Accéder au contenu principal

Cocteau Twins - Lorelei (1984)

Deux courants musicaux issus du rock indépendant des années 80 connaissent depuis quelques années un regain d'intérêt. Les groupes phares à l'origine de ces mouvements sont d'ailleurs tous deux venus d'Ecosse, le shoegaze avec Jesus and Mary Chain, et la dreampop avec les Cocteau Twins. Une synthèse sera ensuite réalisée au début des années 90 par les légendaires My Bloody Valentine, mariant intelligemment l'aspect bruitiste des premiers avec le côté éthéré des seconds. Mais revenons à ce qui nous intéresse, les Cocteau Twins, dont le nom proviendrait d'une obscure chanson des irlandais écossais de... Simple Minds. Malgré les nombreux suiveurs (Blonde Redhead ou Beach House) qui s'inspireront de leur univers, ils restent aujourd'hui encore atypiques dans leur approche de la musique surtout en raison de la voix si particulière d'Elizabeth Fraser. Son chant haut perché donne souvent l'impression que les paroles sont uniquement constitués d'onomatopées. Elle réussit à inventer un langage qui n'appartient qu'à elle, la preuve avec ce mémorable "Lorelei", extrait de "Treasure", leur meilleur disque. Si le groupe s'est séparé (définitivement ?) en 1997, les deux acolytes de la chanteuse, Robin Guthrie - qui est était accessoirement son compagnon - et Simon Raymonde sont aussi responsables d'un des labels de pop-folk les plus passionnants de ces dernières années : Bella Union (Andrew Bird, Fleet Foxes, Midlake, Lift To Experience, The Czars, etc). Bref, les Cocteau Twins sont devenus au fil des années une référence incontournable.

Can't look out, can't look in
Can't kiss right
Get yourself get right
Lift up your toes, in my mouth
We'll make love and we can go

And we can go
And we can go

We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

(repeat verse)

Without a doubt 


We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Commentaires

  1. Joie, les Cocteau ici ! Tu as dû le remarquer cher papa : les écossais sont l'une de mes marottes et dans le peloton de tête de mes groupes favoris de tous les temps.

    Dépassant la case limitée de "dream pop" ces faux jumeaux et la voix radieuse de Liz continuent toujours pour notre (mon) bonheur de nourrir l'imaginaire de la pop indé. Les Cocteau touchent chez moi à une corde purement affective, rien de rationnel, du plaisir pur.

    Sur "Treasure", j'aurais personnellement choisi la chanson "Beatrix" (ou encore Pandora) qui me ravit et je trouve leur "Blue Bell Knoll" de 1988 encore supérieur, un album parfait. Et leur titre "Song to the Siren " pour This Mortal Coil avec la voix de Liz, c'est le nirvana.

    Par contre, rectification en ce qui concerne une réunion du trio, même si tout le monde en rêve, on peut faire une croix dessus : Simon et Liz sont séparés depuis plus de 15 ans et le divorce (conjugal et artistique) est bel et bien consommé.
    Raison de plus pour chérir leur parcours d'autant plus exceptionnel qu'il est définitivement terminé. Sniff...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je savais que les Cocteau Twins étaient une de tes marottes ;) Merci pour les dernières infos (oui, je sais 15 ans) sur le couple Fraser / Guthrie, c'est corrigé. Pour ma part, je ne suis pas un très grand fan du groupe. Hormis, "Treasure" et cette chanson "Lorelei" que je trouve personnellement au-dessus du lot. Mais je leur reconnais volontiers un style qui n'appartient qu'à eux, ce qui n'est pas si courant que ça.

    RépondreSupprimer
  3. Oups ! erreur de ma part : c'était évidemment le couple Robin / Liz que je voulais évoquer, pas de Simon dans l'histoire. Désolé, Mr Raymonde...

    RépondreSupprimer
  4. Je me permets de relever une petite erreur, les Simple Minds sont également écossais et non irlandais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'information (c'est corrigé). Ce post était donc truffé d'erreurs... Preuve si besoin était que je ne suis décidément pas un grand spécialiste des Cocteau Twins :(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

O - à terre !

En voyant la liste des catégories pour les prochaines Victoires de la musique, je me suis dit tout de suite qu'il en manquait au moins une. Quid de la pop française ? Alors que celle-ci s'est rarement portée aussi bien ? Mais ce n'est plus à prouver que ces cérémonies restent au final très consensuelles, se contentant de valider les goûts de l'époque sans voir plus loin, et rechercher l'intemporel. Pourquoi passer ainsi sous silence la bonne santé de la pop d'ici en ignorant si ouvertement le talent de Chevalrex, Thousand, Barbara Carlotti ou Olivier Marguerit alias O ? Ce dernier est d'ailleurs peut-être le lien entre tous, car bien souvent caché derrière tous les derniers disques de pop français qui comptent. Il a aussi officié au sein des indispensables Syd Matters dont on attend toujours une suite au chef d'oeuvre "Brotherocean".  O revient donc avec un deuxième album, encore plus réussi que le premier - le déjà remarqué et remarquable &q…

Snapped Ankles - Stunning Luxury

Les anglais de Snapped Ankles sont de retour avec toujours leur discours sur le retour à l'état de nature, d'où leur étrange déguisement de monstres plantes, en référence au dessin animé Jayce et les conquérants de la lumière ? Ils seraient pourtant devenus des agents infiltrés pour empêcher des promoteurs immobiliers - d'où la nouveauté de la cravate - de détruire la nature en promettant aux futurs acquéreurs un luxe étourdissant ("Stunning Luxury"). Même lorsque le "système" semble avoir gagné - fini de jouer avec les arbres, comme sur leur premier disque "Come Play The Trees" - on peut toujours essayer de le détruire de l'intérieur. Le post punk est un mouvement qui est régulièrement associé à la critique de la société de consommation. Les Snapped Ankles ne seraient donc que les descendants d'une longue filiation.  Car le style musical ne change pas non plus, sorte de mariage entre Gang of Four, Can ou The Fall, avec une pointe de …

Drugdealer - Raw Honey

Weyes Blood encore et toujours. On la retrouve cette fois en compagnie du groupe Drugdealer - elle était déjà là sur le premier album du groupe, "The end of the comedy" - pour le très beau "Honey", bien dans l'esprit de ce qu'elle fait en solo. Il faut dire que la musique de Drugdealer est très proche de celle de Weyes Blood, c'est-à-dire douce, mélodique, admirablement désuète et kitsch (l'école californienne de Ariel Pink et consorts). En plus de l'évidente influence des Beatles("If you don't know now, you never will") , "Raw Honey" flirte même avec le jazz-rock FM des années 70. "Fools" ressemble par exemple à du Steely Dan.  Sauf que c'est toujours fait de manière décontractée, sans démonstration de virtuosité. Il faut dire que Michael Collins, l'auteur-compositeur de Drugdealer n'est arrivé à la musique qu'il y a dix ans seulement, en autodidacte. Voilà donc un agréable disque de saison, à …