Accéder au contenu principal

The Velvet Underground - New-York Extravaganza - Philharmonie de Paris - 6 mai 2016

Après l'expo Bowie, voici l'expo Velvet Underground. Le rock rentre enfin au musée. Comme une évidence. Le Velvet Underground est sans doute le groupe le plus influent de l'histoire du rock. Plus encore que les Beatles. Parce que le Velvet Underground dépasse le cadre de la musique. Parce que ce groupe, c'était aussi un état d'esprit, l'indépendance, un idéal, allier le rock à la poésie, l'expérimentation sonore aux jolies mélodies. Ce sont les premiers à faire du rock intelligent, même si d'aucuns diront que c'est antinomique. Que le rock doit rester instinctif. Mais un titre comme "Sister Ray" l'était, enregistré en une seule prise. Le Velvet Underground a engendré plus qu'un mouvement, le rock indépendant, il a engendré une philosophie de vie. Quelque chose qui a largement dépassé le seul cadre de mai 68 et de l'esprit libertaire de l'époque. Les New-Yorkais ont constitué une sorte d'antidote à l'esprit hippie de la côte ouest, bien plus en vogue à l'époque. Ils ont montré le noir, le sale, l'obscur, la mort, là où tout le monde voulait voir les fleurs, le beau, la joie, la vie. Ils étaient incontestablement à l'avant-garde, cause de leur insuccès chronique. Contrairement à beaucoup de leurs contemporains, ils sonnent toujours aussi modernes aujourd'hui. Ils n'ont connu la reconnaissance que bien après leur séparation. Disons que leur influence s'est diffusée lentement, s'est élargie au fil des générations de musiciens. Le Velvet Underground a, comme l'aurait dit Brian Eno, été à l'origine de milliers de groupes, dont certains presque aussi importants qu'eux. Cette exposition à la Philharmonie de Paris présente quantité d'informations passionnantes sur la genèse de la formation new-yorkaise et de son premier album, le fameux disque à la banane avec Warhol et Nico.
En comparaison, la suite paraît bâclée, comme s'ils avaient déjà tout dit à ce moment-là ou comme s'il n'existait pas de documents intéressants pour l'illustrer. Très peu aussi sur ceux qu'ils ont influencés qui sont pourtant, je l'ai dit, très nombreux. C'est dommage car des témoignages auraient permis aux néophytes de mieux saisir l'importance du groupe. Le contexte politique, social, culturel et artistique est par contre très bien expliqué. L'iconographie aussi est dense, avec un focus appuyé sur chacun des protagonistes et heureusement pas trop sur Warhol, personnage qui aurait pu s'avérer envahissant, car nettement plus habitué des musées. Nous sommes restés plus de 3h, avides de tout connaître. Après, si on se contente de fureter, l'exposition peut se faire très rapidement. Pendant ces quelques heures, on a donc essayé de se téléporter dans le New-York de ces années-là. Essayer car, avec le recul, tout cela paraît déjà si loin, presque inatteignable. Autre temps, autres moeurs. Il y avait du risque, du danger, des tabous à briser, quelque chose à construire ou plutôt à déconstruire. Un désir de révolte, de liberté. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

John Maus - Screen Memories

Cela faisait un bail qu'on n'avait pas eu de nouvelles du doux illuminé de John Maus. Depuis son magnifique et intransigeant "We must become the pitiless censors of ourselves" sorti en 2011 et une compilation de vieux titres parue un an après. La musique est toujours la même, sorte d'Ariel Pink, avec qui il a travaillé autrefois, en version cold wave. La chanson "Time to live" sur l'album "Dedicated to Bobby Jameson" de ce dernier fait d'ailleurs beaucoup penser à du John Maus. Comme si Pink était la version joyeuse et Maus la version sombre d'une seule et même idée de la pop musique. Il n'y a pas sur "Screen Memories" de titres aussi monumentaux que "Believer". C'est plutôt le genre de disque assez homogène qui s'écoute d'une traite, sans sauter de morceaux, parce que la qualité et le style restent constants.  Le gars aime toujours autant bidouiller des sons synthétiques sur ses machines, créan…