, jeune effronté :)

    RépondreSupprimer
  3. @JP : L'article intitulé "Vieux con" est un article de ce dictionnaire, preuve si besoin était que monsieur de Caunes a de l'humour et un certain sens de l'auto-dérision. Quant à Springsteen, je ne dois pas être très objectif car ce genre de musique ne m'a jamais beaucoup branché. Désolé mais ça manque franchement de fantaisie et de légèreté. Enfin, c'est un avis perso...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d