Accéder au contenu principal

John Grant - Boy From Michigan

 

Décidément, partout où elle passe, elle fait des merveilles. J'avoue que les péripéties pseudo électro de l'ex-chanteur des Czars me laissaient jusqu'à présent plutôt sur ma faim. On ne pouvait pas lui reprocher sa constance à essayer de se renouveler depuis son premier effort solo, l'impeccable "Queen of Denmark" qui était encore dans la continuité de la musique de son défunt groupe. Il a fallu qu'il fasse appel à la parfaite Cate Le Bon à la production pour que son style un peu bancal prenne de l'épaisseur sur ce "Boy from Michigan" particulièrement long en bouche. La plupart des morceaux dépassent allègrement les 5 minutes pour un disque rempli à ras bord. Et même si les chansons semblent de prime abord assez linéaires, elles contiennent suffisamment de chausse-trappes, de fausses pistes pour tenir en haleine pour qui sait écouter et rester un minimum attentif. Bien sûr, la part belle est faite aux ballades, mais il y a quelques sorties de route plus ou moins contrôlées, comme l'excellent et un peu cinglé "Rhetorical Figure", très Bowie période berlinoise, le "Best in Me" plus Kraftwerk ou le vocoder déjanté de "Your Portfolio", comme une new wave version plombier polonais. 
Il y est question de rêve américain plus qu'écorné, notamment sur "The Only Baby" où Grant balance crûment son malaise sur la santé et la politique de son pays ("[...] we're gonna need some slaves. We'll drag some people back to here. And we'll make them dig their very own graves. We'll give them clothes and teach them to behave. And they will like it or else. Because "God" obviously want it that way [...]") et termine en répétant ad libitum "That's the only baby that bitch could have", faisant référence à Trump. Voilà donc un disque intelligent à tous points de vue. Peut-être le meilleur de son auteur, du moins en solo. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Nick Cave & Warren Ellis - Carnage

On continue le rattrapage des disques 2021 avec une sacré pointure, puisque j'ai nommé Nick Cave, sans doute le rockeur ultime. Celui qui a commencé punk arty au sein de Birthday Party et produit aujourd'hui parmi les disques plus sombres qui soient. Le décès d'un fils y étant évidemment pour quelque chose. Autant les deux précédents albums, les pourtant acclamés - mais comment attaquer un père inconsolable - " Skeleton Tree " et " Ghosteen " m'avaient laissé étrangement indifférent. Autant ce " Carnage " sorti cette fois sans ses Bad Seeds mais avec le seul Warren Ellis - décidément compagnon de tous les instants depuis quelques années - m'a tout de suite marqué. Par son dépouillement, par sa quasi absence d'effets, juste quelques délicats et déchirants arrangements venant ornés juste ce qu'il faut le spleen du sieur Cave. Il n'est plus question de masquer les faits sous un quelconque décorum mais d'affronter la vérité

Richard Dawson & Circle - Henki

  Qu'il soit seul, au sein de Hen Ogledd ou accompagné du groupe de heavy metal finlandais Circle, la musique de Richard Dawson présente la même singularité. " Henki " est donc le résultat de la drôle de rencontre entre le troubadour anglais à la voix qui n'est pas sans rappeler celle de Robert Wyatt - souvent à la limite de la justesse - et une de ses formations préférée, pourtant assez opposée de son univers folk médiéviste. L'album ne comporte que 7 titres, souvent très longs, histoire d'appuyer un style envoûtant aux influences multiples, à l'exacte jonction des musiques de Circle et de Dawson, et aux nombreuses fulgurances (mention spéciale pour les guitares de " Silphium "). Une fois de plus, il est très difficile de classer un disque de Richard Dawson, toujours à la frontière du kitsch et de l'expérimentation. Chaque titre a un nom de plante dont certaines ont disparu (cooksonia, silphium), comme pour célébrer son attachement à la natu

Baptiste W. Hamon & Barbagallo - Barbaghamon

Quand deux des plus talentueux songwriters français actuels se rencontrent, ça ne peut produire qu'un excellent disque. Baptiste W. Hamon et Julien Barbagallo réussissent l'audacieux pari de réunir leurs deux univers assez différents pour en tirer le meilleur. Le premier s'inscrit à la fois dans une tradition de chanson française (Jean Ferrat) et de country musique américaine (Townes Van Zandt) à l'ancienne. Le second plus "moderne" marrie l'électro d'un Sébastien Tellier et la pop d'un JP Nataf, assez éloigné au final de Tame Impala et d'Aquaserge, deux formations dont il est pourtant à l'occasion batteur. Le disque est construit à l'image d'un diptyque : une partie est l'oeuvre de Baptiste W. Hamon (" J'écoute l'eau ", " Ils fument ", " Maria "), l'autre de Barbagallo (" Le jour viendra ", " Nous nous reverrons ", " Le bleu du ciel "). Qu'ils se retro