Accéder au contenu principal

Top albums 1999


ça y est, nous y voilà, les années 90 ! Dans mon objectif démesuré de balayer dans l'ordre décroissant chaque année musicale à travers seulement 10 disques, me voici arrivé au siècle précédent. Que se passait-il à ce moment-là ? Si les belges se taillaient la part du lion, avec les excellents Deus et Venus, dans la bataille du meilleur pays rock en dehors de l'indétrônable axe américano-britannique. Dominique A, toujours lui, permettait presque à lui seul à la France de conserver la face avec un disque qui fera date, sept ans après la mythique "Fossette". En ce qui concerne maintenant, le duel des deux côtés de l'Atlantique, match nul ou presque. La pop américaine est à son zénith depuis un bail avec les meilleurs disques respectifs des groupes ludiques et loufoques Magnetic Fields et Flaming Lips. Mes chouchous Hefner et la classe retrouvée de XTC permettent à l'Angleterre de pavoiser aussi. Puis, on notera le jazz-folk au ralenti de Spain, plus lumineux encore que sur leur mythique premier "The Blue Moods Of" et la pop plus ouvragée que jamais du trop mésestimé canadien au visage d'éternel poupin, Ron Sexsmith. Enfin, l'étonnante découverte des américains de Pinback qui inventait un son à nul autre pareil.

10- Venus - Welcome To The Modern Dance Hall
Les belges en cette année 1999 nous battaient à plat de couture sur le terrain du rock accidenté et aventureux. Les nouveaux venus de Venus prouvaient si besoin était que leur pays d'origine n'avait de plat que le nom.



9- The Magnetic Fields - 69 Love Songs
Je l'ai déjà dit, je triche un peu ici, puisque je n'ai découvert que très récemment la musique des Magnetic Fields. Mais comment résister à un tel déluge de chansons d'amour (69 évidemment) qui balaie un spectre d'influences et de styles aussi large ? De plus, la qualité reste constante tout au long de ce triple album rempli à ras bord : rare. 


8- Spain - She Haunts My Dreams
Leur premier album nous avait envouté par sa lenteur et son atmosphère ouateuse, presque à l'opposé du pays du nom duquel ils se sont affublés. La musique de Spain est de celle qui s'écoute à la maison, bien au chaud sous la couette. Ce "She Haunts My Dreams" à peine plus énergique élargit subtilement leur palette, sans coup férir. Et le rêve de se poursuivre...


7- XTC - Apple Venus Vol. 1
Voilà un groupe dont je pourrais être un grand fan, parce qu'à l'instar de beaucoup de mes formations préférées, leur pop n'est jamais directe, mais aime prendre des détours et des chemins de traverse. Le problème, c'est qu'elle a souvent tendance à trop privilégié la forme sur le fond, l'enrobage et la texture sonore sur le goût sucré des mélodies. Sauf sur ce "Apple Venus Vol.1" aux charmes beatlesiens presque immédiats. 

6- Pinback - This is a Pinback CD
Pinback est l'exemple parfait du groupe sous-évalué (et dont les derniers disques décevants ne risquent pas d'inverser la tendance) Celui-ci, leur premier, fut pourtant vécu par certains comme une véritable claque, inventant ce son si caractéristique fait d'empilement de voix et de guitares qui est leur marque de fabrique. Des américains qui appellent leurs morceaux du nom de villes françaises ("Lyon", "Versailles", etc) n'auraient pourtant pas dû passer inaperçus. 


5- Dominique A - Remué
Ce classement référence bien sûr mes disques préférés de 1999, mais pas forcément tel qu'il aurait été à l'époque. Oui, à ce moment-là, "Remué" ne m'avait pas spécialement touché. Puis le temps faisant son oeuvre, je reconnais aujourd'hui qu'il fait partie des meilleurs albums de son auteur. Parce qu'il possède un style unique, il représente avec "La Fossette", le dyptique intemporel de Dominique A.
  
4- Ron Sexsmith - Whereabouts
Le troubadour canadien à la voix rappelant celle de McCartney signe avec "Whereabouts" son meilleur disque. On se dit que sa musique a déjà été entendue des milliers de fois et pourtant, une telle qualité d'écriture reste l'apanage de très peu de songwriters. Sexsmith fait indéniablement partie de la trempe des plus grands.


3- Deus - The Ideal Crash
Des flamands essaient de rivaliser avec l'indépassable "OK Computer" de Radiohead. Cela pourrait sembler présomptueux. "The Ideal Crash" est le titre idoine. D'un parti pris casse-gueule, ils en tirent un des meilleurs disques rock de la décennie. 



2- Hefner - The Fidelity Wars
Je sais que beaucoup ne connaissent pas ce groupe briton et que ceux qui ont eu la chance de l'écouter n'en gardent pas forcément de souvenirs émus, mais Hefner est une de mes madeleines. De celles dont je ne me lasse pas. "The Fidelity Wars" est la plus savoureuse d'entre toutes.


1- The Flaming Lips - The Soft Bulletin
Là aussi, les habitués de ce blog connaissent mon amour pour les Flaming Lips. Il n'étonnera donc personne que "The Soft Bulletin" se retrouve à cette place. Les Beach Boys des années 90 et au-delà.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…