Accéder au contenu principal

Mes indispensables : New Order - Power, Corruption & Lies (1983)

Il existe dans l'histoire du rock peu de groupes ayant réussi à perdurer en demeurant aussi passionnants, malgré la mort de leur chanteur et leader. New Order, comme un nouvel ordre, une envie de faire autre chose, d'abandonner cette cold wave mélancolique de Joy Division qui a trouvé sa conclusion morbide - et prévisible ? - dans le suicide par pendaison de Ian Curtis. Les autres membres naïfs et insouciants disent après coup n'avoir pas vraiment pris la pleine mesure du malaise existentiel de leur ami, ayant juste l'impression que tout cela participait au grand cirque, spectacle du rock'n'roll. Toujours est-il que trois ans plus tard, ils trouvent enfin leur style, avec le légendaire single "Blue Monday" et leur direction, ça sera celui du dancefloor. L'ouverture au monde plutôt que le repli sur soi et "l"isolation". Les fans de Joy Division  peuvent le regretter, mais New Order créé aussi une nouvelle tendance, dont on voit aujourd'hui encore la filiation évidente, les deux groupes faisant partie des influences majeures de la nouvelle génération.
Pourtant, si la carrière météorite de Joy Division est - forcément ? - exemplaire et sans fausse note, celle de New Order, plus longue est plus parsemée d'épines et de routes caillouteuses. Elle ressemble même à un chemin de croix, tellement l'inspiration semble se déliter au fil des années, jusqu'à  l'abandon définitif, il y a quelques années. Mais sur ce deuxième disque, sorti juste après leur single culte - qu'on retrouve d'ailleurs sur certaines éditions dudit album - ces sont des fleurs qui ornent la pochette. L'heure est encore à la fête. "Age Of Consent", qui débute le disque, est peut-être leur meilleure chanson, un formidable condensé de synthés dansants et de basses tranchantes. Elle n'a toujours pas pris une ride. On ne peut pas en dire autant de toute leur discographie, sévèrement marquée eighties et qui n'a souvent pas très bien vieillie. "Power, Corruption & Lies" donc, comme une formidable révélation, une renaissance plutôt, mais aussi le début d'une lente descente...

"Age Of Consent" live à la BBC en 1984 :

Commentaires

  1. Salut papa,

    Rien à dire de plus sur Power, corruption & lies. Par contre, je te trouve un peu sévère sur le reste de la discographie de New Order. Franchement jusqu'à Technique (peut être le plus inégal de leurs albums 90's), c'est quasi tout bon!
    Après, c'est sûr que ça se corse un peu, même si Get Ready, parfait condensé mancunien (Joy Division, New Order et Oasis sont sur un bateau...), sauve un peu la mise.
    Mais bon, cette mansuétude vient sans doute de mes lectures assidues du magazine Magic, notre Melody Maker à nous...

    RépondreSupprimer
  2. Erratum: Tenchinique est le plus inégal de leur période 80's et non 90's bien entendu...

    RépondreSupprimer
  3. @dale : Oui, tu as raison les 3 disques suivants sont aussi plutôt bons : "Low-Life", "Brotherhood" et "Technique", mais je trouve qu'ils perdent petit à petit leur côté "rock" et donc ce qui faisait leur spécificité pour ressembler par moments un peu trop à du Pet Shop Boys ;)

    RépondreSupprimer
  4. COMMENT????? Mais c'est très bien les Pet Shop Boys!!!!! (Mode "je m'insurge").
    Maintenant, si tu es capable de me citer ne serait ce qu'un titre de new order qui ressemblerait même de loin au répertoire des 2 dandys gays, je te paie un coup.

    RépondreSupprimer
  5. Je reste un grand fan de New Order, on pourrait aussi rappeler que les pochettes étaient aussi super... à l'image de leur musique. Sans oublier le très charismatique bassiste, mmhhh ah oui, je me souviens du nom, Peter Hook, avec sa basse à hauteur des genoux.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…