Accéder au contenu principal

2018, une année magique ?


Et si 2018 était pour une fois une année magique ? Une année où tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Une année où il n'y aurait que de la bonne musique à écouter. Une année douce, paisible, riche en rencontres, en découvertes et disons-le sans craindre de paraître un peu mièvre, en AmourS avec un grand A et un grand S. En tout cas, c'est ce que je vous souhaite pour cette nouvelle année. Pour commencer, je vous propose de revenir sur l'aventure du journal "Magic, revue pop moderne" qui aura marqué l'année 2017 dans le milieu de plus en plus fermé de l'indie pop. Le magazine, tel un phénix, était rené  - la taupe ? désolé pour le premier jeu de mots foireux de l'année - de ses cendres. Malgré l'appui de quelques quadragénaires nostalgiques de leur jeunesse et une ligne éditoriale plus large et "grand public", cela n'a pas suffi à lui faire passer l'hiver. Les problèmes n'étaient pas uniquement économiques. Il existait aussi un conflit latent entre le principal actionnaire et l'ensemble des journalistes, qui a éclaté au grand jour au moment de l'annonce du nouvel arrêt du magazine. Pour marquer cette fin d'année, ces journalistes ont décidé de faire eux-mêmes leur journal et de le diffuser uniquement par voix électronique et sur les réseaux sociaux. Ledit magazine est disponible en PDF via la page Facebook de Mushroom ou sur dropbox. J'ai donc lu ce fichier, en l'ayant imprimé préalablement. Oui, je suis un "vieux", j'ai toujours du mal à lire sur des appareils électroniques. Il me faut toucher le papier. C'est d'ailleurs ce que voulait à l'origine les journalistes et aussi que chacun en imprime un autre exemplaire à partager avec au moins une connaissance. Que les gens lancent une chaîne... comme au bon vieux temps du début de l'internet. Pas sûr que que l'idée ait fait recette... En attendant, le journal, comme prévu, nous parle de ses habituelles marottes (Felt ou Television Personalities dont des rééditions sont prévues pour 2018), toute cette pop principalement anglaise apparue au début des années 80 et qui en aura inspiré tant d'autres (Ariel Pink, John Maus, Holy Shit, Destroyer, etc). Il est question de la période bénie des fanzines : des débuts de Magic bien sûr qui s'appelait alors Magic Mushroom (d'où aujourd'hui le Mushroom sans Magic), mais aussi "Les Anoraks Sages" - à l'époque, consacré meilleur fanzine du monde par Bernard Lenoir, lui-même - créé par Anne M., ancienne femme d'un dénommé Philippe Katerine et qui raconte ici où l'a conduit sa passion de jeunesse.
Elle est notamment responsable des compilations HEOL sur lesquelles on entend les premiers pas de Katerine donc, mais aussi de Dominique A, des Little Rabbits ou de Chelsea, le premier groupe d'Emmanuel Tellier, journaliste aux Inrocks puis à Télérama. Elle pousse aussi la chansonnette sur le disque "L'éducation anglaise" de son amoureux. Il y a malheureusement quelques papiers plus dispensables qui semblent ne concerner que quelques "happy few", où les anciens de "Magic" s'auto-congratulent. Mais au final, il faut l'avouer, on y fait plus de découvertes que dans un numéro habituel de Magic : un article sur un passionnant et méconnu label norvégien, Metronomicon Audio qui mélange énormément de genres différents ou un autre à la gloire de la pop kitsch "made in Italia" dont l'improbable influence ne cesse de croître...

Ci-dessous une playlist créée au fil de la lecture... Bonne écoute et encore bonne année à toutes et à tous !

Commentaires

  1. Bonne année à toi aussi!
    Je n'ai pas encore eu le temps de lire Mushroom, je crois que j'attends de pouvoir l'imprimer, je suis un peu comme toi sur le coup là...l'âge sans doute ! ;)
    Mais je suis ravie qu'ils aient décidé de prolonger un peu l'esprit Magic...:)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour l'info je me rue dessus !
    Et comme d'habitude ici c'est bien écrit et ça fait plaisir à lire, merci ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro