Accéder au contenu principal

Ariel Pink, Allah-Las, Grand Blanc, Absolutely Free, Naomi Punk - La Route du Rock Hiver 2015 - La Nouvelle Vague, Saint-Malo - 27 février 2015

(Photo : Pop is on Fire)
C'est les vacances scolaires alors on en profite avec maman : deuxième concert en 3 jours dans 2 villes différentes. Après Paris, direction ma Bretagne natale - et oui, personne n'est parfait - et la Route du Rock à Saint-Malo, mais pour une première fois pour moi dans sa Collection Hiver. Au lieu de l'habituel décor du Fort Saint Père, c'est dans la salle et le quartier assez impersonnels de la Nouvelle Vague que nous nous retrouvons. Malgré les cinq groupes programmés, la soirée ne commence qu'à 20h15, ce qui promet un fin très très tardive. Pas très reposant pour nos corps d'adultes plus si jeunes. Surtout que nous sommes principalement venus pour les formations programmées en fin de soirée. Ariel Pink pour ne pas le citer. Celui qui est devenu en quelques semaines une référence incontournable de notre discothèque. En plus, la soirée commence très mal, par les insupportables Naomi Punk, pourtant signés sur l'excellent label Capture Tracks. Pas de mélodie. Un chanteur qui braille plus qu'il ne chante. Un batteur qui frappe comme un sourd. Un charisme proche du néant. On s'ennuie ferme. C'est même plus que ça. On aimerait que cette demi heure passée en leur compagnie n'ait même pas existé. La vie est ainsi faite qu'il nous arrive de perdre notre temps, plus ou moins indépendamment de notre volonté.

Toute la soirée, il faudra attendre longtemps entre chaque prestation. Les concerts étaient trop courts ? Le réglage du son compliqué ? Un peu des deux. Et même si le ton et la qualité sont montés progressivement, il est resté comme une légère frustration. Mais continuons avec les canadiens de Absolutely Free qui portent bien leur nom. On pense à des Grizzly Bear en plus électro. Ils commencent leur concert tranquillement pour lentement monter en peps. Agréable surprise qui donne envie de se pencher sur leurs oeuvres.

Les Californiens de Allah Las suivent et font aussi preuve d'un indéniable savoir-faire. Bien sûr, leur rock vintage tendance Woodstock tourne vite en rond mais il est difficile de se lasser de ce son-là. Une vraie bouffée de fraîcheur. La plaie Naomi Punk est déjà bel et bien refermée.

Puis c'est au tour de la "star" d'un soir, l'improbable Ariel Pink dont la dégaine est aussi inclassable que sa musique. Un palmier sur la tête, des chaussures cloutées à plateforme et l'air complètement défait (l'alcool ? La drogue ? Les deux ? Peu importe). Le son est d'abord strident limite inaudible puis s'améliorera un tant soit peu en cours de route. Mais ça n'est finalement pas le plus important. On voit enfin à l'oeuvre, maman et moi, notre idole du moment et ça reste aussi jouissif que sur disque même s'il ne jouera pas nos titres préférés de "Pom Pom". L'heure passée en sa compagnie filera sans qu'on comprenne vraiment... Toujours ce côté frustrant des festivals lorsqu'il s'agit de nos artistes "chouchous". C'est toujours trop court. 

Enfin, on reste, malgré l'heure tardive, pour juger sur pièce un de ces jeunes groupes français qui promettent beaucoup. Ce n'est pas aussi original et intéressant que Feu! Chatterton mais les Lorrains de Grand Blanc possèdent un son assez impressionnant. Il leur reste encore à travailler le chant et les textes. Et puis, essayer de réveiller un public de trentenaires voire plus passé 2 heures de matin, ce n'était sans doute pas la peine. Il n'empêche que ceux-là ont répondu à nos attentes, même plus. On prend le chemin du retour avec "Samedi la nuit" en tête. Idéal pour rester éveillé.

Les concerts visibles sur Arte Live Web :
Ariel Pink
Allah-Las
Absolutely Free
Naomi Punk

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Top albums 2017

Vous l'attendiez tous - si, si, ne dites pas le contraire - mon top albums 2017 ! Ce ne fut une fois de plus pas chose aisée, même aux toutes premières places, car aucun disque ne se dégageait facilement du lot. Pas de grande révélation pour moi cette année, on retrouve donc dans ce classement, des habitués. La principale déception, même si toute relative car l'album est quand même très bon, reste le retour de LCD Soundsystem. Le groupe devait normalement écraser la concurrence, il n'en fut rien. Leur musique est devenue plus réfléchie et moins dansante. Moins marquante donc pour moi. Sinon, dans ceux qui sont restés à la porte de ce top 10 et qui n'ont pas démérité, il y a Babx, Destroyer, Alex Cameron, Xiu Xiu ou Feist. Mais trève de discours, voici donc, en toute subjectivité, mes 10 disques préférés de l'année écoulée.

10. Snapped Ankles - Come Play The Trees
Les anglais de Snapped Ankles pratiquent une sorte de musique hybride, mélange de post-punk, d'élect…

Gu's Musics - Happening

Dans la série il n'est jamais trop tard pour découvrir la musique d'un "ami" Facebook, voici "Happening" de Gu's Musics. Le chanteur, de son vrai nom Gerald Chiifflot, originaire de Tours n'est pourtant pas né de la dernière pluie mais il a plutôt l'habitude de cirer le banc de touche dans la première division de la chanson-rock d'ici. Le genre de gardien de but invariablement désigné comme doublure, doublure des Bashung ou autres Dominique A, voire Rodolphe Burger avec qui la ressemblance paraît la plus évidente. Dis comme ça, on a connu pire comme situation, sauf qu'il vaut mieux, comme on dit, avoir mauvaise presse que pas de presse du tout. L'ami Gu's, pas rancunier, se dit que cela doit être à cause de ses textes, il avoue que c'est là que ça pêche principalement. Alors, il fait appel à un écrivain, un poète breton, Yan Kouton pour son précédent disque, "Aquaplanning". Malheureusement, à trop vouloir les mettr…

Montero - Performer

"Performer" est le deuxième album de Bjenny Montero, australien d'une quarantaine d'années, plus connu dans le milieu du rock indépendant pour ses talents de dessinateur que ceux de chanteur ou musicien. Il a notamment travaillé pour des artistes comme Mac Demarco - dont il a aussi fait la première partie - Ariel Pink ou Pond, soit pour les pochettes de disques soit pour des tee-shirts. Le gars avait même presque tiré un trait sur sa carrière musicale, d'une part parce qu'il avoue préférer le dessin, d'autre part parce qu'il sait qu'il ne rencontrera jamais le succès dans ce domaine. Dis comme ça, on ne peut s'empêcher d'avoir un peu d'affection pour le bonhomme, sorte de loser revendiqué, un brin fantaisiste et jemenfoutiste.
Surtout que "Performer" est un excellent disque de soft-rock, quelque part entre MGMT pour le côté mélodique et psychédélique et Ariel Pink pour le côté kitsch assumé et bricolé et l'inspiration ne…