Accéder au contenu principal

Babx - Petit Théâtre des 2 Rives - Charenton-le-Pont - 17 janvier 2014

Si ce blog s'était appelé "la musique à maman", "Drones Personnels" aurait sans doute été élu disque de l'année 2013. Sachant cela, vous vous doutez que c'est elle qui a le plus insisté pour qu'on aille enfin voir Babx sur scène. Bon, comme j'apprécie aussi l'artiste, je n'ai pas été trop dur à convaincre. En plus, le concert avait lieu pas loin de chez nous, dans le petit Théâtre des 2 Rives, à Charenton-le-Pont. Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est en bordure du bois de Vincennes, tout proche de la capitale. Première surprise en arrivant : la salle est minuscule et peut contenir à tout casser 70 personnes. De plus, ce ne sont que des places assises. La moyenne d'âge enfin est étonnamment élevée. On se regarde : est-ce qu'on ne s'est pas trompé d'endroit ? Après quelques minutes d'attente, un guitariste arrive seul sur scène et fait quelques enregistrements. Puis, le reste de la troupe le rejoint. Le premier morceau est de circonstance, "Cristal Ballroom", on se croirait dans un cabaret perdu, du bout du monde : le décor est planté. Le chanteur se la joue modeste, plaisante rapidement avec le public et pourtant sa palette musicale est d'une rare diversité. On a l'impression que le gars peut tout faire, tout jouer. De la variété, du classique, du jazz, du rock, de l'électro, même du rap (l'excellent "Crack Maniac"), le tout avec une inventivité sans cesse renouvelée. 

Les deux reprises de Bashung ("2043") et Barbara ("Septembre") sont aussi aux petits oignons. Le seul bémol serait sur la voix qui, malgré un timbre original, semble avoir une tessiture limitée. (les "Jingle bells" de "Suzanne aux yeux noirs" sonnent un peu faux). Pour le reste, c'est un sans faute, encore meilleur que sur disque, car on y entend plus de choses, notamment l'ironie de certains textes ("2012"), les constants jeux sur les mots qui s'entrechoquent proches en cela d'un Gainsbourg, les délicats arrangements, un mélange admirable de fougue et d'émotion. Tout semble d'une facilité déconcertante. C'est simple, ce type parle comme un livre, joue du piano comme il respire. Babx est assurément un des plus précieux joyaux de la chanson française qui, vu la taille des salles dans lesquelles il continue de jouer après trois albums pourtant impeccables, demeure un secret trop bien gardé. Maman a bien raison. Mais maman n'a-t-elle pas toujours raison ?

Commentaires

  1. Ce type est absolument génial. Il faudrait que j'écoute ses albums pré-Drones Personnels, maintenant que je connais bien ce dernier.
    Bon choix de concert effectivement ! Les mamans ont très souvent raison, et ta Maman encore plus apparemment.

    Le prochain pour ma part sera Franz Ferdinand au Zénith de Nantes, en mars. Il me tarde d'y être.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas de ma maman, mais de ma femme, étant donné que "papa", de la musique à papa, c'est moi ;-) Quand on a des enfants, on commence à parler comme des "vieux". Oui, je sais, c'est moche.
      Prochain concert pour moi, Connan Mockasin en février...
      Sinon, Babx, oui, c'est excellent. En plus, le gars est sympa, accessible. Bref, il a tout pour lui et puis, ce genre de concerts dans des petites salles, c'est parfait pour sa musique plutôt intimiste. Dommage quand même que c'était obligatoirement assis parce qu'un titre comme "Tchador woman" en live, ça dépote bien !

      Supprimer
    2. J'avais compris ;) Je pensais que ça passerait dit comme ça, juste en mettant la majuscule, comme si c'était un surnom, mais j'ai mal formulé !
      J'imagine que tu feras un billet dessus, je me demande vraiment ce qu'il donne en live, le Connan.

      J'hésite à prendre des places pour Metronomy quand à moi. Ca risque de tomber proche des exams, et surtout, j'ai beaucoup moins aimé The English Riviera que Nights Out, et j'ai peur pour le prochain, le dernier single ne m'a pas convaincu du tout, même si il s'écoute très bien.

      Je guetterai un passage de BabX près de chez moi alors ;) A Nantes on a une petite salle géniale, Stéréolux, à chaque fois que j'y suis allé (avec Etienne en plus), on a fini juste au pied de la scène, en plein milieu. Je pouvais presque jouer du synthé en levant le bras pour La Femme ! Et ce, pour Tellier, Of Montréal, et La Femme, à chaque fis en plein devant, sans avoir attendu plus que ça (les gens snobent les 1ères parties, on peut se placer du coup). C'était absolument gé-nial.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We