Accéder au contenu principal

Top albums 1999


ça y est, nous y voilà, les années 90 ! Dans mon objectif démesuré de balayer dans l'ordre décroissant chaque année musicale à travers seulement 10 disques, me voici arrivé au siècle précédent. Que se passait-il à ce moment-là ? Si les belges se taillaient la part du lion, avec les excellents Deus et Venus, dans la bataille du meilleur pays rock en dehors de l'indétrônable axe américano-britannique. Dominique A, toujours lui, permettait presque à lui seul à la France de conserver la face avec un disque qui fera date, sept ans après la mythique "Fossette". En ce qui concerne maintenant, le duel des deux côtés de l'Atlantique, match nul ou presque. La pop américaine est à son zénith depuis un bail avec les meilleurs disques respectifs des groupes ludiques et loufoques Magnetic Fields et Flaming Lips. Mes chouchous Hefner et la classe retrouvée de XTC permettent à l'Angleterre de pavoiser aussi. Puis, on notera le jazz-folk au ralenti de Spain, plus lumineux encore que sur leur mythique premier "The Blue Moods Of" et la pop plus ouvragée que jamais du trop mésestimé canadien au visage d'éternel poupin, Ron Sexsmith. Enfin, l'étonnante découverte des américains de Pinback qui inventait un son à nul autre pareil.

10- Venus - Welcome To The Modern Dance Hall
Les belges en cette année 1999 nous battaient à plat de couture sur le terrain du rock accidenté et aventureux. Les nouveaux venus de Venus prouvaient si besoin était que leur pays d'origine n'avait de plat que le nom.



9- The Magnetic Fields - 69 Love Songs
Je l'ai déjà dit, je triche un peu ici, puisque je n'ai découvert que très récemment la musique des Magnetic Fields. Mais comment résister à un tel déluge de chansons d'amour (69 évidemment) qui balaie un spectre d'influences et de styles aussi large ? De plus, la qualité reste constante tout au long de ce triple album rempli à ras bord : rare. 


8- Spain - She Haunts My Dreams
Leur premier album nous avait envouté par sa lenteur et son atmosphère ouateuse, presque à l'opposé du pays du nom duquel ils se sont affublés. La musique de Spain est de celle qui s'écoute à la maison, bien au chaud sous la couette. Ce "She Haunts My Dreams" à peine plus énergique élargit subtilement leur palette, sans coup férir. Et le rêve de se poursuivre...


7- XTC - Apple Venus Vol. 1
Voilà un groupe dont je pourrais être un grand fan, parce qu'à l'instar de beaucoup de mes formations préférées, leur pop n'est jamais directe, mais aime prendre des détours et des chemins de traverse. Le problème, c'est qu'elle a souvent tendance à trop privilégié la forme sur le fond, l'enrobage et la texture sonore sur le goût sucré des mélodies. Sauf sur ce "Apple Venus Vol.1" aux charmes beatlesiens presque immédiats. 

6- Pinback - This is a Pinback CD
Pinback est l'exemple parfait du groupe sous-évalué (et dont les derniers disques décevants ne risquent pas d'inverser la tendance) Celui-ci, leur premier, fut pourtant vécu par certains comme une véritable claque, inventant ce son si caractéristique fait d'empilement de voix et de guitares qui est leur marque de fabrique. Des américains qui appellent leurs morceaux du nom de villes françaises ("Lyon", "Versailles", etc) n'auraient pourtant pas dû passer inaperçus. 


5- Dominique A - Remué
Ce classement référence bien sûr mes disques préférés de 1999, mais pas forcément tel qu'il aurait été à l'époque. Oui, à ce moment-là, "Remué" ne m'avait pas spécialement touché. Puis le temps faisant son oeuvre, je reconnais aujourd'hui qu'il fait partie des meilleurs albums de son auteur. Parce qu'il possède un style unique, il représente avec "La Fossette", le dyptique intemporel de Dominique A.
  
4- Ron Sexsmith - Whereabouts
Le troubadour canadien à la voix rappelant celle de McCartney signe avec "Whereabouts" son meilleur disque. On se dit que sa musique a déjà été entendue des milliers de fois et pourtant, une telle qualité d'écriture reste l'apanage de très peu de songwriters. Sexsmith fait indéniablement partie de la trempe des plus grands.


3- Deus - The Ideal Crash
Des flamands essaient de rivaliser avec l'indépassable "OK Computer" de Radiohead. Cela pourrait sembler présomptueux. "The Ideal Crash" est le titre idoine. D'un parti pris casse-gueule, ils en tirent un des meilleurs disques rock de la décennie. 



2- Hefner - The Fidelity Wars
Je sais que beaucoup ne connaissent pas ce groupe briton et que ceux qui ont eu la chance de l'écouter n'en gardent pas forcément de souvenirs émus, mais Hefner est une de mes madeleines. De celles dont je ne me lasse pas. "The Fidelity Wars" est la plus savoureuse d'entre toutes.


1- The Flaming Lips - The Soft Bulletin
Là aussi, les habitués de ce blog connaissent mon amour pour les Flaming Lips. Il n'étonnera donc personne que "The Soft Bulletin" se retrouve à cette place. Les Beach Boys des années 90 et au-delà.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…