Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Nick Drake - Five Leaves Left (1969)


En attendant de vous faire part de mon top de l'année 2009 en terme de meilleurs chansons et albums - cela commence d'ailleurs à se préciser -, retour comme tous les lundis sur ma liste de classiques, de disques indispensables et celui dont je vais vous parler aujourd'hui, l'est peut-être encore plus que les autres. Indispensable. Parce que c'est un chef d'oeuvre. Point barre. Et qu'à cela, on ne peut rien y faire. Et quand on pense que ce type a pondu un truc pareil à 21 ans, cela fiche même un peu les jetons, paraît complètement impensable aujourd'hui, en 2009. Mais c'était une autre époque : 1969. Une époque où les jeunes gens avaient le temps. Le temps de se poser, d'apprendre tranquillement, d'être confronté à eux-mêmes, de ne pas être noyés dans une société de consommation à outrance, qui, à force de délivrer des flots d'informations plus ou moins vraies, empêche au commun des mortels toute réflexion digne et sensée. A trop savoir, on ne sait rien finalement. Nick Drake, lui, sans doute, en savait moins. Mais ce qu'il savait, il le savait bougrement bien. Quel jeu de guitare ! Quelle poésie dans les textes ! Quelle douceur dans cette voix ! Et puis que dire de ces arrangements ... Bon, ok, là-dessus, il a été grandement aidé par un dénommé Robert Kirby, décédé cette année justement. Mais le plus incroyable, c'est que Nick Drake, à l'époque, n'a rencontré aucun succès. ou presque. A l'image du Velvet Underground. Trop attachés qu'on était alors, avec les Beatles, les Rolling Stones ou autre Dylan. La vie est injuste parfois, car... "Five Leaves Left" est pour moi le disque de folk ultime, la référence absolue, insurpassable. Une espèce d'Everest insurmontable.
Par exemple, la mélodie de "The Thoughts Of Mary Jane" est une merveille de délicatesse. Et une fois qu'on a craqué dessus, les textes finissent de nous achever par leur incroyable poésie. Cette chanson entre autres me fait pleurer à chaque nouvelle écoute. Inévitablement. Et que dire des "River Man", "Time Has Told Me", "Day Is Done", etc. Drake publiera encore deux autres albums, qui, s'ils me font moins d'effet que celui-là n'en demeurent pas moins des classiques instantanés. Redécouverte sur le tard, sa musique fait depuis l'objet d'un culte de plus en plus important et on ne compte plus désormais le nombre d'artistes y puisant leur source d'inspiration. Nick Drake est mort à 26 ans. Beaucoup trop tôt. Mais sa musique et l'émotion qu'elle suscite sont éternelles.

Jolie mise en image de "River Man" :



Who can know
The thoughts of Mary jane
Why she flies
Or goes out in the rain
Where she's been
And who she's seen
In her journey to the stars.

Who can know
The reason for her smile
What are her dreams
When they've journeyed for a mile
The way she sings
And her brightly coloured rings
Make her the princess of the sky.

Who can know
What happens in her mind
Did she come from a strange world
And leave her mind behind
Her long lost sighs
And her brightly coloured eyes
Tell her story to the wind.

Who can know
The thoughts of Mary Jane
Why she flies
Or goes out in the rain
Where she's been
And who she's seen
In her journey to the stars.

(The Thoughts Of Mary Jane - Nick Drake - 1969)

Commentaires

  1. album magnifique même si je lui préfère "Bryter Layter"

    RépondreSupprimer
  2. Oui "Bryter Layter" qui a largement inspiré un groupe comme Belle and Sebastian par exemple. Moins classique et folk, plus pop en quelque sorte. Mais magnifique aussi. Evidemment.

    RépondreSupprimer
  3. mais enfin, le top du top, le disque de nick drake absolument dépouillé pour l'île déserte
    c'est Pink Moon !

    RépondreSupprimer
  4. Et voilà le propre des "grands" chanteurs, chacun y va de son disque préféré. "Pink Moon", je l'aime bien aussi, mais un peu trop folk et dépouillé justement pour moi.

    RépondreSupprimer
  5. J'irai dans le sens de shoplifter : si "Five Leaves Left" est d'une beauté évidente, "Pink Moon" est mon préféré aussi, plus intime, plus nu, plus sombre peut-être...
    En tout cas, TRÈS grand artiste et TRÈS belle chronique, vraiment.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous