Accéder au contenu principal

C'était beau oui, David Bowie.

Ca devait arriver. Ca arrivera un jour aussi pour nous. Ca devait arriver comme ça : un court SMS envoyé par maman et reçu dans le métro juste après avoir emmené les enfants à l'école. "Bowie est mort !!!" Voilà. Quand je disais que l'année 2016 commençait bien, je devais plaisanter. Bowie avait très bien orchestré sa carrière. Il semble aussi avoir orchestré sa mort, juste après son 69ème anniversaire et juste après la sortie de son nouveau disque, le bien nommé "Blackstar" qui résonne encore plus intensément maintenant (et dont les ventes devraient grimper davantage). Je disais il y a quelques jours que Bowie n'avait pas renoncé. Artistiquement oui évidemment. Pour le reste, il se savait bientôt perdu. Tout va donc s'arrêter là. Il n'y aura plus d'autres disques, même si ceux que j'écoute, ceux que nous écoutons avec maman, sont ceux des fameuses années 70, la décennie de tous ses chefs d'oeuvre ou presque, "Scary Monsters" et "Outside" exceptés. On se dit bien sûr que ça ne changera pas grand chose, que ses disques sont encore là, plus que jamais. C'est d'ailleurs, ce que nous a dit notre Lulu de 7 ans bientôt, pour essayer de nous consoler. Ses meilleurs albums appartiennent depuis un moment au passé, même si "Blackstar" est excellent. On sait qu'on écoutera encore "Hunky Dory", "Ziggy Stardust"  - mes deux préférés - et les autres jusqu'à notre mort. Bowie est devenu une partie indissociable de notre patrimoine musical et génétique. Il a été un agent déterminant de notre rencontre, avec maman. Ses chansons sont gravées en nous. Qu'il soit mort ou vivant ne change finalement rien. Il restera aussi les deux beaux concerts auxquels j'ai pu assister : celui aux arènes de Nîmes et l'autre à Bercy, au moment de la sortie de "Reality". Nous aurions aimé comme tous fans qui se respectent pouvoir l'approcher, le remercier personnellement de nous avoir aidé à vivre mieux. Au cinéma aussi, quand sa musique était présente, le film prenait une autre dimension (cf. les vidéos ci-dessous). Ce n'est pas un hasard. Une page se ferme donc. Le roi est mort. Vive le roi ? Bah non, il n'y a pas vraiment de descendance. Enfin, beaucoup trop, et aucune qui soit aussi indispensable et éclectique. Qui aurait pu sortir des albums aussi variés que "Blackstar", "Low", "Outside" ou "Young Americans" ? C'est peut-être mieux ainsi : Bowie restera unique. "See you in the next life" comme diraient ceux qui ont été un moment et un peu trop rapidement désignés comme ses successeurs.



Commentaires

  1. Et il auras suscité de belles émotions, comme ici. Comme si chacun d'entre nous, modestement, lui devait un pensée sincère mais pas bâclé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, un des rares à faire un quasi unanimité. Il faut dire qu'il a fait tellement de choses différentes que chacun peut y trouver son compte.

      Supprimer
  2. Très beau... Rien à ajouter. Il aura su mettre en scène sa mort, et j'espère que ça l'aura fait sourire de le savoir. Je pense et j'espère aussi qu'il se savait aimé à ce point et pour de bonnes raisons, et c'est réconfortant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. Oui, vu le nombre d'hommages, je pense qu'il se savait aimé. Je ne pense pas qu'il soit mort seul. Il a toujours su très bien s'entourer.

      Supprimer
  3. Très bel hommage. Suede comme successeurs de Bowie ? Je ne savais pas qu'on leur avait collé cette étiquette.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah oui, je trouve que sur certaines chansons, c'est assez flagrant. Surtout sur "Dog man star" qui sonne par moments très "Ziggy Stardust". Brett Anderson reconnaît lui-même que Bowie l'a beaucoup influencé et qu'il en avait d'ailleurs marre que les journalistes lui citent tout le temps cette source d'inspiration.

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Baden Baden - La Nuit Devant

Ça faisait déjà 4 ans qu'on était sans nouvelles discographiques du duo parisien Baden Baden. 4 ans depuis leur " Mille éclairs " qui avait enchanté ici même et que j'avoue, à tort, avoir un peu oublié. " La nuit devant " frappe au moins aussi fort que son prédécesseur, avec des notes plus électros et sombres comme une version mélancolique de O alias Olivier Margerit ou un mélange entre Syd Matters et le dernier Florent Marchet (" Les débuts ") - on attend d'ailleurs avec impatience de nouveaux albums de ces deux derniers, mais pas facile d'enchaîner après des réussites telles que " Brotherocean " et " Bambi Galaxy ". Baden Baden s'inscrit donc dans cette pop made in France supérieure, parce que sous les mélodies parfois évidentes - mon fils de 7 ans a d'emblée accroché à " Beach ", premier titre particulièrement envoûtant - se cachent des arrangements complexes. Il y a aussi ces titres façon acronym

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienn

Balue - Suburban Bliss

Il est de plus en plus rare de faire de telles rencontres, totalement fortuites. Nous faisions des courses dans un magasin H&M, près de chez nous, quand j'ai entendu une petite musique pop sucrée plutôt agréable. Je ne connaissais pas et j'ai donc utilisé l'application Shazam pour en savoir plus : l'artiste s'appelait Balue et la chanson " Gettin Older ". Était-ce un de ces nouveaux trucs à la mode que les radios matraquaient sans que j'en eusse connaissance ? Pourtant, cette musique n'a rien de tendance, que faisait-elle là, diffusée dans ce magasin de vêtements pour tout venant ? En cherchant sur internet, je m'aperçus qu'à part un lien bandcamp, il n'existe quasiment rien sur Balue ou presque. A peine sait-on que le gars s'appelle en réalité Eli Thomas et qu'il vient du nouveau Mexique. On l'imagine volontiers bricoler seul chez lui ses petites chansons avec son look de gentil geek. On pense aux regrettés Her