Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Grandaddy - The Sophtware Slump (2000)

Lundi prochain sera rediffusée sur l'antenne de France Inter la black session de Grandaddy datant de 2003 c'est-à-dire de la sortie de leur album "Sumday", nouveau jeu de mots après celui de "The Sophtware Slump". Ces deux disques, tous deux excellents, représentent aujourd'hui encore ce que le groupe a fait de mieux. Mais s'il ne fallait en garder qu'un pour cette rubrique d'indispensables, ça serait donc "The Sophtware Slump", plus aérien et aéré, respirant davantage la nature et le grand air. La nature est d'ailleurs un des thèmes de prédilection - avec les nouvelles technologies - de Jason Lytle, leader de Grandaddy. Il paraît encore difficile aujourd'hui de croire que ces californiens barbus, écolos et adeptes de skateboard soient devenus, l'espace de quelques années, l'un des fleurons de la pop outre-Atlantique.
Ce disque, leur plus abouti donc, reste sans doute avec "Deserter's Songs" de Mercury Rev et "The Soft Bulletin" des Flaming Lips, l'un des trois classiques générés par la mouvance de pop (néo) psychédélique qui aura marqué la fin des années 90. Ces groupes rêvaient de grandeur sans se prendre au sérieux et c'est d'ailleurs le plus barjot des trois (les Lips évidemment) qui a su durer tout en restant passionnant. Comme quoi, la folie conserve. Lytle a en effet mis un terme à Grandaddy, il y a une paire d'années maintenant, se rasant au passage la barbe (grave erreur :-) Il a d'abord sorti un album solo honorable sous son propre nom puis on l'a revu dernièrement aux manettes des anecdotiques Admiral Radley. De toute façon, quelqu'un avec un tel nom (Lytle?) et originaire d'une ville comme Modesto peut-il faire une grande carrière ? Il me reste donc le souvenir d'une belle black session - et oui, j'y étais - et ces deux disques susnommés qui ont remis remarquablement au goût du jour les claviers de (grand-) papa. Le genre de "modestie" que l'on n'oublie pas si facilement...

Clip de "The Crystal Lake" :

Clip de "Jed's Other Poem" :

Commentaires

  1. Mon album préféré de l'an 2000, et peut être même de la décennie passée si on considère que l'année 2000 aura été la plus fournie en chefs d'oeuvre (Kid A, Felt Mountain, The Noise Made by People, XTRMNTR, Lost Souls, Virgin Suicide, Hour of Bewilderbeast,United, Highball Me et j'en oublie sûrement!).

    RépondreSupprimer
  2. chef-d'oeuvre ? c'est comme ça qu'on dit ?

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Ganser - Just Look At The Sky

" Regarde juste le ciel " nous demande ce groupe américain originaire de Chicago. Comme en son temps, un groupe de pop bien de chez nous, nommé Aline. Pourtant, on ne navigue pas du tout dans les mêmes eaux. Ici, le climat est plus sombre, tendu, lourd. On ne ressent alors pas ça comme un conseil, mais plutôt comme un ordre, une sommation. Dès " Lucky ", le ton est donné. Le riff de guitare, comme martelé, emporte tout sur son passage tel un ouragan. Et les coups de semonces s'enchaînent ainsi de manière régulière tout au long de ces neuf titres rageurs. On pense évidemment à Sonic Youth, un peu moins à Electrelane, même si c'est étonnament leur guitariste Mia Clarke, exilée à Chicago, qu'on retrouve à la co-production.  Ganser, en plus des guitares tranchantes, ce sont deux chanteuses Nadia Garofalo et Alicia Gaines qui se sont rencontrées dans une école d'art. Elles y ont partagé leurs passions communes pour la musique de The Residents et les films

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We