Accéder au contenu principal

of Montreal - Ur Fun

J'avais dit l'année dernière qu'une année qui commençait par la chronique d'un album de Deerhunter ne pouvait être qu'une bonne année. Musicalement parlant tout du moins. Je ne sais pas si ce fut vraiment le cas. Il y eut de bons disques mais surtout d'excellents concerts en ce qui me concerne. Est-ce donc qu'on peut dire la même chose d'une année qui commence par un nouveau of Montreal ? Bon, je triche un peu car il y a déjà eu quelques sorties la semaine passée, qui sont admirablement listées de manière hebdomadaire par l'indispensable webzine Benzine Mag. Comme Deerhunter, of Montreal ne sort jamais de mauvais albums. Bien sûr, ils n'égaleront sans doute plus jamais leur chef d'oeuvre de 2007, l'inusable "Hissing Fauna, are you the destroyer?" Mais ils parviennent à chaque fois à viser juste et surprendre tout en restant dans le même créneau d'une pop azimutée, kitsch et enlevée. "Ur Fun", cette fois, rien que le titre annonce la couleur. La pochette est aussi plus directe, pas de dessins tarabiscotés, mais une photo où l'on voit le leader Kevin Barnes avec une fille (sa copine ?) dans une voiture. Comme le cliché de jeunes qui s'amusent. 
Barnes n'est plus vraiment jeune - quand même 45 ans au compteur - mais il n'a rien perdu de sa démesure. Sa musique ne s'autorise aucune limite. Les chansons s'enchaînent toutes accrocheuses, mais pas si légères que la musique pourrait le laisser paraître. "Don't let me die in America" a par exemple un message clair : Barnes n'est pas très fier de la politique de son pays. Un peu de fun, voilà ce dont on a besoin, en ces temps où les nouvelles apparaissent de plus en plus déprimantes. Pas pour oublier mais pour s'amuser malgré tout. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…