Accéder au contenu principal

Arcade Fire - Reflektor

L'actualité musicale est particulièrement dense en ce moment et pourtant mon blog tourne toujours au ralenti. Mais c'est que j'ai une bonne excuse cette fois-ci : j'étais en week-end prolongé pour cause de récupération. Bah oui, le "travailler plus pour gagner plus" est encore d'actualité. Je sais, ça craint. Enfin, gagner plus, faut voir, hein ? Mais bon, j'ai quand même trouvé le temps d'écouter le disque attendu par tout amateur de rock indé : le nouvel album d'Arcade Fire. Le groupe distille depuis plusieurs semaines et ce, quotidiennement les informations au compte-goutte. Tout ça respire à plein nez la grosse opération marketing, à l'instar du dernier Daft Punk. Sauf que les titres balancés sur la toile en avant-première tiennent plus que la route. James Murphy est à la production et on entend même  Bowie dans les choeurs, c'est peu dire que j'en salive d'avance. "Reflektor" va être immense et sonnera le glas de la concurrence. Alors, quand j'apprends, jeudi dernier, que ledit objet est enfin disponible en streaming, je saute carrément dessus, le casque sur les oreilles, prêt à succomber. Pourtant, après la déception de "The Suburbs", je me méfie : si tout cela n'était qu'une vaste fumisterie ? L'écoute entière du disque me donnera en partie raison. En partie seulement, car il y a des titres énormes, comme celui qui donne son nom à l'album et puis "Here Comes The Night Time", "Afterlife", "Flashbulb Eyes", un peu de "Awful Sound (Oh Eurydice)" (si on excepte cet horrible refrain gnangnan) ou la bonne première moitié de "Supersymmetry". Pour le reste, c'est juste inutile. Que dire entre autres du pathétique "Joan Of Arc" ? Où est passée la formation qui avait mis à genoux le rock indé du temps de "Funeral" ?
Arcade Fire cherche à se renouveler en s'entourant de pointures. Le problème c'est que l'inspiration de la paire Chassagne-Butler est en constante régression, ne parvenant que de façon de plus en plus épisodique à recréer l'effet dévastateur des débuts. Beaucoup d'esbroufe et d'effets de manche pour masquer l'absence de mélodies marquantes, point fort jadis de la troupe montréalaise. Après avoir rameuté nombre d'ouailles sous leurs bannières, comme Jeanne d'Arc, gare à ne pas finir sur le bûcher. Car, qui sait si bientôt, on ne les croira plus - bon, vu le nombre d'excellentes critiques qu'ils ont encore, ce n'est pas demain la veille -, on ne les verra plus comme LA voix du rock indépendant. Comme le fut en son temps un certain Lou Reed,  récemment décédé.

Clip de "Reflektor" réalisé par Anton Corbijn:


Clip de "Afterlife" :


Film "Here Comes The Night Time" réalisé par Roman Coppola :

Album en écoute sur Deezer.

Commentaires

  1. Je suis d'accord avec toi: l'album est décevant malgré quelques fulgurances. Je l'ai écouté une fois cela dit mais j'ai repéré des morceaux complètement inintéressants. Pourquoi ce besoin si pressant d'utiliser des artifices disco? Pour masquer un manque d'inspiration? Je ne fais pas partie de ceux qui vont encenser cet album. Donc, passons à autre chose....

    RépondreSupprimer
  2. Avant la sortie, je craignais l'escroquerie, malgré l'excellent Reflektor. J'avais presque le même avis que toi aux premières écoutes, depuis il a changé.
    J'aime la majorité des titres ici. Je trouve l'album au final très très réussi. En revanche, des choses comme Joan Of Arc mettent un peu mal à l'aise, ils auraient gagné à faire plus concis en se débarrassant de morceaux plus faibles. C'est quand même une grande œuvre, malgré ses défauts, à mon humble avis.

    Alexandre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au passage, je me suis lancé : http://lapopdalexandre.blogspot.fr/

      Supprimer
  3. Je n'ai pas réussi à l'écouter en entier... Ce que j'aimais bien dans les premiers disques c'était le côté un peu triste et désespéré et celui-ci est incroyablement joyeux... Ok, c'est super qu'il ne fasse pas deux fois le même disque de là à changer de couleur...

    Le schtroumpf grincheux.

    RépondreSupprimer
  4. Comme Sb, je ne suis pas parvenu à aller jusqu'au bout. Pour tout dire, je l'ai écouté au boulot sans savoir ce que c'était, et me suis demandé: "qu'est-ce que c'est que cette merde?!". Bien sûr, il faudra que je lui offre une autre chance, mais je ne m'en sens que moyennement le courage.

    RépondreSupprimer
  5. J'ai le remède pour oublier qu'Arcade Fire c'est mis au disco!
    C'est absolument splendide et c'est juste en dessous (j'espère que ça méritera un tout petit commentaire!):
    http://le-club-des-mangeurs-de-disques.blogspot.fr/2013/10/ed-askew-for-world-2013-cmd594.html

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…