Accéder au contenu principal

Arcade Fire - The Suburbs

Autant le dire tout de suite, comme ça, ça sera fait, le nouvel album d'Arcade Fire est décevant. Pourtant, c'est quand même mon disque de la semaine. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons. D'abord, parce qu'on est début août, et que forcément, ce n'est pas une très bonne période pour tout ce qui est artistique et culturel. La preuve, au cinéma, c'est plutôt l'époque des blockbusters américains simplistes et bourrés aux amphétamines ou aux comédies françaises basses du front. Les cinéphiles ont plutôt intérêt à être en vacances. Niveau musical, c'est encore pire, il n'y a quasiment plus de sorties du tout. Alors, c'est forcément suspect de vouloir faire parler de soi, maintenant et de ne pas attendre la rentrée. Cela veut sans doute dire que finalement, on a peur de la concurrence, peur de ne pas exister. Pourtant, c'est Arcade Fire, non ? Les sauveurs du rock, d'après les Inrocks, auteurs d'un chef d'oeuvre et d'un excellent deuxième disque. Alors, oui , le nouveau "The Suburbs" (décidément après les chansons sur le voisinage dans leur premier album, ils aiment bien parler de la vie citadine) n'est pas un mauvais disque, loin s'en faut, il contient même quelques très bons morceaux : "Modern Man", "Half Light I" ou encore "The Sprawl II". 
Mais il y a quelque chose de gênant dans cette nouvelle livraison du groupe montréalais, quelque chose qui commence à respirer la facilité. Les mélodies se font plus évidentes, trop même, les références aussi ("The Sprawl II" est un décalque de Blondie), on n'est plus très loin d'un rock FM de grande audience, idéal pour conquérir les stades. Et puis, où est passé le souffle épique de "Funeral" ou le son foisonnant de "Neon Bible" ? Les chansons souvent sur-produites ne décollent jamais vraiment. Il faudra peut-être attendre de voir ces nouvelles compositions interprétées sur scène pour y revenir plus facilement. Mais pour le moment, je n'arrive pas à me défaire de cette légère inquiétude de voir un de mes groupes préférés (vouloir ?) se démocratiser de la sorte.

Commentaires

  1. "Sauveurs du Rock"... Il ne faut peut pas exagérer non plus... Bon, c'est clair que cet album va les rendre un peu plus accessibles. Personnellement, je ne suis pas une grande fan d'Arcade Fire à la base (quelques titres seulement... J'aimais beaucoup "Funeral" au début, puis au fil du temps, je le trouve super chiant en fait...). Je ne dirais pas non plus qu'ils cèdent à la facilité, mais il faut aimer et comprendre le sens artistique de leur musique. Ben moi je l'aime bien cet album en fait et peut être le seul d'ailleurs, alors profitons en ! :-))

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup ta chronique car elle traduit vraiment le sentiment que j'ai eu, et que j'ai toujours en écoutant cet album. L'impression de ne pas écouter quelque chose de foncièrement mauvais, et même de plutôt bon, mais qui garde un arrière-goût d'inachevé. Et je sens que cette impression n'évoluera pas tellement.

    RépondreSupprimer
  3. Lorsqu'est sorti "2001, l'Odyssée de l'espace" de S. Kubrick, les critiques ont été très dures et très tranchantes immédiatement après sa sortie. Film incompréhensible, long, lent, peu de dialogues...Cependant, ce n'est que quelques années plus tard et encore aujourd'hui que l'on s'est rendu compte du chef d'oeuvre que Kubrick a réalisé.
    Comment expliquer l'inexplicable, le pourquoi du comment ? Par le doute, la suggestion et l'émerveillement...C'est exactement le cheminement que va prendre The Suburbs.
    Des réactions aussi dures reflètent vos esprits mercantiles: tout, tout de suite. C'est une musique qui doit mûrir et nous avec. C'est à ce moment qu'on se rend compte de la portée artistique d'un album. Il est trop tôt pour établir une critique d'un album d'Arcade Fire...Le dernier Christophe Maé à la rigueur, mais pas un groupe comme Arcade Fire.
    AGN.

    RépondreSupprimer
  4. Hum... je me garderais bien d'intervenir dans un débat aussi passionné -et surtout je ne voudrais pas que l'on me taxe d' "esprit mercantile" (sic)- ; je rebondis sur ton 1er argument : si l'album était sorti à une autre période, on en aurait moins parlé, c'est ça ? Pas sûr du coup que cela aurait nui davantage au groupe :)

    Bon, sérieusement, je n'ai pas encore suffisamment écouté ce disque mais je partage évidemment ta déception. Je ne prends pas (jamais, en fait) pour un critique en disant cela, mais je me positionne plutôt comme un fan pour l'instant frustré... Euh, rien à voir avec Arcade Fire mais je tenais à préciser que la période n'est pas si mauvaise pour les cinéphiles, à condition d'avoir près de chez soi une salle art et essai bien sûr (c'est le temps des rétros, des cycles ou des séances de rattrapage...)

    RépondreSupprimer
  5. Dis donc, cet album déchaîne les passions !!!
    @Newreborn76 : Quand je parle de "sauveurs du rock", je reprends bien sûr l'expression - que je ne partage pas - utilisée sur la dernière couverture des Inrocks. Sinon, j'aime et je pense comprendre le sens artistique de leur musique, puisque j'étais jusqu'alors, fan du groupe. Mais "The Suburbs", franchement, je persiste et signe, c'est quand même nettement plus "lisse" que ce qu'ils ont pu faire avant.
    @Spiroid : Merci du compliment. D'accord avec toi : pour avoir fait l'effort d'écouter le disque à plusieurs reprises, je ne suis pas sûr d'y revenir souvent à l'avenir. Ton blog est sympa par ailleurs ;)
    @Anonyme : Comparer le dernier Arcade Fire à "2001", il fallait oser quand même ! Ce que je reproche à "The Suburbs", c'est tout le contraire, c'est d'être trop facilement accessible et donc par voie de conséquence trop vite oubliable, à l'inverse de l'oeuvre de Kubrick qu'on peut aisément regarder à l'infini, en découvrant à chaque fois de nouvelles choses...
    @JP : Oui, en effet, l'été, ça peut aussi être l'occasion de se faire plaisir et de se replonger dans des "vieux" classiques. Au cinéma, comme en musique d'ailleurs. Surtout quand l'actualité culturelle est aussi morose. Etre curieux encore et toujours ;)

    RépondreSupprimer
  6. Meme si je suis Montréalais, et bien je me suis fais chi** a écouter leur nouveaux titres... c'est plat, creux, chiant...
    Et c'est pas si grave... Vu la grosse tete qu'ils ont. J'ai déjà eu l'occasion de les croiser a plusieurs reprises dans des soirées (sans vraiment leur parler) et ils sont d'une arrogance...

    RépondreSupprimer
  7. Un disque du mois par défaut, c'est un peu facile je trouve. Mais ne serait-ce pas votre travail justement d'aller chercher au-delà de ce que le marketing veut nous refiler? Désolé mais il y a d'autres disques qui sortent et qui en valent la peine!

    RépondreSupprimer
  8. Premièrement, ce n'est pas un disque du mois mais de la semaine. Preuve que je bosse un peu quand même ;)
    Deuxièmement, ce n'est pas un métier justement, c'est juste un blog perso et je n'ai rien à gagner à encenser ou pas un album.
    Troisièmement, je suis effectivement déçu par ce disque, même si je trouve qu'il a tout de même des qualités nettement au-dessus de la moyenne.
    Quatrièmement, c'est le mois d'août, et j'avoue être sans doute un peu fainéant en ce moment pour essayer de dégoter des nouveautés un peu moins connues...
    Enfin, je pouvais difficilement ne pas parler du dernier disque d'un de mes groupes préférés.
    Voili, voilou pour les explications.

    RépondreSupprimer
  9. Disque du mois ou de la semaine, ce n'est pas la question.
    Autant "Funeral", qualifié de chef-d'œuvre, après de nombreuses écoutes, se révèle simplement grandiloquent, autant "The suburbs" (à écouter fort), se révélera certainement comme le plus bouleversant de leurs trois albums avec le temps, justement à cause de toutes ces influences assumées.
    Un groupe qui pour l'instant ne bégaie pas, trois disques, trois tentatives différentes. Tous ne peuvent pas en dire autant.
    Quant à qualifier cette dernière livraison de facile, voire de rock FM,
    je me pose des questions...
    Quelqu'un a-t-il déjà essayé de composer des mélodies ?

    RépondreSupprimer
  10. Oui Vincent pas de problème je savais d'où venait ce terme ;-)
    D'accord avec le 3ème commentaire :-))

    RépondreSupprimer
  11. Exactement d'accord avec de le commmentaire du 5 aout à 17h05!!
    Juste par curiosité et sans aucune animosité comment peut on dire "j'étais jusqu'alors fan du groupe"?

    RépondreSupprimer
  12. Bon, je le dis tout de suite, je ne connais pas grand-chose en musique et serais bien incapable de faire quoi que ce soit qui ressemble a une critique. Mais j’avoue que j’ai du mal a comprendre les vôtres, et surtout quand on parle de « mercantilisation », « stade », etc… J’ai connu et aime Arcade Fire au début grâce a des titres comme Intervention, Rebellion, No cars go, Wake up, Keep de car running… - beaucoup de chansons qui peuvent s’apparenter beaucoup plus – du moins pour la néophyte que je suis – a des chansons de « stade », ou « grand public ». J’ai été déçue en écoutant The suburbs pour la première parce que je ne retrouvais rien d’aussi fort, d’aussi prenant tout de suite. Et puis en le réécoutant 3 ou 4 fois, j’ai fini par l’apprécier beaucoup plus, justement parce qu’il parait plus fin, subtil… - bon, j’en sais rien, mais je ne comprends juste pas cette critique de « mercantilisation » ?

    RépondreSupprimer
  13. "The Suburbs" est sans doute mieux produit que leurs disques précédents, mais je le trouve trop "lisse" dans le sens où le groupe a un peu perdu le son qui leur était propre, le côté instinctif, animal. Perdu en émotion aussi comme vous le dites si bien ("je ne retrouvais rien d’aussi fort, d’aussi prenant tout de suite.") La "mercantilisation", s'il y en a une, elle vient principalement de là. C'est pour moi sans doute lié au fait que le groupe veut par là élargir son public, en ayant un son moins marqué, au risque de perdre ses fans de la première heure...

    RépondreSupprimer
  14. Il m'a fallut un an pour pleinement apprécier "Néon Bible" en revenant régulièrement dessus, puis l'abandonnant quelques semaines... Ma première écoute de The Suburb a été, vous l'avez très bien dit décevante mais avec le temps, cet album comptera pour moi. En plus ils ont réalisé le plus superbe site http://thewildernessdowntown.com/ que j'ai vu depuis au moins 5 ans. J'étais tout chose en voyant les images de ma rue où j'ai passé mon enfance. Sublime.
    Je pense que comme tous leur albums, il faut du temps pour l'apprécier, il ne se donne pas facilement... Comme dit "Anonyme", c'est pas du Christophe Maé...

    RépondreSupprimer
  15. @TheKingdom : Pour ma part, j'ai accroché tout de suite à "Neon Bible" et depuis, je ne leur réécoute quasiment jamais. Arcade Fire, ce n'est évidemment pas du Christophe Maé, et c'est aussi pour ça que j'en parle ici. Mais pour moi, ça saute aux oreilles, que "The Suburbs" n'est pas un album long en bouche... J'ai essayé comme vous à plusieurs reprises, mais j'ai vite compris que cela ressemblait plutôt à de l'auto-persuasion. Je n'arrivais pas à admettre que l'un de mes groupes préférés avait pu sortir un disque aussi ... banal !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - Outsider

Henry Darger était ce qu'on appelle un artiste "outsider". Il a oeuvré toute sa vie dans l'ombre. Ses travaux n'ont été découverts qu'à sa mort, en 1973. C'est avant tout " Vivian girls ", un récit épique de plus de 15 000 pages racontant une histoire de princesses, d'esclavage, de guerres, peuplée de tout un tas de personnages imaginaires, tantôt morbides, tantôt enfantins. Elle est accompagné d'aquarelles, collages, dessins en tous genres et inspirée par l'univers des comics. Depuis sa mort, son oeuvre fait l'objet d'un culte grandissant. On l'a retrouvée exposée dans de nombreux musées d'art moderne, à Chicago, sa ville natale, New-York ou Paris. Cette fois-ci, c'est le compositeur français Philippe Cohen Solal, fondateur de Gotan Project, touché par cet artiste maudit, qui a décidé de faire un album complet autour de son univers.  Il a pour cela fait appel à quelques amis : Mike Lindsay, leader des folkeux an

Et toi, t'as écouté quoi en 2020 ?

Nous y voici donc, le calendrier des sorties de l'année 2020 avec les disques chroniqués ici-même. 50 disques pour une année 2020 qui, si elle n'a pas été franchement emballante d'un point de vue événements a réussi à tenir malgré tout le cap niveau musical avec quelques beaux disques. Je vous laisse partager en commentaires vos coups de coeur personnels si ça vous dit. Il me restera ensuite à clôturer définitivement l'année avec ma compilation millésimée et mon top 10 des albums, pris bien sûr dans cette sélection. JANVIER 8   : Electric Soft Parade - Stages 10 : Alexandra Savior - The Archer 17 : of Montreal - UR FUN 24 : Andy Shauf - The Neon Skyline        Tristen - Les identités remarquables 31 : Dan Deacon - Mystic Familiar        Superbravo - Sentinelle        Destroyer - Have We Met FEVRIER 7   : Isobel Campbell - There is no other... 14 : Octave Noire - Monolithe 21 : Spinning Coin - Hyacinth 28 : Grimm Grimm - Ginormous MARS : 6   : The Saxopho

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro