Accéder au contenu principal

Fanfarlo - Rooms Filled With Light

C'est le retour des Arcade Fire version britannique. J'ai nommé Fanfarlo - dont le nom est tiré d'une nouvelle de Charles Baudelaire. Après un premier album remarqué (notamment ici), ils nous reviennent avec "Rooms Filled With Light", toujours dans la même veine. Une fois de plus, ça ne révolutionnera rien, mais c'est diablement bien fichu. (Il faudra au passage que j'arrive à les voir sur scène) Il se dégage de cette musique une évidente énergie communicatrice qui rappelle bien sûr le "Funeral" de qui vous savez. Les mélodies jouent parfois au flipper comme sur les irrésistibles "Deconstruction" et "Tightrope". On espère que leur carrière pourra enfin décoller en dehors du cercle restreint des amateurs de rock indépendant, car ces chansons ont un potentiel fédérateur indéniable. Hormis un léger fléchissement en fin d'album, ils parviennent à maintenir le rythme, sans titres plus faibles.
Bref, "Rooms Filled With Light" est plus qu'une confirmation. Ces anglais-là constituent bel et bien une des plus réjouissantes machines de pop à danser du moment.

Clip de "Replicate" :

Clip de "Shiny Things" :

Album en écoute intégrale sur NPR.

Commentaires

  1. Je le trouve pas du tout dans la même veine que le premier album moi, beaucoup plus de synthés et beaucoup moins de références qui venaient en tête trop facilement sur Reservoir. Ils ont peut-être trouvé leur propre style.
    Par contre je trouve le "léger fléchissement en fin d'album" un peu plus lourd et un peu plus précoce (toute la seconde moitié). Un peu déçu au final par ce disque donc.

    RépondreSupprimer
  2. Plus de synthés oui, c'est ce que j'avais mis dans un premier temps, mais finalement pas tant que ça. Il y a toujours pas mal de titres très connotés "Arcade Fire". On est d'accord pour la fin, ça devient un peu mou du genou...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022

Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en " stand-by " (" Bye-Bye ..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : " Deserter's songs " en 1998, " The Soft Bulletin " en 1999, " The Sophtware Slump " en 2000, " It's a wonderful life " en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d