Accéder au contenu principal

David Bowie - Blackstar

Une année qui commence avec un nouveau disque de Bowie est forcément une bonne année, non ? Surtout si ce disque est le meilleur qu'il a sorti depuis des lustres. Depuis "Heathen" au moins. "Blackstar" se veut d'emblée nettement plus ambitieux que le précédent, le boursouflé "The Next Day" qui surfait maladroitement sur la période eighties du chanteur, pas la meilleure, loin s'en faut. Et beaucoup de crier au génie quand même. Parce que l'idole a des ennuis de santé et qu'on désespérait un jour d'écouter de la nouvelle musique de sa part. Si une tournée semble toujours plus que compromise, on sait que le Thin White Duke a encore l'inspiration. Même s'il ne faut pas chercher dans "Blackstar" des tubes formatés pour les radios, l'album le replace au premier plan des artistes qui continuent inlassablement de se remettre en question. A son âge, c'est encore plus rare. Le disque ressemble à du Bowie - surtout à la fin - mais reste différent de tout ce qu'il a pu faire jusqu'à présent. Les morceaux s'étirent souvent sur plus de cinq minutes, sont toujours mouvants, surprenants, avec quelques arrangements électro, rock ou jazzy - normal, il a fait appel à des musiciens de jazz pour l'enregistrement. 
Si le disque n'est pas de ceux dont on tombe immédiatement amoureux, il a le mérite d'exister. Et exister parmi la pléthorique et impressionnante discographie de son auteur, c'est déjà beaucoup. Après de nombreuses écoutes, son charme ne s'altère pas mais n'embellit pas forcément non plus. Rien que le fait de savoir Bowie encore exigeant, de savoir qu'il n'a pas renoncé et qu'il reste une "étoile" à suivre, est une victoire en soi. Bon anniversaire, monsieur Jones !

Clip de "Blackstar" :

Clip de "Lazarus" :

Commentaires

  1. Moins sévère que toi, j'étais déjà très content de son précédent, quand même pas seulement proche d'un "Let's dance" encore plus marqué. Je suis un "amoureux" de son timbe de voix, du coup, je suis rapidement conquis (Je n'ai jamais trop tente TIN MACHINE ceci dit)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le son du précédent était assez cheap dans l'ensemble. Celui-là est nettement plus travaillé, je trouve. Tin Machine, comme toi, je n'ai jamais vraiment essayé mais je ne suis même pas tenté.

      Supprimer
    2. Je suis d'accord que le son était brouillon et la prod un peu boursouflée sur le dernier, qui était pour moi vraiment un bon album (c'est déjà beaucoup, un bon album de Bowie), très agréable, avec de vraies bonnes chansons dont certaines excellentes mais pas un chef-d'oeuvre. Mais un côté resucée ou "best of" des différentes parties de sa carrière. Celui-là pour ce que j'en ai entendu me botte encore plus et oui pour le coup il a avancé dans une direction intéressante, ne voulant pas sonner rock "basique". Faut que je le réécoute avant un avis définitif mais il me semble excellent.

      On verra si le marronnier "le meilleur depuis Scary Monsters", est justifié ce coup-ci.

      Supprimer
    3. Tu oublies "Outside" quand même. Pour moi, peut-être meilleur que "Scary Monsters".

      Supprimer
    4. Hmmmmm je préfère Scary Monsters mais c'est vrai que Outside est vraiment excellent. C'est une espèce de formule journalistique le "meilleur album depuis Scary Monsters".
      Et je préfère Earthling à Outside puisqu'on en parle mais c'est subjectif.

      Supprimer
  2. Outside est le meilleur album de Bowie aux côté de Low et de Ziggy.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro