Accéder au contenu principal

Cocteau Twins - Lorelei (1984)

Deux courants musicaux issus du rock indépendant des années 80 connaissent depuis quelques années un regain d'intérêt. Les groupes phares à l'origine de ces mouvements sont d'ailleurs tous deux venus d'Ecosse, le shoegaze avec Jesus and Mary Chain, et la dreampop avec les Cocteau Twins. Une synthèse sera ensuite réalisée au début des années 90 par les légendaires My Bloody Valentine, mariant intelligemment l'aspect bruitiste des premiers avec le côté éthéré des seconds. Mais revenons à ce qui nous intéresse, les Cocteau Twins, dont le nom proviendrait d'une obscure chanson des irlandais écossais de... Simple Minds. Malgré les nombreux suiveurs (Blonde Redhead ou Beach House) qui s'inspireront de leur univers, ils restent aujourd'hui encore atypiques dans leur approche de la musique surtout en raison de la voix si particulière d'Elizabeth Fraser. Son chant haut perché donne souvent l'impression que les paroles sont uniquement constitués d'onomatopées. Elle réussit à inventer un langage qui n'appartient qu'à elle, la preuve avec ce mémorable "Lorelei", extrait de "Treasure", leur meilleur disque. Si le groupe s'est séparé (définitivement ?) en 1997, les deux acolytes de la chanteuse, Robin Guthrie - qui est était accessoirement son compagnon - et Simon Raymonde sont aussi responsables d'un des labels de pop-folk les plus passionnants de ces dernières années : Bella Union (Andrew Bird, Fleet Foxes, Midlake, Lift To Experience, The Czars, etc). Bref, les Cocteau Twins sont devenus au fil des années une référence incontournable.

Can't look out, can't look in
Can't kiss right
Get yourself get right
Lift up your toes, in my mouth
We'll make love and we can go

And we can go
And we can go

We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

(repeat verse)

Without a doubt 


We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Commentaires

  1. Joie, les Cocteau ici ! Tu as dû le remarquer cher papa : les écossais sont l'une de mes marottes et dans le peloton de tête de mes groupes favoris de tous les temps.

    Dépassant la case limitée de "dream pop" ces faux jumeaux et la voix radieuse de Liz continuent toujours pour notre (mon) bonheur de nourrir l'imaginaire de la pop indé. Les Cocteau touchent chez moi à une corde purement affective, rien de rationnel, du plaisir pur.

    Sur "Treasure", j'aurais personnellement choisi la chanson "Beatrix" (ou encore Pandora) qui me ravit et je trouve leur "Blue Bell Knoll" de 1988 encore supérieur, un album parfait. Et leur titre "Song to the Siren " pour This Mortal Coil avec la voix de Liz, c'est le nirvana.

    Par contre, rectification en ce qui concerne une réunion du trio, même si tout le monde en rêve, on peut faire une croix dessus : Simon et Liz sont séparés depuis plus de 15 ans et le divorce (conjugal et artistique) est bel et bien consommé.
    Raison de plus pour chérir leur parcours d'autant plus exceptionnel qu'il est définitivement terminé. Sniff...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je savais que les Cocteau Twins étaient une de tes marottes ;) Merci pour les dernières infos (oui, je sais 15 ans) sur le couple Fraser / Guthrie, c'est corrigé. Pour ma part, je ne suis pas un très grand fan du groupe. Hormis, "Treasure" et cette chanson "Lorelei" que je trouve personnellement au-dessus du lot. Mais je leur reconnais volontiers un style qui n'appartient qu'à eux, ce qui n'est pas si courant que ça.

    RépondreSupprimer
  3. Oups ! erreur de ma part : c'était évidemment le couple Robin / Liz que je voulais évoquer, pas de Simon dans l'histoire. Désolé, Mr Raymonde...

    RépondreSupprimer
  4. Je me permets de relever une petite erreur, les Simple Minds sont également écossais et non irlandais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'information (c'est corrigé). Ce post était donc truffé d'erreurs... Preuve si besoin était que je ne suis décidément pas un grand spécialiste des Cocteau Twins :(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…