Accéder au contenu principal

Mes indispensables : The Jesus And Mary Chain - Psychocandy (1985)

Après le rock sophistiqué de PJ Harvey, rien de tel que de revenir aux fondamentaux et à des choses nettement plus binaires : le "Psychocandy" de The Jesus And Mary Chain, tout simplement l'un des albums les plus influents de l'histoire du rock (indépendant). Le groupe est parvenu, en plein coeur des années 80 synthétiques, à ramener sur le devant de la scène les grosses guitares qui tâchent. Ce disque, leur premier, a eu un effet comparable - toute proportion gardée - au "Never Mind The Bollocks" des Pistols, donnant un grand coup de pied salvateur dans la fourmilière. Les potards sont au maximum et les pédales d'effets omniprésentes, d'où les regards constamment rivés vers leurs pieds des membres du groupe, qui sera à l'origine du mouvement shoegaze. On ne compte plus les formations qui se sont inspirées de ce son-là, si particulier : le mélange des mélodies évidentes (et basiques ?) des Beach Boys, du célèbre "Wall of Sound" de Spector - d'ailleurs, deux des chansons de ce disque commencent par le même son de batterie que "Be My Baby" -  et des distorsions du deuxième Velvet Underground. 
Pourtant, pendant longtemps, j'ai ignoré "Psychocandy", n'ayant pas la même réaction violente de rejet qu'avec "Loveless", autre album important de l'époque, non, juste de l'indifférence. Puis, comme beaucoup de disques essentiels, j'y suis revenu. En grande partie parce que cette musique correspond justement à ce que j'écoute beaucoup (le plus) en ce moment : The Pains Of Being Pure At Heart, Beach Fossils, Wild Nothing, Deerhunter, Girls, etc. Forcément, cela donne envie de revenir à la source... de la chaîne. Et force est de constater qu'elle est assez intarissable, cette source. Quinze morceaux, tous identiques ou presque, quelques mots qui reviennent d'un titre à l'autre comme des leitmotivs : honey, talk, walk, etc. On pourrait croire à un manque d'inspiration criant, c'est tout l'inverse qui finit par se produire, chaque chanson peut alors devenir indifféremment notre préférée, elles sont interchangeables. Les frangins Reid, originaires de Glasgow et petites frappes notoires ont aussi emmené avec eux tout un mouvement passionnant en provenance d'Ecosse avec les Pastels ou le Teenage Fanclub. L'Ecosse, où nous allons d'ailleurs nous rendre en avril prochain, avec maman, le temps d'un petit week-end à... Edimbourg (si au passage, quelqu'un connaît des bonnes adresses sur place, nous sommes preneurs ;) En espérant éviter la célèbre douche locale... - d'où peut-être les coiffures en pétard de rigueur, car c'est bien connu, l'électricité et l'eau n'ont jamais fait bon ménage.

Clip de "Just Like Honey" :
Clip de "Some Candy Talking" :

Commentaires

  1. Tant à dire sur ce disque. Pas disque de chevet, on aurait du mal à dormir, plutôt disque d'éveil.

    Quand je pense que j'avais acheté le vynil en 86, que je l'ai revendu 10 balles pour me payer un paquet de clopes quelques années plus tard... pfff d'étudiant fauché...

    J'ai maintenant le CD, avec Some Candy Talking dessus, qui n'était pas sur le vynil... J'avais d'ailleurs été déçu à l'achat du LP, car j'avais d'abord flashé sur ce titre suite à un spécial Enfants du Rock sur la musique écossaise... J'avais d'ailleurs cherché la vidéo sur youtube sans succès, plaisir de la revoir ici.

    Bon, j'ai encore le vynil de Darklands, par contre...

    RépondreSupprimer
  2. @burzinski : Par contre, je préfère nettement ce premier album à "Darklands". Je trouve le son de ce dernier un peu cheap, l'absence de "vrai" batteur sans doute, après le départ de Gillespie pour former Primal Scream.

    RépondreSupprimer
  3. "Psychocandy" fait partie des disques qui ont généré le mouvement shoegaze/dream pop, sorte de Proto-shoegaze !!
    Avec lui :
    _ "The Perfect Prescription" (1987) et "Playing With Fire" (1989), les 2 chefs d'œuvres des Spacemen 3
    _ "Heaven's end" (1987) et "Fade Out" (1988) de Loop
    _"Up For A Bit With The Pastels" (1987) et "Sittin' Pretty" (1989) de The Pastels
    _ Et les tout premiers My Bloddy Valentine....

    Ce disque est énormissime...et "just like honey" la plus belle balade hallucinée et dark psychédélique que je connaisse !!

    A + +

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…