Accéder au contenu principal

Pack 3 EPs : Orso Jesenska - Les variations d'ombre *** Matthieu Malon - Peu d'ombre près des arbres morts *** Erik Arnaud - Golden Homme

Il existe encore des hommes qui oeuvrent dans l'ombre, à la recherche du beau. Et la plupart des gens s'en foutent. Enfin, pas tous. Le label Monopsone et son fondateur Denis Frelat font assurément partie de ces chercheurs de beau. Pour l'occasion, ils ont fait appel dernièrement au photographe Stéphane Merveille qui a pris quelques magnifiques photos de la Dune de Pilat, en noir et blanc. Ces photos devaient ensuite servir d'inspiration à trois chanteurs : Erik Arnaud, Matthieu Malon et Orso Jesenska. Leur feuille de route ? Un Ep de 6 titres chacun avec 4 chansons originales et 2 reprises. Erik Arnaud est celui qui a cherché le plus la facilité avec seulement 2 nouveaux titres, mais 2 titres en "or". Surtout "Golden Homme", petit tube en puissance, qui fait voir un Erik Arnaud, très proche de son ami Florent Marchet, dans le fond comme dans la forme. On pense évidemment au "Bambi Galaxy" de ce dernier. Pour le reste, deux versions brutes de vieux titres, de l'époque où la musique de Erik Arnaud était rêche et sèche. Au passage, je serais curieux de savoir si le chanteur a toujours la même vision lapidaire de la chanson d'ici ("Ma chanson française") dix ans après. Et puis, deux reprises belles et épurées : une étonnante de Balavoine et l'autre plus prévisible des excellents canadiens de Broken Social Scene. Tout Erik Arnaud est là, l'ancien, le nouveau, le franchouillard, l'indie rockeur. Matthieu Malon ensuite que je connais moins. Il est adepte d'un rock plus simple et direct, d'un parlé-chanté dont il se sert pour mettre en valeur ses qualités de conteurs ("Dans la chambre d'hôtel"). Les reprises sont des chansons anglo-saxonnes, éminents tubes new-wave kitschs ("Reviens et reste" et "Dansons les larmes aux yeux") dont la traduction française passe moyennement bien, il faut l'avouer. Mais comme pour Erik Arnaud, il y a au moins un nouveau très bon titre ("Sur la dune") et l'ensemble reste au final cohérent.
Enfin, Orso Jesenska est un chanteur français très prometteur, déjà responsable de deux disques pas passés inaperçus ici ("Un courage inutile" et "Effacer la mer"). Il se détache progressivement de toutes références encombrantes. Le sublime "Forêt" qui débute ce nouvel EP ne doit par exemple rien à personne. Chez lui, les reprises (Gianmaria Testa et Hoagy Carmichael) comme la musique sont aussi plus pointues. Ce gars a un talent supérieur pour juste suggérer à partir de textes elliptiques et une musique chaude mais réduite à l'essentiel. On a hâte de découvrir la suite de la carrière de ces trois-là, sûr que cet exercice auquel ils se sont volontiers pliés leur donnera des ailes vers de nouveaux horizons, empruntant de nouvelles voies vers le beau.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exposition Electro - de Kraftwerk à Daft Punk - samedi 13 juillet 2019

De Kraftwerk à Daft Punk : tout un programme ! Comment résumer la musique électronique ? Question difficile à laquelle la nouvelle exposition de la Philharmonie de Paris ne répond pas vraiment. Mais le propre de tout mouvement est d'être en perpétuelle évolution. Il y a un avant en terme de techniques, d'instruments, ici assez bien raconté avec quelques antiquités électroniques, datant pour certaines de plus d'un siècle. On peut aussi y entendre Jean-Michel Jarre plus gros rassembleur de l'histoire avec des concerts de plus d'un million de spectateurs, parler de son incroyable matériel, la musique devenant une science, résultat de savants calculs incompréhensibles du commun des mortels. Il n'y a par contre pas d'avant et après en terme d'évolution musicale, il y a juste des influences multiples et diffuses, des styles divers et variés. Des villes qui ont créé des vocations comme Detroit (la techno), Chicago (la house) ou Berlin. Des artistes majeurs co…

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…

Kishi Bashi - Omoiyari

"Omoiyari" est un équivalent japonais d'empathie. Kaoru Ishibashi alias Kishi Bashi, est un américain d'origine japonaise. Comme beaucoup, l'arrivée au pouvoir de Donald Trump l'a fait réfléchir sur l'avenir de son pays en se remémorant son passé. Notamment celui particulièrement sanglant entre ses deux patries, celle de ses parents et la sienne. Celui de l'été 1942 ("Summer of 42") par exemple, peu de temps après l'attaque japonaise de Pearl Harbor et avant la riposte américaine qui culminera avec les bombes atomiques de Hiroshima et Nagasaki. Cette Histoire tragique qu'on voudrait tous oublier mais qui refait irrémédiablement surface quand on retrouve, à la tête des états, des personnes qui ont su gagner par la haine de l'autre, en voulant construire des murs par exemple. Un peu d'empathie, voilà ce dont le monde a besoin. Les oiseaux de la pochette sont à l'image de nous autres, humains, des êtres variés et fragiles.…