Accéder au contenu principal

These New Puritans - Point Ephémère - 29 avril 2010

Désolé pour hier, pas de chronique honteuse, pas le temps en fait, trop de concerts et donc de compte-rendus à produire ici. Dernier en date pour cette semaine et pas des moindres : These New Puritans, responsables d'un deuxième album "Hidden" particulièrement atypique et accessoirement un de mes principaux coups de coeur musicaux de ce début d'année. Je ne connaissais pas encore la salle du Point Ephémère et j'avoue avoir été un peu surpris par la petitesse du lieu, surtout en pensant à la musique assez violente du groupe programmé. En tout cas, nous nous pointons là-bas, à l'heure indiquée sur le billet, c'est-à-dire à 20h. Malheureusement, comme il n'y a pas de première partie (était-ce prévu ?), nous patientons une bonne heure avant le début des hostilités. Car d'hostilités, il est plus que jamais question. Finies les petites douceurs (et mièvreries?) de mardi soir, ici, il n'y a pas de place pour la galéjade. D'entrée de jeu, These New Puritans impose son rythme guerrier : c'est d'ailleurs le terrifiant "We Want War" qui ouvre le bal. Le décor est aussi rapidement planté : 2 bassons à gauche de la scène, un synthé jouée par une fille au look de Morticia, une batterie placée pour une fois très en avant, et les deux frangins Barnett, l'un derrière tout un tas de machines et de percussions (et de chaînes) qui tentera de reproduire - quelque fois assez artificiellement, il faut bien l'avouer - le son si travaillé de leur dernier disque et enfin l'autre, guitariste et chanteur façon hip-hop,  psalmodiant ces textes affublé d'une cotte de maille de circonstance. On pense aux templiers. Alors, prêt pour la croisade ? Parce que l'heure qui va suivre va être physique, tendue, brutale, flippante, étouffante, éreintante. Une fille fait d'ailleurs rapidement un malaise au premier rang. Comme sur disque, la musique de These New Puritans ne laisse pas indifférent, mais ceux qui sont là le savent déjà, s'y sont préparés et sont sans doute même venus pour ça. Le groupe enchaîne (c'est le cas de le dire) tous les morceaux de son dernier album mais très peu du précédent. Après un court rappel, il termine par le titre le plus calme, "5", qui est aussi le dernier de "Hidden",  comme pour essayer de marquer en douceur la fin du combat. On en ressort tout de même sonné, en nage. Le bruit des percussions, omniprésentes, résonnera encore un bon moment dans nos têtes. Dehors, le temps est plus lourd que jamais, ça sent l'orage ...

Clip de "Attack Music" :

Commentaires

  1. Bonjour Vincent, je suis un peu du même avis.
    Et pour illustrer tout ça, chronique et vidéos de leur concert à Bruxelles 2 jours plus tôt
    http://fun1959.canalblog.com/archives/2010/04/28/17717377.html

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour momo,
    Merci pour le lien et les vidéos !

    RépondreSupprimer
  3. Je profite de ce commentaire pour répondre à celui que tu as laisé sur mon blog. Je ne comprends pas pourquoi on considère que la voix du chanteur est dans un registre hip-hop. Certes, le texte n'est pas chanté, mais il n'est pas non plus déclamé comme dans le hip-hop. La voix ne joue ici aucune place majeure, n'est pas utilisée comme instrument, et je ne crois pas que le chanteur, au vu de ce que j'ai vu à Bruxelles, a les moyens de faire du hip-hop un tant soit peu correct. Bref, pas du tout convaincu...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…