Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Franz Ferdinand - Franz Ferdinand (2004)

Les Franz Ferdinand font partie de ces quelques groupes apparus pendant la décennie 2000 et qui resteront sans doute comme la formation d'un seul album, à l'instar des Strokes, des Libertines, de Interpol, etc. Ce n'est pas que leurs disques suivants soient mauvais, non, mais on a comme l'impression qu'ils avaient alors déjà tout dit et que quoiqu'ils fassent désormais, ils ne pourront au mieux que se répéter. A croire d'ailleurs que ce phénomène soit assez propre à cette décennie, même si le public s'intéresse toujours à la plupart d'entre eux, et ils sont paradoxalement, de plus en plus nombreux. Le "Take Me Out" des Franz Ferdinand, single impeccable restera comme un des hymnes de ces années-là, une de ces chansons qu'on ressortira à l'occasion, lorsqu'on voudra en faire un bilan. Avec un tel nom de groupe, on aurait pu penser à une déclaration de guerre, mais c'est ailleurs qu'il faut chercher. En effet, les Ecossais nous balancent dès le premier titre "Jacqueline", leurs ambitions : "It's always better on holiday. Always better on holiday. That's why we only work when we need money." Tout est dit, même s'il faut évidemment le prendre au second degré (encore que), humour britannique oblige.
Alex Kapranos et sa bande pourront passer chez certains comme des besogneux du rock, ayant appris par coeur leur Gang Of Four ou leur Jam. Franz Ferdinand en a pourtant fait une musique nettement plus festive, pop et directe - en témoigne cet excellent souvenir de black session où le public réputé timoré était venu danser sur scène avec le groupe. On pourra aussi reprocher aux Franz Ferdinand, de tomber petit à petit dans la facilité, d'être plus ambitieux économiquement qu'artistiquement parlant. En travailleurs consciencieux, ils essaient juste de bien faire leur boulot espérant en cela gagner plus, pour... glander plus. Comme beaucoup d'entre nous, finalement. Peut-on donc leur en vouloir pour cela ? En tout cas, nous avons suivi leur conseil avec maman, puisqu'à l'heure où vous lirez cet article, nous serons en vacances, à Edimbourg, dans le pays natal du groupe.

Clip de "Take Me Out" :

Clip de "Darts Of Pleasure" :

Clip de "The Dark Of The Matinée" :

Clip de "Michael" :

Clip de "This Fire" :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu