Accéder au contenu principal

C'était beau oui, David Bowie.

Ca devait arriver. Ca arrivera un jour aussi pour nous. Ca devait arriver comme ça : un court SMS envoyé par maman et reçu dans le métro juste après avoir emmené les enfants à l'école. "Bowie est mort !!!" Voilà. Quand je disais que l'année 2016 commençait bien, je devais plaisanter. Bowie avait très bien orchestré sa carrière. Il semble aussi avoir orchestré sa mort, juste après son 69ème anniversaire et juste après la sortie de son nouveau disque, le bien nommé "Blackstar" qui résonne encore plus intensément maintenant (et dont les ventes devraient grimper davantage). Je disais il y a quelques jours que Bowie n'avait pas renoncé. Artistiquement oui évidemment. Pour le reste, il se savait bientôt perdu. Tout va donc s'arrêter là. Il n'y aura plus d'autres disques, même si ceux que j'écoute, ceux que nous écoutons avec maman, sont ceux des fameuses années 70, la décennie de tous ses chefs d'oeuvre ou presque, "Scary Monsters" et "Outside" exceptés. On se dit bien sûr que ça ne changera pas grand chose, que ses disques sont encore là, plus que jamais. C'est d'ailleurs, ce que nous a dit notre Lulu de 7 ans bientôt, pour essayer de nous consoler. Ses meilleurs albums appartiennent depuis un moment au passé, même si "Blackstar" est excellent. On sait qu'on écoutera encore "Hunky Dory", "Ziggy Stardust"  - mes deux préférés - et les autres jusqu'à notre mort. Bowie est devenu une partie indissociable de notre patrimoine musical et génétique. Il a été un agent déterminant de notre rencontre, avec maman. Ses chansons sont gravées en nous. Qu'il soit mort ou vivant ne change finalement rien. Il restera aussi les deux beaux concerts auxquels j'ai pu assister : celui aux arènes de Nîmes et l'autre à Bercy, au moment de la sortie de "Reality". Nous aurions aimé comme tous fans qui se respectent pouvoir l'approcher, le remercier personnellement de nous avoir aidé à vivre mieux. Au cinéma aussi, quand sa musique était présente, le film prenait une autre dimension (cf. les vidéos ci-dessous). Ce n'est pas un hasard. Une page se ferme donc. Le roi est mort. Vive le roi ? Bah non, il n'y a pas vraiment de descendance. Enfin, beaucoup trop, et aucune qui soit aussi indispensable et éclectique. Qui aurait pu sortir des albums aussi variés que "Blackstar", "Low", "Outside" ou "Young Americans" ? C'est peut-être mieux ainsi : Bowie restera unique. "See you in the next life" comme diraient ceux qui ont été un moment et un peu trop rapidement désignés comme ses successeurs.



Commentaires

  1. Et il auras suscité de belles émotions, comme ici. Comme si chacun d'entre nous, modestement, lui devait un pensée sincère mais pas bâclé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un des rares à faire un quasi unanimité. Il faut dire qu'il a fait tellement de choses différentes que chacun peut y trouver son compte.

      Supprimer
  2. Très beau... Rien à ajouter. Il aura su mettre en scène sa mort, et j'espère que ça l'aura fait sourire de le savoir. Je pense et j'espère aussi qu'il se savait aimé à ce point et pour de bonnes raisons, et c'est réconfortant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui, vu le nombre d'hommages, je pense qu'il se savait aimé. Je ne pense pas qu'il soit mort seul. Il a toujours su très bien s'entourer.

      Supprimer
  3. Très bel hommage. Suede comme successeurs de Bowie ? Je ne savais pas qu'on leur avait collé cette étiquette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah oui, je trouve que sur certaines chansons, c'est assez flagrant. Surtout sur "Dog man star" qui sonne par moments très "Ziggy Stardust". Brett Anderson reconnaît lui-même que Bowie l'a beaucoup influencé et qu'il en avait d'ailleurs marre que les journalistes lui citent tout le temps cette source d'inspiration.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…