Accéder au contenu principal

DEHD - Water

Ils sont trois, nous viennent de Chicago et ont déjà roulé leur bosse à travers différents groupes. Ce n'est pas sûr que leur nouvelle association nommée DEHD rencontre plus de succès que leur précédentes. Leur musique est une sorte de pop lo-fi qui privilégie la mélodie, quitte à terminer les chansons en moins de 2 minutes, si celle-ci se suffit à elle-même. C'est simple, rapide, efficace, même si ce n'est pas vraiment novateur. Jusque là, rien qui ne dépasse de quantités de formations indépendantes américaines. Et puis, je suis tombé sur le clip de "Lucky", une sorte d'objet non identifié, à visionner au trente-sixième degré avec un danseur déguisé en drag queen, du nom d'Alex Grelle, complètement hallucinant. On hésite entre le grotesque, le génie ou le grand n'importe quoi. On se surprend à le repasser en boucle, d'autant qu'il ne dure pas trois minutes, à vouloir imiter la chorégraphie. Puis, la musique commence à nous trotter dans la tête. Elle est forcément liée à cette improbable vidéo. Et mine de rien, ça égaie notre quotidien. 
Alors, on s'écoute le reste de "Water", deuxième album de DEHD, et même si "Lucky" arrive en tête de liste des morceaux marquants, on se surprend à aimer ces bouts de chansons, bricolées et attachantes. Des chevaux. Voilà. Comme sur la pochette. Un peu de liberté, ça fait du bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We

Au revoir 2020 !

Une année qu'on ne regrettera vraiment pas, c'est bien 2020 ! Par contre, il y a quelques artistes qu'on regrettera parce qu'ils nous ont quitté cette année-là. Ce fut même une belle hécatombe. J'en ai sélectionné 10, qui m'auront plus marqué que d'autres, en toute subjectivité. Adieu 2020 ! Andy Gill, le 1er février Il avait défini un son, ultra-copié depuis, des Red Hot Chili Peppers, dont il avait produit le premier disque en 1984, à The Rapture ou Franz Ferdinand et des milliers d'autres. La guitare de Gang of Four, c'était lui, et c'est le post-punk qui est un orphelin. David Roback, le 24 février Mazzy Star, c'était bien sûr la voix envoûtante de Hope Sandoval mais aussi la guitare discrète et ensorcelante de David Roback. Mazzy Star, c'était, puisque David Roback est parti et avec lui, le secret de ces subtils et délicats arpèges. " Into dust "... Genesis P-Orridge, le 14 mars  Genesis P-Orridge, c'était un homme