Accéder au contenu principal

Here We Go Magic, Half Moon Run, Andy Burrows - Festival les Inrocks Volkswagen - Paris, Divan du Monde - 6 novembre 2012

Cette soirée aura été marquée sous le signe des défections. Celle de la tête d'affiche d'abord, Andrew Bird, il y a déjà quelques mois de cela. Puis plus récemment des anglais de Arthur Beatrice. Les deux noms les plus intéressants de la programmation diront les mauvaises langues. Un changement de salle plus tard et la présence d'un dénommé Andy Burrows, l'ancien batteur des très dispensables Razorlight, en lieu et place de Arthur Beatrice, la soirée pouvait quand même avoir lieu. J'arrive juste à temps pour le début des festivités avec donc ce Burrows, qui me fait tout de suite regretter de ne pas y être resté plus longtemps encore, au bureau. Parce que sa pop est plate à souhait et n'est pas sans rappeler par moments ce célèbre geignard de James Blunt. On s'ennuie ferme, même si le gars a des faux airs de Lawrence Arabia, il n'en a pas le talent mélodique. Aux remerciements usuels du bonhomme après les quelques applaudissements du public, un gars près de moi répondra par un ironique "De rien, tu nous bouleverses, mec !". Passées ces quelques minutes pénibles, je me rapproche instinctivement du bar. Me disant qu'il me faudra au moins un verre pour supporter la suite. Mais d'emblée, les montréalais de Half Moon Run font montre de nettement plus de personnalité. Leur musique, dans l'esprit de Grizzly Bear ou Wild Beasts, fait aussi irrémédiablement penser à Radiohead. Bref, avec de telles références, la température est montée d'un cran dans la petite salle du Divan du Monde. Surtout qu'ils semblent que beaucoup de leurs compatriotes aient fait le déplacement pour venir les voir. Le groupe connait déjà au Québec un vrai succès d'estime. Pourtant, le rabat-joie près de moi continue à dénigrer la programmation, argumentant que tout cela n'est pas très "rock'n'roll" et reste malgré tout assez chiant. Cette fois-ci, sa copine, comme moi, semble moyennement d'accord. Belle découverte donc que ces Half Moon Run, qui en concert, malgré quelques titres plus calmes, dégagent une belle énergie. Un album de plus à écouter...

Vient alors la tête d'affiche, les pas très charismatiques Here We Go Magic. Pas gagné que leur pop sophistiquée fasse danser les foules. C'est d'ailleurs ce qui se produit : l'assistance reste désespérément sage. Il faut dire que les canadiens semblent avoir déjà déserté la salle qui se retrouve alors qu'à moitié remplie. Mon voisin persiste lui dans son mécontentement : "ça vous fait kiffer ça ? Mais c'est exactement la plage 2 de leur disque !". L'abus de bières sans doute. Sa copine et lui en viennent presque aux mains. Mais ça doit être pour un autre motif. Pour ma part, je suis encore apte à profiter. D'autant que la fin du set est marquée par ce qui sont sans doute les trois meilleurs titres du groupe : "Collector", "Fangela" et "How Do I Know". Jolie triplette brillamment exécutée qui, d'un coup, d'un seul, justifie sans problème mon déplacement. Ouf...
Des photos, compte-rendus et vidéos des concerts sont disponibles sur le site officiel du festival ici même.

Commentaires

  1. Ah, content que tu aies (plutôt) apprécié HALF MOON RUN ! Je t'ai déjà dit combien j'avais aimé à la fois leur concert dijonnais & leur album 'Dark Eyes' (à écouter là : http://halfmoonrun.bandcamp.com/)

    P.S. : celui qui aurait dû faire défaut en fait, c'est ton pénible de voisin... "Hé mec, t'es relou, vas-y bouge !" ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…