Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Metronomy - Nights Out (2008)

Les tops et bilans de fin d'année s'avèrent bien souvent superfétatoires - oui, j'avais envie de le placer celui-là :) Ils ne reflètent de plus, que la vérité d'un jour qui n'est, c'est bien connu, pas toujours celle du lendemain. En 2008, j'étais passé à côté du "Nights Out" de Metronomy. Pas complètement non plus, car "The End Of You Too" (U2?), véritable morceau de bravoure du groupe, figurait déjà dans ma liste de chansons de l'année. Un an plus tard, le deuxième album des anglais était devenu l'un de ceux que j'avais le plus écouté dans l'intervalle. Ce disque est en effet une incroyable machine à danser, variée, intelligente, très éloignée de toute cette production au kilomètre qu'on peut entendre sur la bande FM en tête desquels on retrouve les DJet setteurs David Guetta ou Bob Sinclar, à l'égo surdimensionné. En comparaison, Joseph Mount ne paie pas de mine et on l'imagine mal derrière les platines sur une plage à Ibiza, les Ray Bans au sommet du crâne et la Rollex au bras. Mais plus encore que les disques de ces deux décérébrés du bulbe, "Nights Out" se révèle particulièrement irrésistible sur le dancefloor, car jamais la cadence ne ralentit. Ce n'est pas vraiment le genre de trips à s'effectuer le lendemain de fêtes arrosés. A déconseiller (seulement) aux migraineux donc.
Metronomy sont les Daft Punk anglais ? Oui, sans doute un peu. L'humour et le sens inné de la mélodie pop qui tue, en plus. Les casques et les goûts prononcés pour les vieux mangas des années 70-80 en moins. En avril prochain sortira le troisième album du groupe, un premier single, "She Wants", est déjà sorti. Les basses sont toujours aussi marquées, mais se font cette fois-ci plus arrondies et souples. Je ressens alors une curieuse appréhension et comme le sentiment d'y avoir perdu au change. Même si j'attendrai évidemment d'avoir écouté entièrement "The English Riviera" pour me prononcer définitivement et confirmer ou non cette première impression. Dans tous les cas, c'est la tête pleine de "Heartbreaker" ou autres "Radio Ladio" que nous avons déjà réservé, maman - dont ce sont les chouchous - et moi, nos places pour les voir jouer sur la scène du Cabaret Voltaire, à Edimbourgh, le 25 avril prochain. "I heard she broke your heart again, I heard she broke your heart, well that girl's a heartbreaker".

Clip de "Radio Ladio" :

Clip de "A Thing For Me" :

Clip de "Heartbreaker" :

Clip de "On The Motorway" :

Commentaires

  1. je garde un bon souvenir de cet album, pas sûr que le nouveau soit aussi bon. En tout cas, les premières écoutes m'ont moyennement emballées. Bon, en en voiture, ce n'est pas toujours le meilleur endroit pour juger de la qualité d'un album.

    RépondreSupprimer
  2. moi qui n'ai pas encore écouté l'album (!), je les ai juste vus lors d'une retransmission d'un live récent à La Boule Noire grâce à Spotify ... et j'avoue, comme vous deux, que je me méfie. Leur prestation était inégale, leur nouveau son avec batteuse et bassiste m'a semblé plus carré, mais moins fun et électro qu'avant, proche de ce que peut faire TV On The Radio : plus pro mais pas forcément plus exaltant...

    RépondreSupprimer
  3. Pas écouté le nouveau mais leur premier single est quand même imparable. Sinon, 'Nights Out' est un chouette album, clairement, avec sa pochette qui me rappelle OutRun, le jeu vidéo sur Mastersystem...

    RépondreSupprimer
  4. Hé hé, je partage le même avis que toi. Quoi qu'après plusieurs écoutes ça passe plutôt bien. On est pas au niveau de "Radio Ladio" mais bon, tant pis.
    J'ai moi même fait un article sur mon blog à propos d'eux hier soir (http://tujoues.blogspot.com/2011/03/metronomy-first-view-of-their-new-album.html), c'est comme ça que je suis tombé sur le tiens. Vraiment super blog, je passerai plus souvent.

    R'c.

    RépondreSupprimer
  5. Tombé sur ce blog par hasard (bah oui) en recherchant des infos sur Cass McCombs (rien à voir avec le présent article donc), je me suis surpris à fureter et je confirme les propos de R'c. ci-dessus : "super blog", qui vaut la peine d'être suivi (notamment pour l'utilisation, sans que cela ne paraisse bizarre, du mot "superfétatoire").

    Je ne connaissais pas Metronomy. Je me suis dit qu'ils gagneraient à être connus (mais peut-être est-ce déjà le cas en fait ?), ne fut-ce que pour leurs clips remplis d'un humour et d'un détachement purement britannique... Ils ont réussi à m'arracher au moins trois fous rires en un quart d'heure. "A Thing For Me" est par ailleurs très inventif visuellement.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d