Accéder au contenu principal

Florent Marchet - Bambi Galaxy

Que Florent Marchet ne nous dise pas qu'il n'a jamais lu Houellebecq, on ne le croira pas. Tout ou presque dans ce quatrième album, "Bambi Galaxy" rappelle les thèmes abordés par l'écrivain dans son roman "La Possibilité d'une île" jusqu'à l'ironique référence à Raël. Le dernier titre "Ma particule élémentaire" est une autre allusion à l'auteur de "La Carte et le Territoire". Le chanteur est désormais un habitué du disque à thème, qu'il perpétue jusque dans l'habillement. Finies la moustache et les sapes ringardes de "Courchevel", on le retrouve cette fois-ci affublé d'une veste à paillettes et d'une coupe de cheveux nettement plus "djeuns". Dans la récente interview de "On n'est pas couché" chez Ruquier - c'est qu'il commence à devenir sacrément connu, le bougre, parrainage Inrocks oblige -, on sent même qu'il pousse le bouchon jusqu'à changer de personnage à chaque nouvel album : une démarche artistique totale! On pourra trouver ça vain sur la première partie de "Bambi Galaxy". Jusqu'à "Heliopolis", les titres sont d'honnêtes pop songs, ne se distinguant pas du lot du revival années 80, très à la mode.
Et à partir de "647", les chansons comme les textes se font moins évidents, plus lyriques aussi. En cela, je rejoins l'analyse de Natacha Polony - mince, que m'arrive-t-il ? Peut-être aussi parce que les thèmes me touchent moins, ce nouveau disque, à l'instar de "Courchevel", reste en retrait de "Rio Barril", moins émouvant, de plus en plus fantaisiste. On est encore loin d'un Katerine et c'est en cela que Marchet est ambigu. Où veut-il en venir ? N'enfonce-t-il pas des portes ouvertes ? Faut-il prendre au sérieux quelqu'un qui chante comme Souchon sur de la musique à la Sébastien Tellier ? Oui, assurément, il y a pire comme référence et je reste curieux de savoir quel personnage il osera incarner la prochaine fois. Et puis, c'est toujours agréable d'aller le voir sur scène.

Clip de "Apollo 21" :


Florent Marchet en concert privé pour Label Pop :

Commentaires

  1. Je ne le connais pas encore, et je ne sais pas si c'est le disque approprier pour aborder son œuvre. Je vais sans doute d'abord écouter ses précédents, "Rio Baril" notamment.

    RépondreSupprimer
  2. Oh l la..c'est la chronique de tous les dangers.. j'ai grilouillé qq trucs, mais je sais pas si je vais poster. J'étais en pétard et du coup j'ose plus le remettre..ou alors, c'est la pochette, le déguisement (voir Katerine), surement le son, ou alors les médias..
    Faut que je réécoute. Tu t'en ai bien tiré en tout cas Vince.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que de prime abord, on ne sait quoi penser de ce nouveau Marchet et puis, au fil des écoutes, il est pas si mal, surtout la fin donc.

      Supprimer
  3. Ce n'est pas mon préféré...mais honnêtement, les derniers titres m'ont touchés...même si ça parait farfelu et loin de nos problème quotidien, il arrive à faire passer un certain sentiments angoissant...et puis Appollo21, à mon sens la plus réussie, est vraiment prenante !!
    Ca reste pour moi un bon Florent Marchet !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…