Accéder au contenu principal

Robert Forster - Songs To Play

50ème disque vaguement chroniqué ici pour l'année 2015. Il va être temps d'en finir avec cette fichue année. Fichue année musicalement parlant, car je dois vous dire que je sais d'avance que peu de disques de ce millésime me suivront encore dans quelques mois. Fichue année car l'actualité n'y a pas été du tout réjouissante : attentats de Charlie Hebdo, du 13 novembre à Paris, poussée historique du Front National. Difficile d'y croire encore, de rester optimiste. Robert Forster, je ne sais même plus lequel d'entre vous me l'a proposé dans ses disques de l'année. Je ne sais même plus si je n'ai pas tout simplement rêvé que quelqu'un m'en parlait. Robert Forster, c'est un peu le retour de l'ami de trente ans, celui dont on désespérait un jour d'avoir des nouvelles. Bien sûr, il en avait donné il y a 7 ans déjà. Mais à l'époque, on venait à peine de se faire à l'idée qu'il n'y aurait plus jamais de disques des Go-Betweens. Son alter-ego, Grant McLennan, était parti définitivement deux ans plus tôt. Bien sûr, ce "Songs to play" ne remplacera jamais "16 Lovers Lane". Mais quelque part, il porte admirablement bien son nom. Ce sont juste des chansons pour jouer ou chansons à jouer. 
Des chansons simples, sans beaucoup d'effets, de belles histoires comme des bouteilles à la mer, que chacun est libre d'attraper ou non. J'ai d'abord hésité et puis il a fallu qu'un ami sans doute imaginaire me dise d'insister pour que je me laisse happer. Ces chansons sont de délicieux anachronismes, défiant toute notion d'époque et de mode. On pense d'abord à des oeuvres inachevées, de simples démos et puis au fil des écoutes, on découvre l'envers du décor, des richesses insoupçonnées. J'aurais dû le savoir : un tel savoir-faire, ça ne se perd pas.

Clip de "Let Me Imagine You" :

Commentaires

  1. Dans ma promenade sur les blogs copains, me voici chez toi qui me rappelle que c'est le disque du mois d'octobre de MAGIC et que je vais passer chez Jimmi dire à notre Everett que l'Australie ce n'est pas que du bourrin, non mais. En tout cas quel album et ta chronique va accompagner mon dossier MP3. Le plaisir d'écouter des chansons retrouvé.Tu dis sans beaucoup d'effet d'arrangements, c'est vrai, mais parfois je me demande si ce n'est pas complexe ce genre de préparation, car des chansons pas du tout arrangées c'est quand même différents, l'art de faire sans en avoir l'air.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, beaucoup de disques australiens dans mes préférés de l'année : Twerps, Dick Diver, The Apartments, Blank Realm et j'en passe.

      Supprimer
  2. Content de voir et de lire quelques lignes à propos de cet album que j'ai écouté moi aussi car on ne quitte pas les GB ainsi. C'est exactement ce que tu décris... Merci d ele rappeler!

    RépondreSupprimer
  3. Malheureusement McLennan et Foster n'ont jamais donné le meilleur l'un sans l'autre, cela se sent même si l'atmosphère 'go betweens' est bien là. Me remet pas de la disparition de McLennan... Merci pour tes posts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai que ça reste en deçà des Go-Betweens. Ces derniers sont assurément un des plus grands groupes de l'histoire de la pop, la paire McLennan/Forster, une sorte de Lennon/McCartney australienne des années 80.

      Supprimer
  4. Je suis assez d'accord avec toi lookart!

    RépondreSupprimer
  5. Coucou, je crois que je suis tombé amoureux de cette chanson. Dis-moi, est-il possible de la télécharger sur mobile ? J’utilise le micropaiement : http://www.digital-global-pass.fr/ . Donc, j’achète presque toutes mes sonneries depuis mon smartphone. Je trouve que c’est rapide. Fais-moi savoir si c’est possible de l’obtenir à travers cette méthode. Merci !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro