Accéder au contenu principal

Pulp, Tristesse Contemporaine - Festival Inrocks Volkswagen - Paris, Olympia - 13 novembre 2012

Rien que pour cette soirée, le festival des Inrocks surpassait celui de Pitchfork. Faire venir et reformer pour l'occasion, le mirifique Jarvis Cocker et sa bande, plus de 20 ans après leur première venue à Paris, c'était bien vu. Car contrairement à nombre de vieux de la vieille, Pulp garde une énergie à toute épreuve. Enfin, surtout son increvable chanteur, qui, même si sa dégaine de dandy clochard lui fait paraître bien son âge (49 ans quand même!), il semble impossible ou presque de ne pas tomber sous le charme du monsieur et de son humour anglais à la constante dérision. Mais avant de parler des stars d'un soir, il y avait tout de même une première partie choisie d'ailleurs par Cocker lui même : Tristesse Contemporaine. Une drôle d'électro répétitive aux intonations hip-hop proches d'un Tricky pour le chant, des guitares que n'auraient pas renié Robert Smith et des claviers dans l'esprit d'un LCD Soundsystem. Pas vraiment le genre de musique très guillerette et bizarrement à l'opposé de l'ambiance qui règnera à partir de 21h dans l'Olympia. Pourtant, il y a comme qui dirait de l'idée, de l'originalité - le chanteur est aussi constamment affublé d'un masque d'âne -, à défaut d'emballer complètement, en raison de l'absence de titres vraiment marquants. Tristesse Contemporaine, est-ce finalement une manière de revenir à la case départ, quand Pulp débutait et singeait maladroitement Joy Division ? On suivra dans tous les cas ce groupe avec une certaine curiosité.

Puis, après 30 longues minutes d'attente, les formidables anglais originaires de Sheffield font leur apparition. Le dialogue avec le public se fait d'abord via des phrases projetées devant la scène, qu'on imaginerait être l'oeuvre d'un quelconque chauffeur de salle. Nouvelle blague potache ou peur panique de ne pas être capable d'enflammer de suite l'assistance ? Pourtant, dès les premières notes du bienvenu "Do You Remember The First Time ?", c'est le sol de l'Olympia qui se met à vibrer. On penche donc évidemment pour la première hypothèse. On sait bien que la salle est bondée de fans, reprenant comme maman, les paroles en choeur. On se dit que personne ne pourrait résister à une telle déferlante de tubes pop, jouées avec autant de fougue. Jarvis se déhanche, comme aux plus belles heures de Pulp, prend même des positions carrément obscènes sur le mythique "This Is Hardcore" et rejoue surtout en grande partie le classique "Different Class". Peu de place pour les très vieux titres, à part en rappel "Countdown" et "Little Girl (with Blue Eyes)" en hommage à sa mère qui fête ses 70 ans ce jour même et est présente dans la salle. Le chanteur anglais habite Paris depuis 10 ans maintenant, mais son français est toujours aussi délicieusement approximatif, ne parvenant que difficilement à épeler les années des trop rares passages de son groupe dans la capitale. Le public deviendra même carrément fou furieux sur leur plus célèbre morceau, "Common People", nous incitant à reculer de la scène. 2h de régression totale et un brusque retour à l'adolescence, voilà ce qu'on a pris maman et moi, en pleine face. Comme si le temps d'un soir, rien n'avait changé. Merci, Jarvis, tu es éternel. Et si le fantôme de Bruno Coquatrix n'était pas "so fucking scary", on en aurait bien repris au-delà de 23h...

Commentaires

  1. Ah Tristesse Contemporaine, ils sont déjà passés plusieurs fois à Dijon... Si je te dis que j'adore leur son (200% new-wave), ça t'étonne ? Surtout la guitare en live, waouh... quel plaisir ! Sur album, c'est moins bien, même si je trouve sans peine trois ou quatre titres "vraiment marquants" (dont le superbe "Empty Hearts" initial !).

    Sinon PULP @ L'Olympia, on aurait bien voulu en être aussi évidemment. Céder à la nostalgie n'est pas forcément "régresser', cher Vincent ;)

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, ça ne m'étonne pas que tu apprécies Tristesse Contemporaine. Leur son live est aussi très différent de celui sur disque, presque krautrock. Pour Pulp et la "régression", il fallait juste voir l'espèce d'étonnante euphorie qui régnait à l'Olympia. Rien à voir avec une sage "nostalgie" ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro