Accéder au contenu principal

Jacques Brel - Les Vieux (1963)

Aujourd'hui, nous sommes de passage à Bruxelles, le temps d'un week-end prolongé. Bruxelles, ville de... Jacques Brel évidemment. Celui que Scott Walker vénérait et dont il a maintes fois repris les chansons sur ses trois premiers disques solo. Celui que David Bowie, lui-même, voulait rencontrer (rencontre que Brel, selon la légende, aurait malheureusement décliné, arguant qu'il n'avait rien à dire à une "tantouze"). Parce que même si l'orchestration et surtout l'interprétation ont un peu vieilli, quelques titres comme "Les Vieux" demeurent immortels, car d'une sobriété salutaire. Brel y parlait de ses parents. Ses paroles touchent aujourd'hui comme hier, chacun pourra y reconnaître ses semblables ou soi-même (je vais peut-être arrêter le muscat le dimanche midi ;). En tout cas, avec Léo Ferré, on n'a jamais aussi bien parlé du temps qui passe dans la chanson française. Et l'accompagnement, rythmant la chanson à la manière du tic-tac de la pendule amène juste ce qu'il faut de légèreté au propos quelque peu plombant. Difficile de ne pas retenir une larme à chaque nouvelle écoute. C'est d'ailleurs la critique principale que lui font ses détracteurs, Brel nous prend en otage avec son côté tire-larmes. Mais franchement, le texte ci-dessous simplement lu peut procurer la même émotion. Les poèmes les plus beaux sont souvent les plus tristes.

Les vieux ne parlent plus ou alors seulement parfois du bout des yeux
Même riches ils sont pauvres, ils n'ont plus d'illusions et n'ont qu'un coeur pour deux
Chez eux ça sent le thym, le propre, la lavande et le verbe d'antan
Que l'on vive à Paris on vit tous en province quand on vit trop longtemps
Est-ce d'avoir trop ri que leur voix se lézarde quand ils parlent d'hier
Et d'avoir trop pleuré que des larmes encore leur perlent aux paupières
Et s'ils tremblent un peu est-ce de voir vieillir la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui dit: je vous attends

Les vieux ne rêvent plus, leurs livres s'ensommeillent, leurs pianos sont fermés
Le petit chat est mort, le muscat du dimanche ne les fait plus chanter
Les vieux ne bougent plus leurs gestes ont trop de rides leur monde est trop petit
Du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit
Et s'ils sortent encore bras dessus bras dessous tout habillés de raide
C'est pour suivre au soleil l'enterrement d'un plus vieux, l'enterrement d'une plus laide
Et le temps d'un sanglot, oublier toute une heure la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, et puis qui les attend

Les vieux ne meurent pas, ils s'endorment un jour et dorment trop longtemps
Ils se tiennent la main, ils ont peur de se perdre et se perdent pourtant
Et l'autre reste là, le meilleur ou le pire, le doux ou le sévère
Cela n'importe pas, celui des deux qui reste se retrouve en enfer
Vous le verrez peut-être, vous la verrez parfois en pluie et en chagrin
Traverser le présent en s'excusant déjà de n'être pas plus loin
Et fuir devant vous une dernière fois la pendule d'argent
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non, qui leur dit: je t'attends
Qui ronronne au salon, qui dit oui qui dit non et puis qui nous attend.

Commentaires

  1. Ça fait mal pas encore de commentaire sur Jacquot donc je m'y colle : Brel, c'est un des grands pans de ma vie, rencontre dès l'enfance d'un artiste plus vivant que les actuels pousseurs de chansonnette, plus rock que les jeunes brailleurs en jean slim et plus punk que tous les Che Gevara de banlieue mondialisés. Une invention d'écriture à chaque vers de chaque chanson et un interprète rare (pas vieilli pour moi!) qui charrie tout : l'espoir, le cafard, la rage, l'humour vache, les femmes infidèles, l'amour fou, l'enfance...
    Je lui pardonne même d'avoir négligé Bowie en son temps car je ne serai pas le même sans ce diable de Don Quichotte belge qui me manque toujours autant. :(

    RépondreSupprimer
  2. @Blake : Et bien, content de voir que Brel enchante encore, malgré le temps qui passe ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro