Accéder au contenu principal

Florent Marchet - Bambi Galaxy

Que Florent Marchet ne nous dise pas qu'il n'a jamais lu Houellebecq, on ne le croira pas. Tout ou presque dans ce quatrième album, "Bambi Galaxy" rappelle les thèmes abordés par l'écrivain dans son roman "La Possibilité d'une île" jusqu'à l'ironique référence à Raël. Le dernier titre "Ma particule élémentaire" est une autre allusion à l'auteur de "La Carte et le Territoire". Le chanteur est désormais un habitué du disque à thème, qu'il perpétue jusque dans l'habillement. Finies la moustache et les sapes ringardes de "Courchevel", on le retrouve cette fois-ci affublé d'une veste à paillettes et d'une coupe de cheveux nettement plus "djeuns". Dans la récente interview de "On n'est pas couché" chez Ruquier - c'est qu'il commence à devenir sacrément connu, le bougre, parrainage Inrocks oblige -, on sent même qu'il pousse le bouchon jusqu'à changer de personnage à chaque nouvel album : une démarche artistique totale! On pourra trouver ça vain sur la première partie de "Bambi Galaxy". Jusqu'à "Heliopolis", les titres sont d'honnêtes pop songs, ne se distinguant pas du lot du revival années 80, très à la mode.
Et à partir de "647", les chansons comme les textes se font moins évidents, plus lyriques aussi. En cela, je rejoins l'analyse de Natacha Polony - mince, que m'arrive-t-il ? Peut-être aussi parce que les thèmes me touchent moins, ce nouveau disque, à l'instar de "Courchevel", reste en retrait de "Rio Barril", moins émouvant, de plus en plus fantaisiste. On est encore loin d'un Katerine et c'est en cela que Marchet est ambigu. Où veut-il en venir ? N'enfonce-t-il pas des portes ouvertes ? Faut-il prendre au sérieux quelqu'un qui chante comme Souchon sur de la musique à la Sébastien Tellier ? Oui, assurément, il y a pire comme référence et je reste curieux de savoir quel personnage il osera incarner la prochaine fois. Et puis, c'est toujours agréable d'aller le voir sur scène.

Clip de "Apollo 21" :


Florent Marchet en concert privé pour Label Pop :

Commentaires

  1. Je ne le connais pas encore, et je ne sais pas si c'est le disque approprier pour aborder son œuvre. Je vais sans doute d'abord écouter ses précédents, "Rio Baril" notamment.

    RépondreSupprimer
  2. Oh l la..c'est la chronique de tous les dangers.. j'ai grilouillé qq trucs, mais je sais pas si je vais poster. J'étais en pétard et du coup j'ose plus le remettre..ou alors, c'est la pochette, le déguisement (voir Katerine), surement le son, ou alors les médias..
    Faut que je réécoute. Tu t'en ai bien tiré en tout cas Vince.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que de prime abord, on ne sait quoi penser de ce nouveau Marchet et puis, au fil des écoutes, il est pas si mal, surtout la fin donc.

      Supprimer
  3. Ce n'est pas mon préféré...mais honnêtement, les derniers titres m'ont touchés...même si ça parait farfelu et loin de nos problème quotidien, il arrive à faire passer un certain sentiments angoissant...et puis Appollo21, à mon sens la plus réussie, est vraiment prenante !!
    Ca reste pour moi un bon Florent Marchet !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Rustin Man - Drift Code

On avait presque oublié son nom sur le disque, le premier et toujours seul - mais plus pour longtemps - album de Beth Gibbons en congés de Portishead. Rustin Man, alias Paul Webb, est un homme de l'ombre. Ce "Drift Code" pourrait le faire entrer pour de bon dans la lumière. Puisque, pour une fois, il apparaît seul au générique, jouant enfin le premier rôle, après avoir aussi été confiné derrière Mark Hollis au sein de Talk Talk. On savait le monsieur talentueux, musicalement parlant, ce disque, avec ces somptueux arrangements, n'en est donc qu'une confirmation. Mais on ne savait pas qu'il avait une si belle voix. Le style se rapproche d'un Robert Wyatt ou du Bowie de "Blackstar". L'album, préparé minutieusement depuis plusieurs années, a été enregistré dans une grange, à l'écart de toute civilisation. Webb, entouré de sa femme et de ses filles, a pris son temps, retapant le lieu en même temps qu'il peaufinait sa musique.  Nous voici…