Accéder au contenu principal

Cocteau Twins - Lorelei (1984)

Deux courants musicaux issus du rock indépendant des années 80 connaissent depuis quelques années un regain d'intérêt. Les groupes phares à l'origine de ces mouvements sont d'ailleurs tous deux venus d'Ecosse, le shoegaze avec Jesus and Mary Chain, et la dreampop avec les Cocteau Twins. Une synthèse sera ensuite réalisée au début des années 90 par les légendaires My Bloody Valentine, mariant intelligemment l'aspect bruitiste des premiers avec le côté éthéré des seconds. Mais revenons à ce qui nous intéresse, les Cocteau Twins, dont le nom proviendrait d'une obscure chanson des irlandais écossais de... Simple Minds. Malgré les nombreux suiveurs (Blonde Redhead ou Beach House) qui s'inspireront de leur univers, ils restent aujourd'hui encore atypiques dans leur approche de la musique surtout en raison de la voix si particulière d'Elizabeth Fraser. Son chant haut perché donne souvent l'impression que les paroles sont uniquement constitués d'onomatopées. Elle réussit à inventer un langage qui n'appartient qu'à elle, la preuve avec ce mémorable "Lorelei", extrait de "Treasure", leur meilleur disque. Si le groupe s'est séparé (définitivement ?) en 1997, les deux acolytes de la chanteuse, Robin Guthrie - qui est était accessoirement son compagnon - et Simon Raymonde sont aussi responsables d'un des labels de pop-folk les plus passionnants de ces dernières années : Bella Union (Andrew Bird, Fleet Foxes, Midlake, Lift To Experience, The Czars, etc). Bref, les Cocteau Twins sont devenus au fil des années une référence incontournable.

Can't look out, can't look in
Can't kiss right
Get yourself get right
Lift up your toes, in my mouth
We'll make love and we can go

And we can go
And we can go

We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

(repeat verse)

Without a doubt 


We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Commentaires

  1. Joie, les Cocteau ici ! Tu as dû le remarquer cher papa : les écossais sont l'une de mes marottes et dans le peloton de tête de mes groupes favoris de tous les temps.

    Dépassant la case limitée de "dream pop" ces faux jumeaux et la voix radieuse de Liz continuent toujours pour notre (mon) bonheur de nourrir l'imaginaire de la pop indé. Les Cocteau touchent chez moi à une corde purement affective, rien de rationnel, du plaisir pur.

    Sur "Treasure", j'aurais personnellement choisi la chanson "Beatrix" (ou encore Pandora) qui me ravit et je trouve leur "Blue Bell Knoll" de 1988 encore supérieur, un album parfait. Et leur titre "Song to the Siren " pour This Mortal Coil avec la voix de Liz, c'est le nirvana.

    Par contre, rectification en ce qui concerne une réunion du trio, même si tout le monde en rêve, on peut faire une croix dessus : Simon et Liz sont séparés depuis plus de 15 ans et le divorce (conjugal et artistique) est bel et bien consommé.
    Raison de plus pour chérir leur parcours d'autant plus exceptionnel qu'il est définitivement terminé. Sniff...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je savais que les Cocteau Twins étaient une de tes marottes ;) Merci pour les dernières infos (oui, je sais 15 ans) sur le couple Fraser / Guthrie, c'est corrigé. Pour ma part, je ne suis pas un très grand fan du groupe. Hormis, "Treasure" et cette chanson "Lorelei" que je trouve personnellement au-dessus du lot. Mais je leur reconnais volontiers un style qui n'appartient qu'à eux, ce qui n'est pas si courant que ça.

    RépondreSupprimer
  3. Oups ! erreur de ma part : c'était évidemment le couple Robin / Liz que je voulais évoquer, pas de Simon dans l'histoire. Désolé, Mr Raymonde...

    RépondreSupprimer
  4. Je me permets de relever une petite erreur, les Simple Minds sont également écossais et non irlandais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'information (c'est corrigé). Ce post était donc truffé d'erreurs... Preuve si besoin était que je ne suis décidément pas un grand spécialiste des Cocteau Twins :(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Grandaddy & The Lost Machine Orchestra - Paris, le Trianon - 20 avril 2022

Enchaînement de concerts avec un quatrième en trois semaines. Celui-là, je l'avais coché il y a quelques temps déjà. Mais maman n'étant pas grande amatrice du groupe, je l'avais mis en " stand-by " (" Bye-Bye ..."). Et puis, il aura fallu qu'au détour d'une soirée entre parents le sujet soit mis hasardeusement sur la table pour qu'on prenne nos places, à la dernière minute ou presque. Grandaddy, c'est la période bénie de la pop américaine au mitan des années 90-2000. Avec les Flaming Lips (le groupe existait bien avant mais leurs meilleurs disques sont sortis à ce moment-là), Mercury Rev et Sparklehorse. Un quatuor pour l'éternité et au moins quatre chefs d'oeuvres de suite : " Deserter's songs " en 1998, " The Soft Bulletin " en 1999, " The Sophtware Slump " en 2000, " It's a wonderful life " en 2001. On pourrait même rajouter Wilco en 2002. Ce soir-là, au Trianon, magnifique écrin

Pete Doherty & Frédéric Lo - The Fantasy Life Of Poetry and Crime

  Après une longue pause, faute de sortie musicale probante, me voilà de retour avec quelques nouveautés plutôt emballantes. On commence par le come back d'un rockeur qu'on croyait perdu, le genre de candidat idéal au triste club des 27, ceux qui vont trop vite, trop fort, qui se brûlent les ailes et meurent à 27 ans comme Jim Morrison, Brian Jones, Janis Joplin, Jimi Hendrix, Kurt Cobain ou Amy Winehouse. Pete Doherty a d'ailleurs eu une relation avec cette dernière. Si elle a fini par sombrer corps et âmes dans la drogue, lui, s'en est sorti miraculeusement. Les Libertines, après une entrée en matière fulgurante - on ne se lasse toujours pas de leur premier et formidable " Up The Bracket ", classique rock du début des années 2000 - ont disparu rapidement des radars. Si tout réussissait alors au chanteur anglais - en couple avec la très médiatisée Kate Moss - le mode de vide "sexe, drogues et rock'n'roll" n'a qu'un temps et Doherty d