Accéder au contenu principal

Weyes Blood (+Discovery Zone) - Paris, La Maroquinerie - 2 mai 2019

Après une longue période d'abstinence, nous revoici maman et moi de sortie pour un concert, celui de celle qui s'annonce comme la nouvelle reine de la scène indie-folk : Natalie Mering, alias Weyes Blood. Le concert est complet depuis de nombreuses semaines. On ressent une impatience curieuse parmi l'assistance. Pas facile donc pour Discovery Zone, en première partie, de capter l'attention, d'autant que sa musique presqu'entièrement enregistrée n'est pas des plus faciles d'accès. On sent une volonté d'expérimentations, mais il manque l'essentiel : de vraies chansons. Le contact avec le public reste froid et distant jusqu'à ce que la jeune femme se décide à échanger, expliquant que puisqu'elle n'a pas encore sorti le moindre disque, elle n'a encore rien à vendre. Par contre, elle dispose d'une sorte de livre d'or où chacun peut y écrire quelque chose. À défaut d'être vraiment emballé par sa musique, cela la rend au moins sympathique.
Dès les premières minutes du set suivant, on sent une Natalie Mering nettement plus à l'aise. La longiligne américaine impose d'emblée une évidente personnalité. Sa voix touche même au sublime sur l'imposant "Movies". Et puis, une artiste qui a accepté de venir se produire à Dunkerque - elle est passée dans la salle des 4 écluses quelques jours plus tôt - ne peut être foncièrement antipathique. Elle interprète une jolie reprise du classique "God Only Knows" des Beach Boys et finit par une magnifique retranscription live de "Do you need my love ?" en forme de question posée à l'assistance. "Oui, semble-t-il", répond-elle, radieuse. En rappel, ce sera "Bad Magic" seule à la guitare, histoire de prouver si besoin était encore que le buzz qui l'entoure est plus que mérité. Weyes Blood est de la trempe des plus grandes, de Joni Mitchell à Kate Bush. Nous ressortons heureux, persuadés d'avoir assisté à la confirmation d'une fabuleuse artiste.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…