Accéder au contenu principal

LCD Soundsystem - This Is Happening

Alors, troisième et dernier disque de James Murphy alias LCD Soundsystem ? En tout cas, le bonhomme nous refait le même coup qu'après "Sound Of Silver". Non, on ne l'y reprendra plus cette fois-ci, c'est bel et bien terminé ! Les mauvaises langues diront d'ailleurs que ce n'est pas bien grave tant ses trois albums sont presque des copier-coller de la même et unique recette : un savant mélange de punk et d'électro. Et ils auront sans doute raison. Il n'empêche, une fois de plus, je dois avouer que je me suis laissé avoir. Dès le tonitruant premier morceau "Dance Yrself Clean", qui commence calmement pour éclater littéralement après plus de trois minutes, c'est déjà l'extase ou presque. Impossible en tout cas de rester en place. La suite sera pourtant en dents de scie, alternant les titres ultra efficaces comme le single "Drunk Girls" dont la rythmique est au passage pompée sur celle de "White Light / White Heat" du Velvet, "All I Want" et son riff irrésistible façon "Heroes" de Bowie, ou encore "You Wanted A Hit" dans la pure lignée du groupe et d'un titre comme "All My Friends", et les morceaux trop longs et un peu ennuyeux à l'image de "Pow Wow" ou "Somebody's Calling Me". Oui, comme à chaque fois, LCD Soundsystem est capable de véritables fulgurances post-modernes, condensés impeccables de ses multiples influences, très orientées tout de même vers la période berlinoise de la divine paire Bowie/Eno, avec aussi cette fois-ci une petite orientation vers l'Afrique des Talking Heads ("Home").
Non, une fois de plus, je n'arrive pas à adhérer entièrement à son disque et c'est dommage, car une compilation des meilleurs titres de ses trois albums constituerait assurément un des chefs d'oeuvre musicaux de ces dernières années. "This Is Happening" reste malgré tout un excellent disque et l'annonce de la fin du groupe une très mauvaise nouvelle pour nos oreilles et nos guiboles.

Clip de "Drunk Girls" :

Commentaires

  1. Oui je suis pour la compilation des meilleurs titres des trois albums :) Sinon je ne me suis toujours pas remis du 9,2 chez P4K.

    RépondreSupprimer
  2. 9.2, oui, comme le dernier Joanna Newsom, il me semble. Donc, en comparaison, pas forcément volé ...

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Ganser - Just Look At The Sky

" Regarde juste le ciel " nous demande ce groupe américain originaire de Chicago. Comme en son temps, un groupe de pop bien de chez nous, nommé Aline. Pourtant, on ne navigue pas du tout dans les mêmes eaux. Ici, le climat est plus sombre, tendu, lourd. On ne ressent alors pas ça comme un conseil, mais plutôt comme un ordre, une sommation. Dès " Lucky ", le ton est donné. Le riff de guitare, comme martelé, emporte tout sur son passage tel un ouragan. Et les coups de semonces s'enchaînent ainsi de manière régulière tout au long de ces neuf titres rageurs. On pense évidemment à Sonic Youth, un peu moins à Electrelane, même si c'est étonnament leur guitariste Mia Clarke, exilée à Chicago, qu'on retrouve à la co-production.  Ganser, en plus des guitares tranchantes, ce sont deux chanteuses Nadia Garofalo et Alicia Gaines qui se sont rencontrées dans une école d'art. Elles y ont partagé leurs passions communes pour la musique de The Residents et les films

The Avalanches - We Will Always Love You

Après la sortie du dernier disque de Gorillaz rempli à ras bord de musiques en tous genres et d'invités de marque, voici The Avalanches qui placent peut-être encore la barre au-dessus, si cela est possible. Jugez plutôt : MGMT, Johnny Marr, Vashti Bunyan, Mick Jones, Neneh Cherry, Kurt Vile, Karen O, Wayne Coyne ou Rivers Cuomo. On est donc dans la surenchère de sons, de collaborations, d'albums pleins comme un oeuf. Bienvenue dans la culture du zapping, sauf qu'ici, il y a - et c'est ça qui est assez incroyable - une vraie homogénéité malgré les styles si différents des invités. Chacun est venu se fondre dans la grande orgie pop orchestrée par le duo Australien. Contrairement au Gorillaz, on peut ici tout aimer ou presque. Si je n'étais pas forcément convaincu par les quelques singles annonciateurs, l'écoute entière de l'album m'a conquis. C'est le miracle de ce groupe : comme " Since I Left You " paru il y a déjà vingt ans, ce " We