Accéder au contenu principal

Ariel Pink, Allah-Las, Grand Blanc, Absolutely Free, Naomi Punk - La Route du Rock Hiver 2015 - La Nouvelle Vague, Saint-Malo - 27 février 2015

(Photo : Pop is on Fire)
C'est les vacances scolaires alors on en profite avec maman : deuxième concert en 3 jours dans 2 villes différentes. Après Paris, direction ma Bretagne natale - et oui, personne n'est parfait - et la Route du Rock à Saint-Malo, mais pour une première fois pour moi dans sa Collection Hiver. Au lieu de l'habituel décor du Fort Saint Père, c'est dans la salle et le quartier assez impersonnels de la Nouvelle Vague que nous nous retrouvons. Malgré les cinq groupes programmés, la soirée ne commence qu'à 20h15, ce qui promet un fin très très tardive. Pas très reposant pour nos corps d'adultes plus si jeunes. Surtout que nous sommes principalement venus pour les formations programmées en fin de soirée. Ariel Pink pour ne pas le citer. Celui qui est devenu en quelques semaines une référence incontournable de notre discothèque. En plus, la soirée commence très mal, par les insupportables Naomi Punk, pourtant signés sur l'excellent label Capture Tracks. Pas de mélodie. Un chanteur qui braille plus qu'il ne chante. Un batteur qui frappe comme un sourd. Un charisme proche du néant. On s'ennuie ferme. C'est même plus que ça. On aimerait que cette demi heure passée en leur compagnie n'ait même pas existé. La vie est ainsi faite qu'il nous arrive de perdre notre temps, plus ou moins indépendamment de notre volonté.

Toute la soirée, il faudra attendre longtemps entre chaque prestation. Les concerts étaient trop courts ? Le réglage du son compliqué ? Un peu des deux. Et même si le ton et la qualité sont montés progressivement, il est resté comme une légère frustration. Mais continuons avec les canadiens de Absolutely Free qui portent bien leur nom. On pense à des Grizzly Bear en plus électro. Ils commencent leur concert tranquillement pour lentement monter en peps. Agréable surprise qui donne envie de se pencher sur leurs oeuvres.

Les Californiens de Allah Las suivent et font aussi preuve d'un indéniable savoir-faire. Bien sûr, leur rock vintage tendance Woodstock tourne vite en rond mais il est difficile de se lasser de ce son-là. Une vraie bouffée de fraîcheur. La plaie Naomi Punk est déjà bel et bien refermée.

Puis c'est au tour de la "star" d'un soir, l'improbable Ariel Pink dont la dégaine est aussi inclassable que sa musique. Un palmier sur la tête, des chaussures cloutées à plateforme et l'air complètement défait (l'alcool ? La drogue ? Les deux ? Peu importe). Le son est d'abord strident limite inaudible puis s'améliorera un tant soit peu en cours de route. Mais ça n'est finalement pas le plus important. On voit enfin à l'oeuvre, maman et moi, notre idole du moment et ça reste aussi jouissif que sur disque même s'il ne jouera pas nos titres préférés de "Pom Pom". L'heure passée en sa compagnie filera sans qu'on comprenne vraiment... Toujours ce côté frustrant des festivals lorsqu'il s'agit de nos artistes "chouchous". C'est toujours trop court. 

Enfin, on reste, malgré l'heure tardive, pour juger sur pièce un de ces jeunes groupes français qui promettent beaucoup. Ce n'est pas aussi original et intéressant que Feu! Chatterton mais les Lorrains de Grand Blanc possèdent un son assez impressionnant. Il leur reste encore à travailler le chant et les textes. Et puis, essayer de réveiller un public de trentenaires voire plus passé 2 heures de matin, ce n'était sans doute pas la peine. Il n'empêche que ceux-là ont répondu à nos attentes, même plus. On prend le chemin du retour avec "Samedi la nuit" en tête. Idéal pour rester éveillé.

Les concerts visibles sur Arte Live Web :
Ariel Pink
Allah-Las
Absolutely Free
Naomi Punk

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…