Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Go-Betweens - 16 Lovers Lane (1988)

Il y a plus de quatre ans disparaissait un des héros de la pop australienne, Grant McLennan, parti aussi discrètement, que la musique de son groupe, The Go-Betweens, pourtant souvent comparé à des Smiths de l'hémisphère Sud. Mais il faut dire que le monsieur, comme son alter-ego Robert Foster, co-auteur des chansons du groupe, n'a jamais eu le charisme d'un Morrissey, sa musique n'avait pas non plus le côté crâneur propre à la plupart des formations d'outre-Manche. Les Go-Betweens ont toujours cultivé un goût immodéré pour la discrétion et le charme romantique des grands timides. Ils portaient d'ailleurs très bien leur nom et représentaient pour beaucoup d'adolescents de l'époque des entremetteurs, à l'image d'un Cyrano, dictant les mots d'amour à Christian pour séduire sa bien aimée Roxane. Oui, leur musique ne parlait que de ça, d'amour et comme des Smiths, à leur manière, permettait à toute une jeunesse complexée de se sentir moins seule et de trouver enfin les mots pour dire ce qu'elle avait sur le coeur. Leur meilleur disque reste à ce jour leur dernier, "16 Lovers Lane", enfin le dernier de la première période du groupe, car, après plus de dix ans de séparation, pendant lesquels Foster et McLennan avaient continué à oeuvrer chacun de leur côté, ils avaient décidé de se reformer le temps de quelques disques toujours aussi fortement recommandables.
"16 Lovers Lane" contient dix chansons d'amour donc  ("Love Goes On", "Love  Is A Sign"), pures, mélodieuses, taillées dans le bois tendre. Des chansons qui n'ont pas d'époque, parce qu'elles étaient déjà belles hier, qu'elles sont toujours belles aujourd'hui et le seront encore demain. On n'en fait plus beaucoup, on n'en a d'ailleurs jamais connu énormément, de tels héros, modestes, qui traversent ainsi la vie sans faire de bruit et qui peuvent pourtant marquer de manière aussi indélébile les âmes. Un "Quiet Heart", ce McLennan, sans aucun doute. Un vrai artisan dans le sens noble du terme. "Was There Anything I Could Do ?" nous demandait-t-il alors ? Merci, "I'm allright" a-t-on aujourd'hui envie de lui répondre.

Clip de "Was There Anything I Could Do ?" :

Commentaires

  1. Beau billet ! D'accord avec tout ce que tu écris, à l'exception d'une chose (un point de détail finalement) : "16 Lovers Lane" est un excellent album, le plus accessible (celui que l'on cite toujours à propos du groupe) mais pas le "meilleur" selon moi...
    Dans "mes indispensables [à moi]", j'ai la disco intégrale du groupe + les albums solo de Forster/Mc Lennan :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le compliment. Et quel est selon toi le meilleur disque des Go-Betweens ?

    RépondreSupprimer
  3. Ah, bel hommage à l'un des plus grands groupes pop jamais assez cités.
    J'ai toujours la K7 (!) de l'album, achetée 1 an après suite à un article des Inrocks.
    Toute une époque... Et quand j'écoute "Quiet Heart", je me demande si ce n'est pas une des plus belles chansons jamais enregistrées. Frissons en tout cas...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu