Accéder au contenu principal

Spiritualized - Ladies And Gentlemen We Are Floating In Space (1997)

C'est la pochette de l'album du même nom que vous voyez ci-contre, et pourtant c'est bien de la chanson dont je vais vous parler. La première de l'album culte - un nouveau est attendu avant le printemps prochain... - de Spiritualized, grand manifeste de pop psychédélique et cramée, vaste fourre-tout un brin mégalo et épuisant, oeuvre "ultime" de son leader Jason Pierce, composée paraît-il suite au départ de sa belle, partie dans les bras de la concurrence plus consensuelle en la personne de Richard Ashcroft. 10/10 chez Pitchfork, album de l'année au NME devant l'indépassable "OK Computer" de qui vous savez. Pourtant, quand je l'ai entre les mains et qu'il bascule ensuite dans le lecteur CD de ma chaine hi-fi, je m'arrête bien souvent juste après ce morceau. Parce que c'est le plus pur, le moins "m'as-tu vu", celui où la mélodie se suffit à elle-même. Pas étonnant que la chanson ait été reprise sur la bande originale d'au moins deux films à succès : "Vanilla Sky" et "Eternal Sunshine Of The Spotless Mind".
Dès le début et cette voix qui nous explique que "Ladies and gentlemen, we are floating in space", on est emporté par un tourbillon de sentiments et d'émotions. La bonne idée a été d'y enchevêtrer une autre grande chanson d'amour, le "Can't Help Falling In Love With You" d'Elvis. Simple et irrésistible.

Ladies and gentlemen we are floating in space
All I want in lifes a little bit of love
To take the pain away
Getting strong today
A giant step each day
Wise men say
Only fools rush in
Only fools rush in
But I, I cant help
I cant help falling
Falling in love with you

I will love you till I die
And I will love you all the time
So please put your sweet hand in mine
And float in space and drift in time



All my time until I die,
Well float in space just you and I
And I will love you till I die
And I will love you all the time
So please put your sweet hand in mine
Well float in space just you and I

Wise men say
Only fools rush in
But I cant help
Falling in love with you

Commentaires

  1. Grand groupe, grand morceau, je suis d'accord. La nouvelle c'est qu'il y a encore quelqu'un qui écoute des disques sur sa chaine hi-fi ! ;-)

    (P.S : t'inquiètes, ça m'arrive encore parfois et d'ailleurs, quand c'est le cas, je me rends compte de ce je rate le reste du temps)

    RépondreSupprimer
  2. Merci de la remarque sur la chaine hi-fi, ça fait toujours plaisir de se savoir à contre-courant ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Perso j'utilise encore beaucoup ma chaine hi-fi et continue même à acheter des CD (si, si...). Que voulez-vous, c'en est presque un plaisir fétichiste...

    RépondreSupprimer
  4. Cela fait hyper plaisir de lire un post sur ce grand disque, sommet de Space rock des années 90' et manifeste de néo psychédélisme drogué.

    Et moi aussi, j'achète encore des CD, je suis également fétichiste !!!!
    A + +

    RépondreSupprimer
  5. 1997 Déjà! j'avais complètement oublié ce morceau.

    Idem pour moi un vieux con qui achète des CD (Des vinyles parfois aussi)

    Merci pour ce revival

    RépondreSupprimer
  6. Oui monsieur !!

    Et je dis : une des meilleures "reprise" du Canon de Pachelbel !
    http://www.youtube.com/watch?v=8Af372EQLck

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&

Beak - >>>>

A peine remis du magnifique concert de Beth Gibbons, que nous apprenions la sortie surprise d'un nouvel album de Beak, groupe de Geoff Barrow depuis 2009 et la fin (?) de Portishead. Beak a la bonne idée d'intituler ses disques d'un " > " supplémentaire à chaque fois - on en est au quatrième - , comme pour dire que la formation est en constante progression, ce qui est assez vrai, tellement cette nouvelle mouture impressionne d'emblée. Les deux premiers titres, " Strawberry Line " et " The Seal " fixent la barre très haut. La production est toujours impeccable, avec une rythmique bien mise en avant, rappelant bien sûr le krautrock dont on sait que Barrow est amateur depuis " Third " chef d'oeuvre indépassable de Portishead, ce chant distant et ces chansons qui progressent lentement, créant ce climat de tension constante, dans l'attente de ce qui va suivre. La suite, moins immédiatement renversante, plus lancinante, nous