Accéder au contenu principal

Caleb Landry Jones - The Mother Stone

En voilà un qui va en énerver plus d'un ! Imaginez : le garçon est roux, plutôt beau gosse, jeune, talentueux et a déjà tourné dans nombre de films d'auteurs plus que recommandables, "Get Out", "Three Billboards : les panneaux de la vengeance", "The Florida Project" ou "The Dead Don't Die". C'est le réalisateur de ce dernier, le très rock'n'roll Jim Jarmusch, excusez du peu, qui a poussé Caleb Landry Jones à sortir ce disque, son premier, "The Mother Stone" en le mettant en relation avec le label Sacred Bones. L'album en question est parfaitement inclassable. Les chansons n'ont pas de directions prévisibles, elles suivent leur chemin propre et sinueux, font comme bon leur semble. On est un peu perdu. Il faut y revenir de nombreuses fois pour commencer à y voir clair et entrevoir enfin la lumière derrière ces mélodies touffues et à rallonge. On pense aux Dresden Dolls pour l'aspect théâtral et baroque, à Connan Mockasin pour la voix et les chansons un poil barrées, à Foxygen, pour le côté "foufou" et débridé ou Syd Barrett pour le psychédélisme lo-fi.
On a du mal à voir ce que tout cela pourrait donner sur scène. D'ailleurs, aux dernières nouvelles, il n'y a aucun concert prévu et pas sûr que la cause en soit le confinement. On ne sait pas non plus si on écoutera toujours "The Mother Stone" dans plusieurs années. Si on aura encore l'envie de plonger dans ce chaudron là, tant on ne revient pas indemne d'un tel voyage. L'acteur semble y avoir mis toute sa vie, tout ce qu'il aime, quitte à en faire trop, à paraître prétentieux, agaçant, à radoter. Il aurait déjà écrit depuis l'âge de 16 ans plus de 700 chansons. Les personnes excessives, passionnées, divisent, c'est un fait. Mais ce sont souvent elles qui font bouger les lignes, car elles n'ont peur de rien. "Wonderfull" !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&