Accéder au contenu principal

Oasis - Supersonic (1994)

Cette semaine sort en version super deluxe et super coûteuse - phénomène très à la mode en ce moment - l'un des albums de l'un des groupes les plus surestimés des années 90. Il suffit d'ailleurs de réécouter aujourd'hui ce "Definitely Maybe" pour s'en persuader. Il a mal vieilli. Les mauvaises langues diront qu'il a toujours daté et qu'il n'y a que les (grands?) adolescents de l'époque pour s'être laissé prendre au piège. Parmi les groupes du mouvement brit-pop, les frangins Gallagher furent un paradoxe : des leaders mais aussi des mauvais élèves. Leurs chansons crâneuses se révèlent au final assez banales, lourdes, bien loin des modèles dont ils se revendiquaient : les Beatles bien sûr mais aussi toute la scène de Manchester des années 80, des Smiths aux Stone Roses. Pourtant, il y a un morceau qui pour moi sauve Oasis, c'est "Supersonic". Je suis retombé dessus par hasard lors de l'entracte d'un concert. Ce titre a quelque chose. Ce n'est pas au niveau des paroles ou de son chant outrageusement gouailleur, mais pour sa guitare, son imparable rythmique. Pour Noël plus que pour Liam, donc. Mais tout le monde sait qu'il possédait la seule once de talent du groupe. Après cela, il y eut bien un deuxième album supérieur, c'est-à-dire presque écoutable en intégralité. Puis plus rien. Des guéguerres puériles de famille. Du vide. La source était bien maigre et s'est tarie très rapidement. Une simple Oasis, c'est donc ce qu'est resté "Supersonic". Le tube de mon adolescence. Pour toujours. Avec son leitmotiv idéal pour cet âge-là : "I need to be myself, I can't be no one else". On n'efface pas les souvenirs si facilement.


I need to be myself
I can't be no one else
I'm feeling supersonic
Give me gin and tonic

You can have it all but how much do you want it?
You make me laugh
Give me your autograph
Can I ride with you in your BMW ?

You can sail with me in my yellow submarine
You need to find out
Cause no one's gonna tell you what I'm on about
You need to find a way for what you want to say

But before tomorrow
Cause my friend said he'd take you home
He sits in a corner all alone
He lives under a waterfall

No body can see him
No body can ever hear him call
You need to be yourself
You can't be no one else

I know a girl called Elsa
She's into Alka Seltzer
She sniffs it through a cane on a supersonic train
She made me laugh

I got her autograph
She done it with a doctor on a helicopter
She's sniffin in her tissue
Sellin' the Big Issue

She needs to find out
Cause no one's gonna tell you what I'm on about
She needs to find a way for what you want to say
But before tomorrow

Cause my friend said he'd take you home
He sits in a corner all alone
He lives under a waterfall
No body can see him

No body can ever hear him call

Commentaires

  1. Tu es un peu dur avec "Definitively maybe"...c'est pas si mal pourtant! Je dois être encore un grand ado alors! Ok supersonic est très bon...Et je suis resté comme toi aux deux premiers albums parce qu'après....bof!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah non, même les deux premiers disques sont bof. Alors, après...

      Supprimer
  2. Mais vous vous trompez les mecs!
    Oasis est mort avec la britpop en 1995 après leur second (très bon!) effort... pour mieux ressusciter en 2004.
    Ils se feraient appeler Kasabian maintenant...

    Dale C.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kasabian ??? Ben, c'est bien ce que je disais, Oasis, ça a toujours été bof ;-)

      Supprimer
  3. Il me semble qu'une erreur s'est glissée dans ton texte, ne serait-ce "le groupe le plus surestimé de tous les temps" qu'il fallait lire?!

    RépondreSupprimer
  4. J'aime beaucoup Oasis, mais j'ai surtout apprécié ton article. J'aime énormément ta plume ! Après, je ne suis pas entièrement d'accord avec ce que tu dis, mais comme on dit, les goûts et les couleurs... ;)
    Bonne continuation ! Et à bientôt très certainement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est très gentil ! Désolé pour Oasis, mais franchement je n'y arrive plus, à quelques rares exceptions près comme ce "Supersonic"...
      A bientôt alors !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Destroyer - Ken

Découvert réellement au moment de son dernier et magnifique "Poison Season" - très bien classé dans mon top albums 2015 - Destroyer est déjà en passe de devenir un de mes groupes préférés. Son nouveau disque "Ken" a une étonnante référence : c'est le titre original du très beau "The Wild Ones" de Suede. Pourtant, l'univers musical de Dan Bejar est assez éloigné de celui de Brett Anderson, même si tous les deux puisent plus leur inspiration en Angleterre qu'en Amérique. La musique, assez proche de son "Kaputt" - son disque le plus adulé par la critique - revient à des sonorités eighties. On croirait entendre une sorte de New Order (les synthés sur "In The Morning" ou "Tinseltown Swimming in Blood") ou de Pet Shop Boys pas dansant, plus précieux et orchestré, qui ferait davantage de bien à la tête qu'aux pieds. "Sky's Grey" fait aussi penser à la classe et l'épure de son précédent album et bea…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…