Accéder au contenu principal

Ariel Pink, Allah-Las, Grand Blanc, Absolutely Free, Naomi Punk - La Route du Rock Hiver 2015 - La Nouvelle Vague, Saint-Malo - 27 février 2015

(Photo : Pop is on Fire)
C'est les vacances scolaires alors on en profite avec maman : deuxième concert en 3 jours dans 2 villes différentes. Après Paris, direction ma Bretagne natale - et oui, personne n'est parfait - et la Route du Rock à Saint-Malo, mais pour une première fois pour moi dans sa Collection Hiver. Au lieu de l'habituel décor du Fort Saint Père, c'est dans la salle et le quartier assez impersonnels de la Nouvelle Vague que nous nous retrouvons. Malgré les cinq groupes programmés, la soirée ne commence qu'à 20h15, ce qui promet un fin très très tardive. Pas très reposant pour nos corps d'adultes plus si jeunes. Surtout que nous sommes principalement venus pour les formations programmées en fin de soirée. Ariel Pink pour ne pas le citer. Celui qui est devenu en quelques semaines une référence incontournable de notre discothèque. En plus, la soirée commence très mal, par les insupportables Naomi Punk, pourtant signés sur l'excellent label Capture Tracks. Pas de mélodie. Un chanteur qui braille plus qu'il ne chante. Un batteur qui frappe comme un sourd. Un charisme proche du néant. On s'ennuie ferme. C'est même plus que ça. On aimerait que cette demi heure passée en leur compagnie n'ait même pas existé. La vie est ainsi faite qu'il nous arrive de perdre notre temps, plus ou moins indépendamment de notre volonté.

Toute la soirée, il faudra attendre longtemps entre chaque prestation. Les concerts étaient trop courts ? Le réglage du son compliqué ? Un peu des deux. Et même si le ton et la qualité sont montés progressivement, il est resté comme une légère frustration. Mais continuons avec les canadiens de Absolutely Free qui portent bien leur nom. On pense à des Grizzly Bear en plus électro. Ils commencent leur concert tranquillement pour lentement monter en peps. Agréable surprise qui donne envie de se pencher sur leurs oeuvres.

Les Californiens de Allah Las suivent et font aussi preuve d'un indéniable savoir-faire. Bien sûr, leur rock vintage tendance Woodstock tourne vite en rond mais il est difficile de se lasser de ce son-là. Une vraie bouffée de fraîcheur. La plaie Naomi Punk est déjà bel et bien refermée.

Puis c'est au tour de la "star" d'un soir, l'improbable Ariel Pink dont la dégaine est aussi inclassable que sa musique. Un palmier sur la tête, des chaussures cloutées à plateforme et l'air complètement défait (l'alcool ? La drogue ? Les deux ? Peu importe). Le son est d'abord strident limite inaudible puis s'améliorera un tant soit peu en cours de route. Mais ça n'est finalement pas le plus important. On voit enfin à l'oeuvre, maman et moi, notre idole du moment et ça reste aussi jouissif que sur disque même s'il ne jouera pas nos titres préférés de "Pom Pom". L'heure passée en sa compagnie filera sans qu'on comprenne vraiment... Toujours ce côté frustrant des festivals lorsqu'il s'agit de nos artistes "chouchous". C'est toujours trop court. 

Enfin, on reste, malgré l'heure tardive, pour juger sur pièce un de ces jeunes groupes français qui promettent beaucoup. Ce n'est pas aussi original et intéressant que Feu! Chatterton mais les Lorrains de Grand Blanc possèdent un son assez impressionnant. Il leur reste encore à travailler le chant et les textes. Et puis, essayer de réveiller un public de trentenaires voire plus passé 2 heures de matin, ce n'était sans doute pas la peine. Il n'empêche que ceux-là ont répondu à nos attentes, même plus. On prend le chemin du retour avec "Samedi la nuit" en tête. Idéal pour rester éveillé.

Les concerts visibles sur Arte Live Web :
Ariel Pink
Allah-Las
Absolutely Free
Naomi Punk

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…