Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Neutral Milk Hotel - In The Aeroplane Over The Sea (1998)

Retour cette semaine, aux classiques faisant l'unanimité - enfin, comme on dit, surtout de ceux qui savent - avec "In The Aeroplane Over The Sea" de Neutral Milk Hotel. Oui, tous ceux qui ont écouté un jour ce disque en sont immédiatement tombés amoureux, il ne peut pas en être autrement - si, si, pour les veinards qui ont la chance de ne pas connaître, faites donc l'essai ;). La preuve : malgré son succès encore assez confidentiel, ce disque est régulièrement cité parmi les meilleurs disques des années 90 (4ème chez Pitchfork, qui a eu au moins pour moi le mérite de me faire découvrir cette merveille) voire même de tous les temps (64ème sur le site communautaire Rate your music, qui comme son nom l'indique permet de noter la musique, toute sorte de musique). En 1998, Neutral Milk Hotel publie donc ce qui sera son deuxième et déjà dernier disque dans un anonymat quasi général - surtout chez nous -, même des fans hardcore de rock indépendant, ceux qui cherchent à tout prix, traquent le moindre truc complètement inconnu au bataillon. Bien sûr, Jeff Mangum, leur leader a déjà sévi dans The Olivia Tremor Control, mais rien n'indiquait alors le chef d'oeuvre à venir. Car ce disque, "In The Aeroplane Over The Sea" est devenu au fil du temps un modèle et une référence absolue pour toute une génération de groupes de rock de Arcade Fire à Franz Ferdinand en passant par Of Montreal. Tous, sans exception, revendiquent la filiation, pourtant pas toujours évidente et ont depuis contribué à réévaluer l'album.
Car, de mémoire d'indie-rockeur, on n'avait encore jamais entendu un truc pareil, en 1998, un tel folk détraqué, brinqueballant, mais régulièrement bouleversant, où se côtoient aussi naturellement guitare saturée, accordéon, trompette, violon et voix éraillée. Une vraie fanfare déglinguée pour un disque que Mangum a voulu conceptuel, autour de la vie d'Anne Frank, dont le journal l'a très profondément marqué. Depuis, l'homme est aux abonnés absents, faisant de brèves apparitions en concert de temps en temps, toujours avec ses mêmes chansons, éternelles, incapable de trouver une suite valable, comme s'il n'avait désormais plus rien de mieux à dire. Mais effectivement, comment surpasser un truc aussi parfait que le titre éponyme "In The Aeroplane Over The Sea", qui arrive à chaque nouvelle écoute à me ficher une incroyable chaire de poule ?

What a beautiful face
I have found in this place
That is circling all round the sun
What a beautiful dream
That could flash on the screen
In a blink of an eye and be gone from me
Soft and sweet
Let me hold it close and keep it here with me, me

And one day we will die
And our ashes will fly from the aeroplane over the sea
But for now we are young
Let us lay in the sun
And count every beautiful thing we can see
Love to be
In the arms of all I'm keeping here with me, me

What a curious life we have found here tonight
There is music that sounds from the street
There are lights in the clouds
Anna's ghost all around
Hear her voice as it's rolling and ringing through me
Soft and sweet
How the notes all bend and reach above the trees, trees

Now how I remember you
How I would push my fingers through
Your mouth to make those muscles move
That made your voice so smooth and sweet
Now we keep where we don't know
All secrets sleep in winter clothes
With one you loved so long ago
Now he don't even know his name

What a beautiful face
I have found in this place
That is circling all round' the sun
And when we meet on a cloud
I'll be laughing out loud
I'll be laughing with everyone I see
Can't believe how strange it is to be anything at all
In The Aeroplane Over The Sea (Neutral Milk Hotel - 1998) 

Commentaires

  1. Un des meilleurs albums de tous les temps. Au niveau d'un "Blonde on Blonde" de Dylan, facile.

    RépondreSupprimer
  2. Comme toi, j'ai découvert cette œuvre grâce au classement best 90' albums de Pitchfork. Et quel claque immédiate. Le parfait mélange de folk et d'indie rock, la référence en la matière.
    Je ne connais pas leur premier mais je me régale trop avec celui-ci !!
    De plus, moi qui suis amateur de pochettes de disques, là je suis aux anges !!

    A +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…