23 avril 2011

Stanley Kubrick (1928-1999)

L'exposition sur Stanley Kubrick à la Cinémathèque de Paris ? L'occasion était trop belle, tout d'abord d'aller y faire un tour, puisqu'en plus, c'est à deux pas de chez moi et ensuite de faire un post ici sur le réalisateur. Kubrick, c'est pour moi et pour beaucoup je pense, le plus grand, l'un des rares à avoir réussi à élever le cinéma au rang d'art majeur, à part entière. On cherche d'ailleurs actuellement ceux ayant de telles exigences et ambitions artistiques. Car, le monsieur a non seulement abordé un large spectre de genres : le film de guerre ("Les Sentiers de la Gloire", "Full Metal Jacket"), le film d'époque en costumes ("Barry Lyndon", sans doute mon préféré), le péplum ("Spartacus"), le film de moeurs ("Lolita"), le film d'horreur ("Shining"), le film de science-fiction ("2001, l'Odyssée de l'espace"), etc; mais à chaque fois, il a en plus réussi à imposer sa marque et produit un classique, une référence incontournable et inépuisable. En perfectionniste invétéré, tout dans ses films était minutieusement pensé. On garde en souvenir bien longtemps après leur vision, des scènes (le soldat surnommé "Grosse Baleine" pétant un câble dans "Full Metal Jacket"), des décors (les magnifiques tableaux impressionnistes de "Barry Lyndon" éclairés à la bougie), des costumes (ceux très seventies de "Orange Mécanique") des performances d'acteurs (Nicholson inoubliable dans "Shining"), et des musiques aussi. Comment ne pas se rappeler en effet du formidable ballet spatial sur l'air du "Beau Danube Bleu" de Strauss dans "2001" ? de "Singing in the rain" chanté par Alex et ses droogs dans "Orange Mécanique" lorsqu'ils commettent leurs méfaits ultra-violents ? de "Paint It Black", juste à la fin de "Full Metal Jacket" alors que le héros vient de nous avouer : "Je vis dans un monde merdique, oui, mais je suis vivant et je n'ai pas peur" ? Et puis du "Baby Did A Bad Bad Thing" de Chris Isaak pendant que Nicole Kidman nous fait admirer sa sublime chute de reins dans "Eyes Wide Shut" ? Les films de Kubrick sont marquants par tous ces aspects qui font LE CINEMA.

"2001, l'odyssée de l'espace" (1968) :


"Orange Mécanique" (1971) :


"Barry Lyndon" (1975) :


"Full Metal Jacket" (1987) :


"Eyes Wide Shut" (1999) :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire