Accéder au contenu principal

Mermonte (+ Matias Elichabehere) - Paris, Point Ephémère - 24 octobre 2018

C'était encore les vacances scolaires, et donc la possibilité d'assister à des concerts. Celui des Rennais de Mermonte au Point Ephémère nous tendait alors les bras, difficile d'y résister. Ce groupe venait de sortir un deuxième disque, six ans après le premier. Leur style musical assez inimitable est une pop ouvragée, dynamique qui privilégie le rythme aux paroles. Ces dernières toujours réduites à leur portion congrue, sont souvent en anglais, quelques fois en français, souvent obscures, souvent absentes. Car Mermonte est un groupe de musiciens avant tout. Les textes seraient comme les maracas ou le tambourin, un accessoire supplémentaire pour imprégner le rythme. En première partie, nous avons eu droit à Matias Elichabehere. Un chanteur venu avec toutes ses machines et... son guitariste. On pense à Eddy Crampes en version neurasthénique. On s'ennuie ferme même si le gars a l'air plutôt sympathique. Après coup, je constate qu'il est avant tout un compositeur de musique de films. Pas étonnant, sa musique semble faite pour être écoutée avec autre chose : un verre de bière à la main par exemple. Les Rennais arrivent ensuite. La scène du Point Éphémère paraît trop petite pour eux et leur imposant matériel. Tout de suite, ils imprègnent un rythme et une énergie toute autre. Le capital sympathie monte même d'un cran en témoigne la bonne humeur contagieuse de la chanteuse au look de son secrétaire, derrière son clavier.

Les titres s'enchaînent avec une large prédominance des percussions, la batterie est positionnée à l'avant de la scène. Lors du rappel, le groupe demande à plusieurs personnes du public de venir les rejoindre jouer des percussions, arguant qu'une différence de rythmique dû à un soudain amateurisme ne s'entendrait même pas. Un gars s'exécute, prend des baguettes et se met à taper frénétiquement sur des caisses, comme s'il avait toujours fait ça. Une petite fille, un peu forcée par sa maman, et sans doute la progéniture d'un des membres du groupe le rejoint. Elle paraît moins à l'aise - j'aurai bien aimé voir ma Lulu dans une telle situation, mais bon, on fait encore partie de ces parents qui pensent qu'un concert de rock, dans une petite salle, n'est pas endroit approprié pour les enfants - mais est rapidement rassurée par les femmes du groupe. Mermonte, ça rassemble à une grande famille, une bande de potes, contente de venir jouer et partager leur musique. Le Point Éphémère devient l'espace de quelques instants, une fête entre amis, une façon généreuse d'aborder la scène, assez rare au final et qui fait un bien fou.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d