Accéder au contenu principal

Cocteau Twins - Lorelei (1984)

Deux courants musicaux issus du rock indépendant des années 80 connaissent depuis quelques années un regain d'intérêt. Les groupes phares à l'origine de ces mouvements sont d'ailleurs tous deux venus d'Ecosse, le shoegaze avec Jesus and Mary Chain, et la dreampop avec les Cocteau Twins. Une synthèse sera ensuite réalisée au début des années 90 par les légendaires My Bloody Valentine, mariant intelligemment l'aspect bruitiste des premiers avec le côté éthéré des seconds. Mais revenons à ce qui nous intéresse, les Cocteau Twins, dont le nom proviendrait d'une obscure chanson des irlandais écossais de... Simple Minds. Malgré les nombreux suiveurs (Blonde Redhead ou Beach House) qui s'inspireront de leur univers, ils restent aujourd'hui encore atypiques dans leur approche de la musique surtout en raison de la voix si particulière d'Elizabeth Fraser. Son chant haut perché donne souvent l'impression que les paroles sont uniquement constitués d'onomatopées. Elle réussit à inventer un langage qui n'appartient qu'à elle, la preuve avec ce mémorable "Lorelei", extrait de "Treasure", leur meilleur disque. Si le groupe s'est séparé (définitivement ?) en 1997, les deux acolytes de la chanteuse, Robin Guthrie - qui est était accessoirement son compagnon - et Simon Raymonde sont aussi responsables d'un des labels de pop-folk les plus passionnants de ces dernières années : Bella Union (Andrew Bird, Fleet Foxes, Midlake, Lift To Experience, The Czars, etc). Bref, les Cocteau Twins sont devenus au fil des années une référence incontournable.

Can't look out, can't look in
Can't kiss right
Get yourself get right
Lift up your toes, in my mouth
We'll make love and we can go

And we can go
And we can go

We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

(repeat verse)

Without a doubt 


We're covered by the sacred fire
But when you cut me, you cut me to the bone

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Can't look in
Guilty boy, guilty girl
Cause you're both cursed
Lift up your toes in my mouth
We'll make love and we can go

Commentaires

  1. Joie, les Cocteau ici ! Tu as dû le remarquer cher papa : les écossais sont l'une de mes marottes et dans le peloton de tête de mes groupes favoris de tous les temps.

    Dépassant la case limitée de "dream pop" ces faux jumeaux et la voix radieuse de Liz continuent toujours pour notre (mon) bonheur de nourrir l'imaginaire de la pop indé. Les Cocteau touchent chez moi à une corde purement affective, rien de rationnel, du plaisir pur.

    Sur "Treasure", j'aurais personnellement choisi la chanson "Beatrix" (ou encore Pandora) qui me ravit et je trouve leur "Blue Bell Knoll" de 1988 encore supérieur, un album parfait. Et leur titre "Song to the Siren " pour This Mortal Coil avec la voix de Liz, c'est le nirvana.

    Par contre, rectification en ce qui concerne une réunion du trio, même si tout le monde en rêve, on peut faire une croix dessus : Simon et Liz sont séparés depuis plus de 15 ans et le divorce (conjugal et artistique) est bel et bien consommé.
    Raison de plus pour chérir leur parcours d'autant plus exceptionnel qu'il est définitivement terminé. Sniff...

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je savais que les Cocteau Twins étaient une de tes marottes ;) Merci pour les dernières infos (oui, je sais 15 ans) sur le couple Fraser / Guthrie, c'est corrigé. Pour ma part, je ne suis pas un très grand fan du groupe. Hormis, "Treasure" et cette chanson "Lorelei" que je trouve personnellement au-dessus du lot. Mais je leur reconnais volontiers un style qui n'appartient qu'à eux, ce qui n'est pas si courant que ça.

    RépondreSupprimer
  3. Oups ! erreur de ma part : c'était évidemment le couple Robin / Liz que je voulais évoquer, pas de Simon dans l'histoire. Désolé, Mr Raymonde...

    RépondreSupprimer
  4. Je me permets de relever une petite erreur, les Simple Minds sont également écossais et non irlandais.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'information (c'est corrigé). Ce post était donc truffé d'erreurs... Preuve si besoin était que je ne suis décidément pas un grand spécialiste des Cocteau Twins :(

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Lucie

L'autre jour, en lisant l'article intitulé « ça rime à quoi de bloguer ? » sur le très bon blog « Words And Sounds » - que vous devez déjà connaître, mais que je vous recommande au cas où cela ne serait pas le cas - je me disais, mais oui, cette fille a raison : « ça rime à quoi la musique à papa? ». Enfin, non, sa réflexion est plutôt typiquement féminine : trouvons un sens derrière chaque chose ! Nous, les hommes, sommes plus instinctifs, moins réfléchis. C'est sans doute pour ça que dans le landernau (je ne sais pas pourquoi, j'aime bien cette expression, sans doute parce que ça fait breton :-) des « indierockblogueurs », il y a surtout des mecs. Un mec est par contre bizarrement plus maniaque de classements en tout genre, surtout de classements complètement inutiles dans la vie de tous les jours. Pour ceux qui ne me croient pas, relisez donc Nick Hornby. Et je dois dire que je n'échappe pas à la règle, même si j'essaie de me soigner. J'ai, par exemple,

James Yorkston, Nina Persson & The Second Hand Orchestra - The Great White Sea Eagle

  Après la parenthèse de l'iguane, revenons à de la douceur avec un nouvel album de l'écossais James Yorkston et son orchestre de seconde main suédois - The Second Hand Orchestra, c'est leur vrai nom - mené par Karl-Jonas Winqvist. Si je n'ai jamais parlé de leur musique ici, c'est sans doute parce qu'elle est trop discrète, pas assez moderne et que leurs albums devaient paraître alors que je donnais la priorité à d'autres sorties plus bruyantes dans tous les sens du terme. Je profite donc de l'accalmie du mois de janvier pour me rattraper. Cette fois-ci, avant de rentrer en studio avec leur orchestre, Yorkston et Winqvist se sont dit qu'il manquait quelque chose aux délicates chansons écrites par l'écossais. Une voix féminine. Et en Suède, quand on parle de douce voix mélodique, on pense évidemment à Nina Persson, l'ex-chanteuse des inoffensifs Cardigans dont on se souvient au moins pour les tubes " Lovefool " et " My favorite

Top albums 2023

2023, fin de la partie. Bonjour 2024 et bonne et heureuse année à toutes et tous ! Je termine cette fois-ci un premier janvier, sur le fil, histoire de bien clôturer l'affaire, sans anticipation. Avant de vous dire qu'il s'annonce plein de bonnes choses musicalement parlant pour la nouvelle année, voici un récapitulatif de l'an dernier en 10 albums. 10 disques choisis le plus subjectivement possible, parce que ce sont ceux qui m'ont le plus emballé, le plus suivi pendant douze mois et qui je pense, me suivront le plus longtemps encore à l'avenir. 10- Young Fathers - Heavy, Heavy Ces jeunes pères de famille inventent une pop futuriste à partir de mixtures de TV On The Radio, Animal Collective ou autre Massive Attack. C'est brillant, novateur, stimulant, mais cela a parfois le défaut de ses qualités : notre cerveau est régulièrement en surchauffe à l'écoute de ces morceaux bien trop denses pour le commun des mortels, incapable de retenir autant de sons, d&