Accéder au contenu principal

Joy Division - Love Will Tear Us Apart (1980)

Impossible de passer à côté de celle-là. Impossible de ne pas mentionner l'un des plus grands titres de l'histoire du rock dans cette rubrique. La grande chanson pop d'un ténébreux groupe de petites frappes venues de Manchester. Le magnifique chant du cygne du troublant (et très troublé) Ian Curtis, tiraillé entre deux femmes, sa maladie (il était épileptique) et les débuts du succès de Joy Division (une tournée américaine était prévue). Tout le monde connaît la triste fin de l'histoire, l'écoute de "The Idiot" de Iggy Pop et Bowie pendant les derniers instants. Le chanteur est depuis devenu l'un de ses martyrs dont le rock raffole. Incapable de trouver sa place, il a préféré s'en aller. Pourtant, tout son mal être était là, contenu en filigrane à l'intérieur même de ses chansons. Même ses proches n'ont rien vu ou n'ont pas voulu voir. Pendant que désormais, le marketing bat plus que jamais son plein autour de son fantôme, qu'on ne compte plus les groupes "suiveurs" qui ont été influencés par cette musique-là, l'une des rares de l'épisode new-wave à avoir aussi bien survécu, que d'excellents films (dont "Control" de Anton Corbijn) retraçant le parcours de la mythique formation mancunienne sont venus apporter de l'eau au moulin de la légende, une vérité demeure. "Love Will Tear Us Apart". Malheureusement. Quand une histoire personnelle rencontre celle de tout le monde.

When routine bites hard
And ambitions are low,
And resentment rides high,
But emotions won't grow,
And we're changing our ways,
Taking different roads.

Then love, love will tear us apart again.
Love, love will tear us apart again.

 

Why is the bedroom so cold?
You've turned away on your side.
Is my timing that flawed?
Our respect runs so dry.
Yet there's still this appeal
That we've kept through our lives.

But love, love will tear us apart again.
Love, love will tear us apart again.

You cry out in your sleep,
All my failings exposed.
And there's a taste in my mouth,
As desperation takes hold.
Just that something so good
Just can't function no more.

But love, love will tear us apart again.
Love, love will tear us apart again.
Love, love will tear us apart again.
Love, love will tear us apart again.

Commentaires

  1. Je relève un détail, mais au combien agaçant : "cette musique-là, l'une des RARES de l'épisode (sic) new-wave à avoir aussi bien survécu". Ah NON M. Vincent, la new-wave (ou le post-punk) ne fut pas qu'un "épisode" ou une parenthèse dans l'histoire du rock ! :(

    RépondreSupprimer
  2. Oui, je te l'accorde, le terme est quelque peu péjoratif et la phrase maladroite. Derrière le terme "new wave", j'embrasse surtout toute cette musique commerciale de l'époque qui n'a bien souvent pas très bien résisté à l'épreuve du temps... Parmi les titres présents sur les compilations de New-Wave des années 80, "Love Will Tear Us Apart" est l'une des rares encore "écoutables" aujourd'hui. Le reste tient plus de la nostalgie qu'autre chose...

    RépondreSupprimer
  3. Merci d'avoir précisé quel sens (restreint) tu donnais à terme "new wave" : dans cette perspective, je te rejoins. Mais le post-punk ou la new wave (au sens large, étendu aux Etats-Unis par ex.), c'est plus que cela... Christophe Brault (lors d'une conférence sur le sujet), disait de la période qu'elle était carrément "un nouvel âge d'or du rock" pour sa richesse féconde.

    P.S. : désolé d'avoir réagi ainsi. L'enfant de la new-wave que je suis s'était senti (presque) vexé :)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, tu as raison, la new wave, c'est bien plus que cela, malheureusement elle reste encore largement dénigrée car beaucoup n'ont pas retenu les "bons" groupes...
    Contrairement à d'autres périodes, les années 60 ou 70 par exemple, où les mêmes valeurs sûres font l'unanimité.

    RépondreSupprimer
  5. Oui effectivement, La New Wave est plus qu'une "période" (aussi courte fut/soit- elle...). C'est aussi une révolution culturelle (en même temps qu'une "sous-culture" = la reprise du terme "New Wave" pour un peu tout et n'importe quoi et cette partie "Synthpop" à deux sous...). L'autre jour, je suis tombée sur une vidéo d'un débat du 11 février 2008 dans l'émission de Frédéric Taddei, "Ce Soir Ou Jamais" qui parlait justement de toute cette période foisonnante (et passionnante) et ou une question était posée : le mouvement New Wave est-il la continuité de Mai 68 ou au contraire en rupture totale ?

    1ere Partie : http://dai.ly/jULuoJ
    2eme Partie : http://dai.ly/lzUoRK

    A lire, le bouquin de Christophe Bourseiller (et celui de Bizot également, mais tirage épuisé...)

    La New Wave continue d'exister avec pas mal d'artistes... En regardant de plus près, on se rend compte qu'elle est partout et nulle part.
    Je crois que c'est un peu notre boulot que de faire connaitre cette période et les "bons" groupes qui vont avec ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Merci Drine pour toutes ces informations. Je tâcherai au moins d'aller voir les vidéos des émissions de Taddéi, souvent intéressantes.
    Quant au "je crois que c'est un peu notre boulot...", je ne me sens pas investi d'une quelconque mission. Mais si je parviens à faire découvrir et aimer "ma" musique, alors oui, ce blog a sans doute un sens.

    RépondreSupprimer
  7. A propos de Joy Division, vous avez vu passer l'info: http://www.contactmusic.com/news/jamie-oliver-discovers-joy-division-master-tapes-in-basement_1295279
    A quand la sortie de la compil en grandes pompes (funèbres)?

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…