Accéder au contenu principal

Mes indispensables : Sparks - Kimono My House (1974)

La première fois que j'ai entendu parler des Sparks, c'était au moment de "Singing in the shower", leur célèbre duo avec les Rita Mitsouko - Catherine Ringer vient au passage de publier son premier disque solo depuis la mort tragique de son alter ego - , qui caracolait alors en tête du Top 50. Pendant longtemps j'ai cru qu'il s'agissait d'un tout jeune groupe qui essayait par ce biais de se lancer. Puis, je suis tombé sur ce qui reste leur plus grand succès en France à ce jour, "When I'm With You", paru au début des années 80. J'ai alors pensé que les Sparks étaient à l'image des Rita, un sympathique groupe familial de cette période là, à tendance new wave. Enfin, dernière étape, décisive celle-là, "Kimono My House", c'est-à-dire ce qui nous concerne aujourd'hui, un disque paru en... 1974. Et là, quelle claque !
Les deux frères Mael affirmaient déjà une personnalité hors du commun, même si le glam-rock auquel on les associe régulièrement en raison de leur excentricité faisait à l'époque beaucoup d'adeptes. Leur musique fantaisiste et survitaminée n'était pourtant pas au goût de leurs compatriotes américains, ce qui restera le cas tout au long de leur carrière, puisque c'est sur le vieux continent qu'ils rassemblent encore le plus de fans. Les Sparks ont inventé la pop délirante et sexy, celle qui n'a peur de tomber parfois dans le ridicule et l'outrance. "Propaganda", leur autre disque paru en 1974, tout aussi excellent, n'évite pourtant pas par moments ce genre d'écueils. Ils ont poursuivi la brèche ouverte par le premier disque de Roxy Music, en 1972, mais dans un versant plus ouvertement mélodique. La voix haut perchée de Russell est aussi une des autres caractéristiques marquantes de leur univers. On retrouve leur influence chez des formations comme Queen - qui a d'ailleurs fait la première partie des Sparks au début de sa carrière - ou plus récemment Muse. Mais là où ces deux groupes se sont quelques fois fourvoyés dans un hard rock FM prétentieux et privilégiant la performance, la fratrie Mael est demeurée plus ou moins fidèle à une certaine idée de la pop, se cachant derrière sa musique. Près de 40 ans après sa sortie, ce "Kimono My House" témoigne d'une fraîcheur intacte !

"This Town Ain't Big Enough For The Both Of Us" :

"Amateur Hour" :


Commentaires

  1. Un des meilleurs albums des Sparks c'est clair (et il y en a baucoup!) même si je lui préfère nettement Propaganda pour ce qui est de leur période glam (réécoute "reinforcements", peut être leur meilleur morceau à ce jour...).
    Après je ne dois pas être normal mais au contraire de bon nombre de fans, ma période préférée des Sparks est la période Moroder et post Moroder avec les inusables "Number 1 in Heaven", "Terminal Jive" et les plus méconnus (ou mésestimés) mais jouissifs "Angst in my Pants" et "In outter Space". Là encore réécoute des morceaux comme "tryouts for the human races", "Young Girls", "Eaten by the Monster of love" et la minimaliste et addictive "popularity". La pop dans toute sa quintessence. Ces 2 frangins sont immortels, je les adore!

    RépondreSupprimer
  2. @Dale : Dis donc, je suis impressionné. Tu connais les Sparks sur le bout des doigts ! J'avoue que, pour ma part, je suis resté bloquer à la période glam. Mais merci du conseil, je vais essayer de (ré)écouter les disques de leur période new-wave. Et en concert, cela donne quoi ? J'imagine que tu as déjà dû le voir, non ?

    RépondreSupprimer
  3. complètement d'accord avec les choix de dale.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Monochrome Set - Fabula Mendax

Le Monochrome Set existe depuis bientôt 40 ans. Il a connu une période faste à ses débuts, à l'orée des années 70 et 80, durant laquelle le groupe inventait une pop à nulle autre pareille, bien éloignée du mouvement post-punk alors en plein essor ou de la new-wave balbutiante. La formation menée par Ganesh Seshadri, alias Bid, un soit-disant authentique prince indien, est à l'origine de beaucoup de vocations, notamment Morrissey ou Edwyn Collins. Le groupe arrivé trop tôt, reviendra trop tard dans les années 90, à l'heure de la brit-pop. Leurs mélodies précieuses et délicates n'avaient pas grand chose à voir avec le rock direct et un peu simplet de Oasis et consorts. Puis, il y a eu une nouvelle reformation à la fin des années 2000, après 10 nouvelles années de disette. Celle-ci ne semblait plus rien vouloir du tout, ne surfant pas avec une quelconque mode par essence éphémère. On sait déjà que le succès n'arrivera jamais, d'autant que la formation londonienne…

Temples - Hot Motion

Si le rock était encore à la mode, les anglais de Temples pourraient assurément emporter la mise, renvoyant les australiens de Tame Impala dans leur 22, avec ce "Hot Motion", troisième album encore plus direct et calibré que les précédents. Après avoir (un peu) délaissé les guitares pour les claviers, le temps de "Volcano", ils reviennent à un style plus "classique" et proche de leur premier essai, l'excellent "Sun Structures". C'est toujours la même recette : des mélodies accrocheuses dans la plus pure tradition anglaise, relevées par des arrangements très psychédéliques avec un bon gros son qui claque. Si on flirte parfois avec la facilité, comme sur "The Howl", ces jeunes anglais chics et très (trop?) stylés arrivent toujours à faire passer la pilule avec un petit changement de direction imprévu.  Car si le chemin d'ensemble est bien balisé, le groupe s'autorise de légères sorties de route qui font que ce "Hot …

Kraftwerk - festival Days Off - Philharmonie de Paris - samedi 13 juillet 2019

Après la visite (un peu décevante) de l'Expo Électro dans l'après-midi, nous avons enchaîné avec un concert d'un des plus groupes les plus (si ce n'est le plus) influents de la musique électronique : Kraftwerk. Comme ce style s'accompagne souvent d'un décorum particulier - on n'a toujours pas oublié les shows gargantuesques de Jean-Michel Jarre -, on attendait avec une certaine impatience la soirée depuis de longs mois déjà. Un concert avec lunettes 3D ? C'est la première fois que nous tentions l'expérience. Après le concert ultra chorégraphié et sans fil de David Byrne de l'an passé, la Philharmonie de Paris semble être le lieu privilégié des prestations hors normes, prêt à phagocyter toutes les expériences musicales et visuelles mémorables. Le concert ne débuta qu'à 22h sans première partie - comment passer avant ce qui allait suivre de toute façon ? - et tout de suite, notre attente ne fut pas déçue. A peine après avoir enfilé les lunett…